IAA 2017 – A la découverte des secrets du design de la Bugatti Chiron avec Achim Anscheidt

IAA 2017 – A la découverte des secrets du design de la Bugatti Chiron avec Achim Anscheidt

ad-728-mannes

Durant le salon de Francfort – IAA 2017, j’ai eu l’immense privilège d’être l’un des rares journalistes à avoir participé en très petit comité à deux ateliers techniques afin de découvrir les secrets du design de la Bugatti Chiron ainsi que ses nouvelles technologies. Ce premier atelier design fut animé par le directeur du design de Bugatti – Achim Anscheidt – qui m’a dévoilé de nombreux détails du style de la voiture.

Présentation de Achim Anscheidt
Achim Anscheidt est Directeur du design de Bugatti Automobiles S.A.S. depuis 2005. Dans cette fonction, il a signé le design de la Bugatti Veyron 16.4 Grand Sport, de la Veyron 16.4 Super Sport, de la Veyron 16.4 Grand Sport Vitesse, du concept car Bugatti Galibier ainsi que du concept car Bugatti Vision Gran Turismo.

Au cours de ses 22 ans de carrière dans le design automobile, il a assumé la direction du service Advanced Design du groupe Volkswagen, à Barcelone, puis au sein du Design Center de Potsdam.

Achim Anscheidt a étudié le design automobile à l’Art Center College of Design dans la ville californienne de Pasadena, aux États-Unis. En 1993, son diplôme en poche, il a entamé sa carrière au Styling Center de Porsche AG, à Weissach puis il a intégré le Groupe Volkswagen en 1996 où il a su s’imposer et arriver chez Bugatti en 2005.

Secrets du design de la Bugatti Chiron
Présentée en première mondiale au salon de l’auto de Genève 2016, Bugatti n’a jamais dévoilé en détails les secrets de sa nouvelle hypercar, notamment concernant sa conception lui permettant d’atteindre (durant des essais du constructeur) plus de 450 km/h.

C’est ainsi une première pour Bugatti de mettre en avant certains secrets, notamment concernant le design de la Chiron. Nous étions 5 journalistes réunis au milieu du stand Bugatti afin de suivre une présentation faite par Achim Anscheidt en personne sur les détails du design. Il nous a dévoilé une présentation interactive normalement réservée aux clients de la marque. Malheureusement, aucune vidéo ou photo ne fut possible. Je vais vous illustrer le résumé de cette présentation exclusive via des visuels et schémas mis à disposition par Bugatti.

Une nouvelle vision du design par Bugatti : la forme suit la performance.
Atteindre un tel niveau de performance et de vitesse a aussi généré des exigences techniques pour le design et l’aérodynamique. En suivant son mot d’ordre «la forme suit la performance» (La forme suit la performance), l’équipe de Design de Bugatti a créé un véhicule d’une beauté impressionnante et d’une aérodynamique efficiente tout en réinterprétant l’ADN du Design Bugatti.

Achim Anscheidt, Directeur du design chez Bugatti, décrit la tâche qui lui a été confiée : « Ce n’est pas à la hauteur d’une marque hors du commun et de notre tâche de simplement dessiner quelques lignes qui reflètent la mode actuelle pour une nouvelle Bugatti. Le projet Chiron a fourni à l’équipe design l’opportunité de tirer de l’extrême complexité technique du véhicule la plupart des éléments de base d’une conception stylistique véritablement à part entière qui étaye ainsi les performances de cette Supercar unique en son genre. »

« Ce principe de fonctionnalité appliqué à la forme définit la Chiron comme un produit authentique de technicité et en fait une fascinante sculpture automobile », ajoute M. Anscheidt. « Tant pour nos clients que pour nous designers, il importe qu’une Bugatti ait une longévité stylistique et n’ait rien perdu de cette valeur dans 10, voire dans 50 ans. »

Design extérieur
La nouvelle esthétique se caractérise par des surfaces particulièrement généreuses qui sont interrompues sur la Chiron par des lignes très frappantes. L’inspiration pour les lignes accentuées de la Chiron est tirée de la légendaire Bugatti type 57 SC Atlantic, la création la plus célèbre de Jean Bugatti, génie du design et fils d’Ettore, le fondateur de l’entreprise. On retrouve les courbures de l’Atlantic avec galbes prononcés accentuant la sportivité de la Chiron.

Les caractéristiques de design ont un arrière-plan technique.
Les caractéristiques les plus marquantes du design de la Chiron sont le fer à cheval Bugatti avec le nouveau visage à huit yeux, la barrette en C surnommée « ligne Bugatti » sur la vue latérale et se répétant aussi dans l’habitacle en tant qu’élément de design, l’ailette centrale en réminiscence de l’arrête de la Bugatti Atlantic, qui s’étend sur toute la longueur du véhicule jusqu’à son arrière, ainsi que la pièce terminale arrière réaménagée avec le nouveau bloc de feux arrière qui est sans équivalent dans l’industrie automobile et qui confère à la Chiron une signature Bugatti indéniable.

La plupart des éléments de design ont un motif technique et ont été aménagés de telle façon qu’ils soutiennent sans restrictions les exigences de performances accrues de la Chiron. La Chiron est de 40 mm plus large que les modèles précédents offrant ainsi davantage de liberté de mouvement, surtout dans l’espace réservé aux pieds et à la tête (+12 mm), et une meilleure ergonomie. L’avant plus large du véhicule est soutenu par le nouveau visage à huit yeux (les 8 projecteurs Led). Pour le projecteur, Bugatti a volontairement renoncé à tout jeu de lignes. A côté du corps du luminaire, Bugatti a aussi positionné une entrée d’air particulièrement efficace pour le refroidissement des roues avant et des freins, afin de répondre là aussi à une fonction aérodynamique essentielle.

L’élément décoratif résultant du meilleur savoir-faire artisanal met admirablement en scène les lignes latérales.
Cela vaut également pour la ligne Bugatti, qui ne définit pas seulement de façon impressionnante les côtés de l’extérieur, mais qui est aussi clairement visible à l’intérieur. La ligne extérieure reflète de façon particulièrement impressionnante l’ethos du design de la Bugatti, étant donné que le développement formel découle dans l’idéal d’une exigence technique. Car il ne s’agit pas seulement ici d’une merveilleuse ligne de styling.

Son positionnement a été déterminé par la nécessité de parvenir à cet endroit à une amélioration des performances pour l’aération du moteur et la ventilation en général. Un flux d’air non filtré – très utile pour le véhicule – pénètre à l’intérieur, tout particulièrement derrière le montant A, à hauteur de la vitre : il est absorbé par la barrette du montant C, transféré vers le passage de roue, puis expulsé à nouveau par l’arrière.La ligne latérale est mise en scène visuellement par une baguette décorative de 2,80 m de long. Cette baguette se compose d’un alliage d’aluminium spécial poli à la main pour lui apporter de l’éclat, mais qui peut aussi adopter différentes autres couleurs à la demande.

Cette baguette décorative est encastrée à la fois dans le panneau latéral et dans la porte. L’interaction de l’aluminium en tant qu’élément décoratif dans cette taille et cette géométrie, ainsi que la peau extérieure en fibre de carbone de la Chiron, constituent un grand défi. Bugatti le maîtrise de façon magistrale et prouve déjà par ce simple détail sa capacité à rendre possible l’impossible.

La version entièrement revue de l’arrière du véhicule avec des blocs de feux arrière  novateurs confère une signature distinctive à la Chiron.
L’arrière du véhicule avec son bord de décollement périphérique montre de façon évidente que la forme adopte les règles de la performance sur la Chiron. Cette configuration est due à la résistance plus réduite de l’air, à la puissance accrue du moteur, à la nouvelle vitesse maximale et surtout aux exigences de dissipation thermique dans la zone arrière du véhicule : l’effet d’aspiration derrière la partie arrière permet d’évacuer l’air chaud accumulé dans le compartiment moteur. Si cette forme arrière ne constitue pas réellement une nouveauté dans le secteur des voitures de sport, c’est néanmoins le cas du bloc de feux arrière à Led (feu rouge arrière, feu stop, clignotant et feu arrière). Les designers ont voulu souligner la largeur du véhicule sans fioritures, et c’est pour cela qu’ils ont mis au point cette bande de lumière homogène de 1,60 m de long qui s’étend sans interruption et d’un seul tenant sur toute la largeur. La bande lumineuse arrière est la signature indiscutable et la caractéristique exclusive de la Bugatti Chiron.

La Chiron est le seul et unique véhicule de série dans lequel on peut trouver un bloc de feux arrière configuré de la sorte. La bande lumineuse n’a que quelques millimètres d’épaisseur et elle est soutenue par une barrette fraisée en aluminium massif. 82 lampes à Led Super RED veillent à ce que chaque usager de la route reconnaisse tout de suite et sans hésitation qu’une Bugatti Chiron circule devant lui.

Elle s’apparente nettement plus à la « Bête », tout en demeurant encore la « Belle »
Les tracés des lignes permettent de reconnaître que l’équilibre entre le côté « belle » et le côté « bête » qui symbolise la Bugatti moderne a été, sur la Chiron, sensiblement orienté vers l’agressivité. On le voit à la ligne nettement plus dynamique, à l’ailette centrale à effet d’accélération, à l’aile arrière qui a été élargie et à l’angle d’attaque plus agressif.

La caractéristique traditionnelle de l’ADN de Bugatti, c’est le jeu entre deux couleurs.
La limite de couleur sur la Bugatti n’est cependant pas tracée par des pièces de carrosserie mais, de manière très technique, par les limites entre ces pièces. Par le passé, plus de 50% des clients de la Veyron ont configuré leur Bugatti en version bicolore. On s’attend à ce qu’il en aille de même pour la Chiron, qui a cependant aussi un aspect absolument séduisant en une seule couleur et qui fera forte impression.

La Chiron a des proportions imposantes, même à l’arrêt, en particulier grâce à ses roues aux dimensions agrandies.
La largeur accrue du véhicule profite par ailleurs au volume des puissantes ailes, car ici la voiture peut faire jouer ses muscles de façon impressionnante. Cet aspect est renforcé par le fait que les portes à l’avant épousent directement la carrosserie comme un costume fait sur mesure.

Même l’aileron arrière, que l’on appelle « Air Brake », soutient parfaitement sur le plan visuel les performances sans équivalent que crée le « powerhouse » à l’arrière de la Bugatti. Elle s’étend sur toute la largeur et constitue ainsi une déclaration à la fois technique et stylistique.

Authenticité à 100 % des matériaux
Bugatti concrétise également de manière conséquente sa philosophie « What you see is what you get » (Ce que vous voyez est ce que vous avez) sur la Chiron. Cette dernière est systématiquement construite avec des matériaux authentiques. Ce qui ressemble à du carbone, à de l’aluminium ou à du cuir l’est effectivement. Tous les éléments décoratifs de l’extérieur sont en aluminium et quel que soit l’endroit où ils sont placés dans le véhicule, leur effet anodisé confirme une qualité systématiquement élevée.

Le fer à cheval à l’avant est constitué d’une pièce dont les degrés de déformation ont atteint les limites de ce qui est techniquement faisable. L’épaisseur du matériau ne dépasse pas 1,5 mm en moyenne. Un alliage spécial apporte un degré de brillance tout particulier et il est poli à la main. Même pour la construction de la grille dans le fer à cheval, on est parvenu aux limites du faisable. La construction légère en aluminium de la Chiron exerce un effet 3D qui apporte une certaine profondeur visuelle. La grille ne se contente cependant pas d’être très belle, elle a aussi une résistance diélectrique très élevée. Tout cela résulte d’un procédé de fabrication complexe en plusieurs étapes.

Refonte de l’emblème avant en argent massif 970 et en émail
L’emblème à l’avant sur la calandre, également appelé « macaron », est sans nul doute un véritable bijou. Il a été entièrement redessiné et a grandi d’un tiers par rapport à son prédécesseur sur la Bugatti Veyron. L’ovale Bugatti est la seule pièce de la Chiron à laquelle on a épargné le douloureux programme de réduction du poids que l’on applique habituellement dans le développement d’une Supercar. Il a eu le droit de rester lourd! Cet article d’orfèvrerie de 26 cm de circonférence est réalisé en un argent 970 massif et en émail, et pèse fièrement 155 grammes, dont 140 g rien pour que l’argent. Jusqu’à présent, il arborait un aspect 2D avec une inscription art déco et une ombre évoquée selon l’exemple des années 1920.

Il rayonne désormais en 3D avec un effet de lettres planantes au-dessus de l’émail rouge. La fabrication de cette pièce décorative n’est possible qu’à la main, car elle est particulièrement complexe et requiert beaucoup de temps. Au total, cinq couches d’émail sont appliquées et gravées sur les inscriptions individuelles. L’ovale est ensuite poli à la main. Ettore Bugatti, qui vivait selon la devise « Rien n’est trop beau, rien n’est trop coûteux », prenait sans doute tout son plaisir avec cette pièce d’orfèvrerie pure.

Intérieur
La barrette en C illuminée dans l’habitacle est le conducteur de lumière le plus long de l’industrie automobile.
L’intérieur reflète les thèmes stylistiques de l’extérieur, par exemple l’ailette centrale inspirée de la Bugatti Atlantic. Elle donne une impression de symétrie dans l’habitacle. Parallèlement, le thème de design de la ligne Bugatti trouve son expression la plus vigoureuse dans cet habitacle. L’ovale ouvert emprunté à la lettre initiale stylisée avec élan de la signature de Louis Chiron et qui caractérise la vue latérale du bolide est thématisé dans l’habitacle en tant que ligne de séparation entre les unités symétriques du conducteur et du passager.

La bande lumineuse en forme de C, élément graphique majestueux, traverse le capot avant et pénètre dans l’habitacle avant de se poursuivre tout naturellement sur le tableau de bord. De là, elle s’écoule par l’accoudoir entre les sièges jusqu’à la cloison arrière. Puis, elle s’élève jusqu’au ciel de pavillon et vient terminer sa course au niveau du rétroviseur extérieur. La bride de lumière éclairée de manière homogène et dont on peut faire varier la lumière est le conducteur de lumière le plus long de la construction automobile. Mais comme si cela ne suffisait pas, elle est aussi insérée dans un cadre fabriqué avec un procédé complexe à partir d’un seul bloc d’aluminium qui constitue une pièce d’orfèvrerie à lui tout seul.

Toute l’attention est portée au pilote.
L’agencement du cockpit de la Bugatti Chiron répond de manière cohérente aux besoins fonctionnels. Afin de garder la console centrale aussi fine que possible pour créer une sensation d’espace généreux, la climatisation et le système d’info-divertissement ont été séparés. Les unités de la console centrale disposent d’afficheurs autonomes. Le levier sélecteur pour la boîte de vitesses à double embrayage et sept rapports épouse dans une parfaite ergonomie la main du pilote. Il est fabriqué en matériaux de qualité supérieure, toutes les pièces en aluminium sont entièrement fraisées. Bugatti est le seul constructeur automobile qui utilise pour les commandes de l’aluminium anodisé. Chacun des symboles du graphisme est éclairé individuellement et avec précision par transparence. Toutes les informations concernant le dynamisme de conduite sont placées dans le champ de vision du pilote.

Le tachymètre analogique est visible à travers le volant avec son emblème central de fer à cheval. En face des affichages numériques complémentaires sur les deux côtés, l’indicateur de vitesse mécanique central se démarque par sa haute qualité qui frappe l’œil.

Le tachymètre est gradué jusqu’à la limite magique des 500 km/h et flatte les yeux car il ressemble en tout point à une montre de luxe suisse. Le haut du tachymètre indique 250 km/h, avec une symétrie parfaite.

Tout parfaitement en main et aisément manœuvrable.
Le volant est un exemple révélateur de la parfaite harmonie entre fonctionnalité et esthétique. La centrale de changement de vitesse est intégrée dans ce design entièrement repensé, afin que le conducteur n’ait pas besoin d’ôter la main du volant pour piloter des systèmes essentiels. Grâce à des boutons multifonction sur la partie gauche et la partie droite du panneau de commande du volant, il peut commander les options multimédia du véhicule telles que la navigation, la téléphonie et le système audio. En dessous, du côté gauche, se trouve une commande rotative des différents modes de conduite, et à droite, le bouton de démarrage sans clé (Keyless Start). En bas et au milieu, le pilote peut activer la fonction « Launch Control » afin de prendre immédiatement la tête de la course, grâce au couple maximal au démarrage et à l’accélération.

Le volant est disponible soit entièrement en cuir, soit – en option – dans une combinaison de cuir et de fibres de carbone. Bugatti tient compte des souhaits de ses clients en ornant aussi généreusement l’habitacle de fibres de carbone de haute qualité. La répartition savamment harmonisée du matériau avec le cuir crée une ambiance luxueuse qui est parfaitement appropriée pour une Supercar qui doit répondre à autant d’exigences techniques.

Bugatti propose à ses clients 31 couleurs pour le cuir et 8 couleurs pour l’Alcantara dès le début des entretiens sur la configuration de leur nouvelle voiture de rêve. Même si le client a des souhaits particuliers en matière de couleurs ou de matériaux – ce qui est plutôt la règle que l’exception chez Bugatti – rien n’arrêtera les designers et les ingénieurs pour les satisfaire tout en tenant compte des rigoureuses exigences de qualité et de sécurité. Pour une Bugatti, seuls des matériaux exclusifs de la plus haute qualité et de la meilleure finition entrent en ligne de compte. Il va sans dire que chaque habitacle doit être conçu sur mesure pour le client et fait main.

Une bonne position assise et un confort optimal jouent un rôle important, surtout dans une Supercar.
Pour la Chiron, il existe trois types de sièges. La version de base impressionne par un remarquable confort d’assise grâce à un rembourrage travaillé, un aspect très spécial des coutures, ainsi qu’une répartition optimale de la pression sur les sièges. Une possibilité de réglage électrique des sièges permet d’être assis de façon détendue et ergonomique. Elle est complétée par la possibilité d’un réglage longitudinal manuel. Et les bourrelets latéraux de maintien du siège apportent un remarquable appui latéral. Outre ce siège polyvalent, il y a aussi le siège sport avec des passages de sangles de haute qualité en aluminium poli pour les ceintures 4 points et le siège confort avec appui lombaire, réglage longitudinal électrique et fonction mémoire.

Même le concept de rangements montre à quel point la Chiron se démarque des autres acteurs du marché par sa volonté d’être une Supercar à la fois extrêmement performante, luxueuse et confortable.
Les possibilités de rangement avec des casiers de rangement ouverts et fermés dans les portes sont particulièrement nombreuses, tous ces rangements sont éclairés et la luminosité est variable. Des Smartphones peuvent être déposés dans la console centrale pour être directement à portée de main.

Une boîte à gants réfrigérée vient renforcer le facteur confort. Des housses à vêtements ou des vestes peuvent être accrochées à deux crochets de haute qualité derrière les sièges.Lors de la conception du véhicule, les développeurs ont également pris le soin de créer des espaces de rangement distincts pour les deux clés de contact de la Chiron.

Nécessaire à la conduite de la Supercar dans tous les modes dont elle dispose et permettant d’atteindre jusqu’à 380 km/h, la clé principale fonctionne avec la fonction Keyless Go et vient s’insérer dans le tableau de bord, à droite du volant. La conception de cet emplacement unique pour la clé a été animée par la volonté que celle-ci soit protégée, même en cas de conduite sportive. Définition même de l’élégance et de la grâce, la clé de la Chiron est réalisée à partir d’aluminium et se marie parfaitement à l’équipement intérieur du véhicule avec ses coutures raffinées et ses finitions cuir. Le dessus de la clé est serti d’un logo Bugatti, fabriqué en argent massif et émail, de la même facture que l’emblème que l’on retrouve sur la calandre de la Supercar.

Un profil et des lignes élégantes : la Bugatti Speed Key a été imaginée et créée à l’image de son nom.
Taillé dans l’aluminium brut, le boîtier de la clé se distingue par son effet miroir obtenu suite à un procédé de polissage. Pour parachever le design abouti de la clé, celle-ci a été ornée du monogramme bleu et intemporel de la Chiron. Située dans le bloc de commandes, à gauche du siège conducteur, l’emplacement aimanté attribué à la Speed Key ne présente aucune démarcation visible. Une place de choix pour une telle clé. Et un véritable plaisir pour les yeux à chaque montée.

Le deuxième atelier auquel j’ai assisté concerne la présentation des nouvelles technologies utilisées par Bugatti pour sa Chiron. Je vous les présente via un second article avec des visuels inédits détaillant les innovations technologiques.
J’adresse une nouvelle fois un grand merci à Achim Anscheidt pour cette présentation détaillée et à Marie-Louise Fritz pour cette invitation exclusive.
Photos : 4Legend.com / Bugatti

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

1 Comment

  1. Pingback: IAA 2017 – A la découverte des technologies inédites de la Bugatti Chiron | 4Legend.com – AudiPassion.com

Leave a Reply