Porsche 911 2.4S de 1971: l’ex reine des circuits de Zuffenhausen en balade.

Porsche 911 2.4S de 1971: l’ex reine des circuits de Zuffenhausen en balade.

ad-728-mannes

Avoir la possibilité de réaliser une balade dans une production de l’usine de Zuffenhausen ne se refuse jamais, surtout lorsque cela nous est proposé par Louis Bojaruniec de Jean Lain Vintage et que notre modèle du jour n’est rien d’autre qu’une 911 2.4S de 1971 ayant subi une restauration carrosserie totale.

La présentation de notre coupé du jour se fait dans les locaux aux côtés d’une autre star allemande que j’apprécie énormément (si peu de le dire, je crois même que le mot est insuffisant), la 2.7 RS de 1973 bien connue de 4Legend (voir notre article à propos de sa restauration).

L’orange sanguine tranche clairement avec le vert Tilleul mais malgré la ressemblance, nous avons deux caractères bien différents avec cependant seulement 20 chevaux de différence entre les deux.

Apparue en 1966, la gamme S va permettre à Porsche de rendre sa 911 enfin véritablement performante. Tout d’abord disponible en 2.0 de 160 puis 170 chevaux grâce au passage à l’injection, le flat6 passe en 2.2 en 1969 afin d’atteindre les 180 chevaux et deux ans plus tard, c’est le 2.4 qui s’installe dans la 911 augmentant la puissance à 190 chevaux: enfin 2.4 sur le papier mais 2341 cm3 en réel. La suite logique sera la 2.7 RS en 1973 conçue sur la base de la 2.4S, donnant naissance à la 2.7S en 1974….cette dernière n’aura pas le succès escompté et sera la dernière 911S avec l’arrivée de la Carrera 3.0l en 1975. Le retour du « S » dans la gamme se fera avec la 993 Carrera S.

Comme toutes les Porsche, elle démarre au quart de tour! le son du Flat 6 résonne dans le show-room et après une petite manoeuvre nous pouvons nous installer à bord. Aujourd’hui on ne sait plus ce que cela représente puisque tout est feutré mais le doux bruit métallique de la portière à l’ouverture et la fermeture se reconnaît entre 1000.

L’installation à bord est toute aussi particulière, l’ambiance qui se dégage des anciennes Porsche est indescriptible, tout est léger mais vieillit convenablement et tout est à sa place…place qui n’évoluera pas beaucoup au fil des décennies d’ailleurs, signe qu’une fois que tout est bien conçu, il est inutile de vouloir tout révolutionner. Notre modèle a vu son habitacle restauré avec une nouvelle moquette, un ciel de toit refait ainsi que la sellerie similicuir des sièges avant.

Nous sommes en route pour notre spot photographique au bord du lac. Les odeurs et les bruits ,qui se font trop discrets aujourd’hui, mettent vos sens en éveil. Chaque accélération est synonyme de ce petit son typique et vos yeux sont irrésistiblement attirés par la forme des ailes avant…bref vous l’aurez compris, ce n’est que du bonheur et rouler dans une « classic » représente un moment particulier, une chance.

A l’arrêt, notre classic nous attire sur les particularités de la « S ». Le spoiler avant est spécifique est légèrement plus agressif.

Les ailes arrière ont été retravaillés afin de faire rentrer les pneumatiques élargis et suspensions spécifiques.

Typique de la 2.4S, le réservoir d’huile est positionné devant l’essieu arrière afin de tenter d’atténuer l’effet sac à dos de la 911. On comprendra facilement que suite à quelques erreurs des pompistes confondant la trappe du réservoir d’huile et la trappe à essence à l’avant, ceci disparaît en août 1972…ultime rareté parmi les 5094 exemplaires produits de 2.4S.

L’orange sanguine matching colors tranche avec le lac sombre ce jour-là.

Notre 911 du jour a subi une restauration de la carrosserie dans les ateliers de Jean Lain Vintage à côté d’Annemasse (photo Jean Lain Vintage).

Le travail est magnifique, tous les éléments ont été retravaillés et remis à neuf.

Les galbes de la 911, so beautiful!

La suite de la balade a eu lieu sur les petites routes au bord du lac. Je n’étais que passager mais cela ne m’empêche pas de sentir qu’il faut quelques notions de pilotage pour envoyer un peu et faire rugir le flat 6. L’avant est bien léger, l’arrière semble vouloir vous pousser facilement à la faute sans l’électronique trop présente sur les modèles d’aujourd’hui. La piloter sur les circuits pour lesquels les modèles S étaient destinés ne devait pas faire rire. Les réglages sont particulièrement fins, beaucoup ont dû finir dans les bacs à graviers aux mains de pilotes un peu trop optimistes suite à son avant fuyant si mal positionné.

Son moteur ne demande qu’à monter dans les tours et pousser les 1075 kg jusque 230km/h. Le 0 à 100 est réalisé en 7.0s: des chiffres proches de la 2.7 RS sans avoir les inconvénients de sa rareté et de son prix.

Après quelques kilomètres, la 911 a retrouvé son show-room de Jean Lain Vintage que nous remercions et plus particulièrement Louis Bojaruniec pour la balade et les informations de notre classic.
Suite des photographies:

About The Author

Related posts

Leave a Reply