Essai de l’Audi A5 V6 3.0 TDI 218 chevaux quattro S tronic: la force tranquille.

Essai de l’Audi A5 V6 3.0 TDI 218 chevaux quattro S tronic: la force tranquille.

ad-728-mannes

Présentées officiellement le 2 juin 2016 sur le parvis de l’Audi forum d’Ingolstadt, les nouvelles Audi A5 et S5 sont arrivées avec l’objectif de supplanter le succès commercial de la première génération (2007-2016 avec un facelift en 2012) dont l’offre moteur allait du 4 cylindres diesel 143 chevaux au RS5 450 chevaux. Pour le moment, la seconde génération se compose de 2 moteurs essence (2.0 TFSI 190 et 252 chevaux) et 2 diesel (2.0 TDI 190 chevaux et 3.0 V6 TDI 218 chevaux). Nous avons pris le volant de l’Audi A5 coupé 3.0 V6 TDI 218 chevaux quattro S tronic 7 vitesses qui offre aujourd’hui le choix le plus probable pour les gros rouleurs.
Ce V6 se place entre les anciens V6 204 et V6 245 chevaux en attendant l’arrivée prochaine du 3.0 TDI quattro de 286 chevaux, 620 Nm, accouplé avec la boite Tiptronic à 8 rapports. La valeur de couple du 218 chevaux est identique au 2.0 TDI (400 Nm) mais permet de profiter de l’agrément du V6 et d’une plage d’utilisation plus importante (entre 1750 et 3000 tr/min pour le 4 cylindres contre 1250-3750 tr/min pour le 6 cylindres) et à transmission équivalente (quattro boite S tronic 7 vitesses), le V6 ne fait que 40 kg en plus (1680kg contre 1640 kg pour le 2.0, données constructeur).

Notre modèle d’essai, mis gracieusement à disposition par la concession Jean Lain Autosport de Chambéry est équipé du pack extérieur S-Line, lui donnant un air plus agressif et sportif. Ce pack se compose des extensions de bas de caisse, de la calandre en gris crépuscule mat avec lamelles chromées, du diffuseur arrière du même gris, des sorties d’échappements chromées, des emblèmes S-Line sur les ailes avant, des moulures de seuil de portes en aluminium avec l’inscription S éclairée et bien entendu des pare-chocs avant et arrière avec grilles latérales en noir titane.

Du pack assistance route, de l’Audi Active Lane Assist, du système de lecture des panneaux de signalisation par caméra, de l’adaptive Cruise Control stop & go avec assistant de conduite en embouteillage, l’assistant de conduite efficience et l’Audi Pre Sense Front avec l’assistant d’évitement de collision et assistant de changement de direction.

Du pack éclairage avec les miroirs de courtoisie éclairés, l’éclairage des seuils de portes et des pieds à l’avant et arrière, de l’éclairage de la console centrale et porte-boissons avant, de l’éclairage périphérique dans les poignées de portières extérieures et intérieures.

Du pack rangement et coffre: boite à gants verrouillable, prise 12V dans le coffre, filet de rangement au dos des sièges, porte-boissons dans l’accoudoir central arrière, filet de coffre, vide-poches côté conducteur et enfin 2 crochets pour les sacs.

En plus de ces packs nous trouvons les phares Matrix LED, option indispensable pour un coupé de cette gamme. Cette option inclue la fonction des feux de virage dynamique, les feux diurnes et arrière à LED avec clignotants dynamiques. En série, l’A5 est dotée de phares Xenon plus avec feux de jour LED.

Notre modèle d’essai est bien optionné avec en plus la caméra de recul, l’Audi Phone Box avec charge du téléphone par induction, l’augmentation de la capacité du réservoir d’AdBlue passant ainsi de 12 à 24 litres, la clé confort avec alarme antivol et système Bang & Olufsen Sound System avec son 3D.

Les sièges sont également bien équipés grâce à la sellerie cuir/alcantara avec logo S-Line et les options réglages électrique et chauffants.

Disponible de série, l’installation à bord est facilité à l’avant grâce à l’extension automatique de la ceinture de sécurité. Ainsi, plus besoin de se retourner pour attraper la ceinture.

Compte tenu des conditions climatiques de notre région, les jantes 5 branches en 19 pouces ont été remplacées provisoirement par ces jantes en 18 pouces avec pneumatiques hiver.

Maintenant que nous avons fait le tour du propriétaire, passons à l’essai. La première partie du parcours s’est déroulée sur nationale et en ville tout en laissant la boite S tronic le soin de gérer ses passages. Les mots qui me sont venus tout de suite à l’esprit en prenant la nationale, c’est « la force tranquille ». La force car les 400 Nm du V6 vous facilitent l’insertion dans la circulation mais tranquille car le coupé ne vous incite pas à forcer les rapports. Les gros rouleurs pressés préféront le V6 TDI 286 chevaux alors que les gros rouleurs tranquilles seront pleinement satisfaits du V6 TDI 218 chevaux. Ce V6, dont la sonorité ne se fait quasiment pas entendre dans l’habitacle, vous demande de rouler « confort » même en mode dynamic. Non pas par obligation puisque l’auto pourra vous permettre de doubler rapidement sans prier et se faire prier, mais plus parce que c’est le rythme qui vous conviendra le mieux: grand confort pour grand trajet.

En ville, l’A5 se place bien dans la circulation. Je ne vous ferais pas l’affront de parler de la visibilité 3/4 arrière, nous avons un coupé entre les mains et ça reviendrait à critiquer le confort acoustique d’un cabriolet. Si vous achetez un cabriolet, est-ce pour être dans votre cocon à l’abri des bruits extérieurs?

Sur un col de montagne, passage obligatoire afin de connaître les qualités dynamiques d’une auto, notre A5 218 chevaux va forcément manquer de vigueur face aux 620 Nm du V6 286 chevaux mais il ne se montre pas pour autant avare. Il faudra cependant tirer le meilleur de la boite en mode dynamic si vous êtes pressés mais elle ne vous empêche pas de sortir d’une épingle en troisième avec brio, grâce notamment à la transmission quattro qui vous fera rentrer dans le virage plus rapidement que vous ne pouviez le penser. Le placement en appuis est cependant tronqué par le fait que notre modèle est équipé de pneumatiques hiver qui sont forcément bien plus souples sur ces placements. La présence de verglas dans certains virages ne nous a pas posé de problème avec le quattro et sa gestion associée à l’Audi drive select s’adaptant aux différents modes de conduite et aux facettes du conducteur. Cependant, le toucher de la route est filtré y compris en mode Dynamic et les mouvements de caisse sont très bien contenus.

Mais ces routes sinueuses et faites de plaisirs conviendront forcément beaucoup mieux au S5 et son V6 3.0 TFSI 354 chevaux, 500 Nm et turbo twin-scroll mais la logique de gamme est forcément respectée.
Les routes de montagne et ses points de vue permettent d’apprécier le voyage et le design de l’Audi A5 et sa ligne de capot « power dome ». Les nervures apportent du dynamisme sur la face avant avec la Single Frame réduite en hauteur mais élargie.

Le profil est plus marqué avec une ligne de caisse accentuée.

En conclusion, notre A5 V6 3.0 TDI 218 chevaux s’est déjouée de tous les pièges de la route sans forcer. Le V6 286 chevaux souffrira moins en conduite sportive sur des parcours sinueux mais notre V6 218 chevaux fait déjà un excellent travail. L’esprit GT est bien là et la plateforme MLB Evo apporte le dynamisme qui pouvait manquer à l’ancienne version.

Nous remercions chaleureusement la concession Audi Jean Lain Autosport de Chambéry, plus particulièrement Cédric Debroux et Grégoire Dufosse pour leur accueil et leurs aides apportées à l’élaboration de cet article.

Suite des photographies:

About The Author

Related posts

Leave a Reply