Chantilly 2017 – Bugatti Type 43 Torpédo Grand Sport de 1928

Chantilly 2017 – Bugatti Type 43 Torpédo Grand Sport de 1928

ad-728-mannes

Une grande vente aux enchères Bonhams s’était déroulée durant le Chantilly Arts & Elegance Richard Mille 2017, avec de superbes modèles dont une rare Bugatti Type 43 Torpédo Grand Sport de 1928.

Histoire de la Bugatti Type 43
Au début des années 1930, Ettore Bugatti s’était fait une réputation sans équivalent dans le domaine des voitures à hautes performances pour la route ou le circuit, les plus grands pilotes du monde rencontrant d’innombrables succès sur les voitures produites à l’usine de Molsheim en Alsace et les choisissant souvent comme transport quotidien.

Sans ignorer ses premiers modèles, l’inégalable réputation de Bugatti s’était faite avec sa famille de modèles à moteur huit cylindres dont la première – la Type 30 – était apparue en 1922. La Bugatti Type 30 partageait son châssis, ses essieux et sa boîte de vitesses avec sa devancière la Bugatti Type 13 Brescia et était propulsée par un moteur huit cylindres en ligne de 1991 cm3. L’évolution de ce superbe moteur avec son simple arbre à cames en tête et ses trois soupapes par cylindre allait se retrouver sur la Type 35 de Grand Prix, la Type 38 de tourisme et la sportive Type 43.

Présentée en 1927, la Type 43 était, en principe, une version routière de la voiture de Grand Prix la plus réussie de Bugatti, la Type 35. La Type 43 reprenait le moteur de 2262 cm3 avec compresseur Roots monté sur la Bugatti Type 35B, installé dans un nouveau châssis, similaire a celui de la voiture de Grand Prix. Les roues de la Type 35 étaient également reprises, de même que le grand radiateur et les freins que l’on trouvait aussi sur la Type 38. Sans surprise, compte tenu de son ascendance en compétition, la Type 43 rencontra un énorme succès en course, engagée tant par l’usine que par nombre de privés.

Bugatti Type 43 Torpédo Grand Sport de 1928
Cette Bugatti Type 43 a été construite sur un châssis moderne fabriqué selon les plans du modèle original. Il intègre trois composants d’époque majeurs, l’essieu avant, la boîte de vitesses et l’essieu arrière, tandis que son moteur a été construit par le plus réputé des spécialistes Bugatti de France, Ventoux Moteurs à Carpentras. Inutile de dire qu’avec un tel pedigree cette voiture a de meilleures performances qu’une voiture entièrement d’époque.

La plaque de châssis est du type Alsace (conforme à celle d’époque) et reçoit le numéro 44366. Ce numéro correspond à un torpédo Type 44 brun, vendu neuf au ministre Achille Fould en avril 1928. La plaque a été donnée au propriétaire par son ami François Chevalier et provient d’une voiture détruite dans le sud-ouest de la France.

Le châssis a été construit en 1990 pour Laurent Rondoni et reçoit un empattement conforme à celui d’une Type 43 (2,97 m). Spécialiste Bugatti, Laurent Rondoni avait accumulé de nombreuses pièces nécessaires à la construction d’une Type 43. Quoiqu’il en soit, il n’eut pas le temps de mener à bien le projet qui a été repris par le vendeur.

Des pièces mécaniques, l’essieu arrière est d’origine, tandis que la boîte de vitesses vient d’une Type 44 (numéro 255), une voiture produite au printemps 1928. Elle a été fournie par le spécialiste Bugatti le plus réputé du Royaume-Uni, Brineton Engineering de Walsall, dans les West Midlands. L’essieu avant (numéro 707) vient d’une Type 44.

Le moteur 2,3 litres a été entièrement fabriqué par Ventoux Moteurs à Carpentras et a été assemblé par Laurent Rondoni. L’embrayage est de type Bugatti classique. Le radiateur a été révisé et un radiateur d’huile supplémentaire a été installé sous le siège passager, comme sur les Bugatti de course. Le réservoir d’essence vient d’une Bugatti de tourisme.

La carrosserie en aluminium a été fabriquée en France vers la fin des années 1990 par le spécialiste Patrick Barrier. De style torpédo, elle est identique à celle des trois Bugatti Type 43 engagées au Tourist Trophy en août 1928. Il n’y a qu’une porte (côté pilote) tandis que des sièges de Type 57S ont été raccourcis pour entrer dans la carrosserie torpédo.

Le tableau de bord est équipé d’instruments SEV d’origine, d’une horloge Jaeger conforme à celle d’époque, d’une pompe Ki Gass et de compteurs de pression d’huile fournis par Vintage Restaurations dans le Kent. Pesant environ 1040 kg, cette voiture très particulière est 10km/h plus rapide que l’originale avec une vitesse maximale d’environ 170 km/h.

Photos: 4Legend.com

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply