Exposition Revolution – Audi Forum Ingolstadt.

Exposition Revolution – Audi Forum Ingolstadt.

ad-728-mannes

Quel est le point commun entre la Mazda Cosmo 110S, la Citroën M35, la NSU Ro80, NSU Spider et la NSU Prinz III présentent dans l’Audi Forum d’Ingolstadt? Le nom de Felix Heinrich Wankel devrait vous mettre sur la bonne voie puisqu’en effet ces autos sont équipées d’un moteur à piston rotatif inventé par l’ingénieur allemand dont la première marque a croire en son invention fut NSU.

L’exposition intitulée Revolution – 60 Jahre NSU/Wankel-Motor rend hommage aux moteurs Wankel jusqu’au mois de novembre 2017 par la présentation de prototypes et différents engins.

NSU utilisa tout d’abord le moteur à piston rotatif comme compresseur sur certaines motos en vue d’augmenter le taux de compression permettant un record de vitesse de 196 km/h en 1956. Il s’agit d’un compresseur avec une chambre de 100 cc. Son efficience permet aux moteurs de développer jusque 260 hp.

C’est seulement en février 1957 que le premier  prototype d’un moteur à piston rotatif fut installé sur un banc d’essai par le département recherche et développement de NSU à Neckarsulm, et seulement après quelques tests, les performances sont déjà mesurables et ainsi son avenir prometteur. Ce prototype NSU/Wankel DKM 54 d’une chambre de 125 cc sort 29 hp à 17 000 tr/min mais sa conception à rotor extérieur (DKM) ne lui permet pas son avenir en version de série.

En 1958, les ingénieurs de NSU simplifient le mécanisme pour la production en série en abandonnant le principe du rotor extérieur (DKM) pour un train planétaire (KKM). Le rotor extérieur est alors stationnaire et le piston tourne sur son arbre excentré. C’est le moteur KKM 125.

En 1960, NSU réalise un prototype sur la base d’une Prinz III qui devient alors la première voiture équipée de ce moteur à piston rotatif Wankel. Le moteur KKM 250 de 250 cc développe 30 hp à 5000 tr/min et démontre que le moteur NSU/Wankel peut aussi fonctionner sur des vitesses moyennes malgré des performances inférieures aux précédents prototypes. Plusieurs versions du KKM 250 seront installés dans cette Prinz afin d’ajuster les essais aux conditions réelles du trafic.

Cette Prinz est l’originale ayant réalisé les tests.

En 1963, NSU met en production le NSU Spider équipé du moteur KKM 500, 500 cc pour 50 hp à 5500 tr/min, devenant ainsi le premier véhicule de série avec moteur Wankel mais compte tenu de la fiabilité incertaine et une consommation excessive, la production fut arrêtée en 1967 après seulement 2375 exemplaires.

Mais pourquoi la Mazda Cosmo? En 1961, les japonais entrent en négociation avec NSU pour profiter de la fiscalité avantageuse des petites cylindrées offerte par le moteur Wankel et présente en 1963 le prototype Cosmo Sport au salon de Tokyo, équipé d’un moteur birotor de 798 cc. L’auto subira des évolutions importantes avant la mise en production à partir de 1967. Mazda sera le seul constructeur a utiliser en série le principe du moteur Wankel pendant des décennies jusqu’à la RX8.

Et Citroën et son prototype M35 sur la base de l’Ami 8? En 1969, la marque française lance un véhicule d’essai client équipé du moteur Comotor 497.5 cc. Comotor est une filiale NSU et  Citroën dont le but est de produire les moteurs rotatifs pour les deux marques. Comotor est la suite du projet abandonné par NSU et  Citroën de développer un véhicule à moteur Wankel par le bureau d’études Genevois Comobil. Seulement 267 exemplaires seront produits du prototype M35 équipé d’un moteur de 995 cc dont la plupart ont été détruits (volonté de Citroën) et donnera naissance à la GS Birotor.

Grâce à la filiale NSU/Citroën, NSU lance en 1967 la Ro80, propulsée par le moteur Comotor 626 mais la consommation excessive du moteur Wankel joue en sa défaveur lors de la crise pétrolière. Du fait d’un volume de vente trop bas, sa carrière s’arrête en 1976.

Cependant, en 1976, Audi NSU avait commencé les tests du moteur KKM 871 sur la Ro 80 et les résultats étaient prometteurs pour le futur de la NSU. Mais l’abandon par le groupe VW de la Ro 80 était déjà acté… L’arrivée de la nouvelle Audi 100 (C2) en octobre 1976 est alors une aubaine pour le KKM 871 dont la conception revient sur la table entre le 5 cylindres turbo et le moteur V6.

Seulement 20 voitures seront équipées de ce moteur pour une présentation en Europe, aux USA et au Japon ainsi que lors du salon de Francfort en septembre 1977 mais les réactions du public ne sont pas bonnes et le projet est avorté après avoir donné naissance au prototype 200 KKM de 1979 exposé ici. Quelques Ro 80 et Audi 100/200 avec le moteur KKM 871 seront utilisées par Wolfsburg. Son birotor de 2×746.6 cc permettait à la 200 d’atteindre les 203 km/h grâce aux 170 hp à 6500 tr/min mais avec une consommation moyenne de 12 litres/100.

Aujourd’hui, le moteur à piston rotatif Wankel est utilisé sur des prototypes à l’instar de l’Italdesign Frazer Nash Namir en 2009, hybrid system combinant un moteur à piston rotatif de 814 cc et 4 moteurs électriques.

Et en 2010 Audi présentait le concept A1 e-tron avec son moteur Wankel de 15 kW de 254 cc. Concept remplacé par un autre concept équipé lui d’un 3 cylindres 1.5 TFSI. Adieu Wankel…

Le moteur Wankel aura été utilisé dans des voitures, mais également motoneiges, scies, bateaux, motos,…l’exposition retrace l’épopée du moteur Wankel et son histoire très mouvementée à l’Audi Forum Ingolstadt jusqu’au 5 novembre 2017.

Suite des photographies:

About The Author

Related posts

Leave a Reply