VW-Porsche Murène de 1970 par Heuliez sur base de 914/6

VW-Porsche Murène de 1970 par Heuliez sur base de 914/6

Au salon de l’automobile de Paris 1970, le bureau d’étude Heuliez a présenté sur son stand le prototype d’une voiture sur la base d’une VW-Porsche 914/6 : la VW-Porsche Murène conçue par Heuliez et Brissonneau & Lotz via le styliste Jacques Cooper.

Origines de la Porsche Murène
En 1969, Porsche en collaboration avec Volkswagen a sorti un nouveau modèle :  la VW-Porsche 914, disponible en 2 motorisations : 4 cylindres pour les modèles Volkswagen (914/4) et 6 cylindres pour les modèles Porsche (914/6). Porsche n’avait à cette époque qu’un seul modèle : la 911.

Voulant élargir sa clientèle, en ciblant des personnes plus jeunes n’ayant pas les moyens de s’offrir une 911, Porsche a lancé un modèle plus économique et plus attractif. Afin de réduire les coûts de conception et de fabrication, Porsche s’était associée à la marque cousine Volkswagen afin de créer la fameuse VW-Porsche 914.

En 1969, un carrossier français basé à Creil dans l’Oise – Brissonneau & Lotz – en partie intégré au carrossier Chausson – a conçu sur papier un joli coupé sur la base de la toute nouvelle Porsche 914.

Le carrossier Brissonneau & Lotz, dirigé par Yves Brissonneau, réalisait des carrosseries en petites séries pour de grandes marques automobiles européennes. Il travaillait également dans d’autres domaines comme le ferroviaire en réalisant des carrosseries de locomotives.

Ce carrossier français avait des stylistes talentueux comme Paul Bracq (qui deviendra le responsable du design BMW) et Jacques Cooper, le créateur du style du premier TGV (TGV001). Avec la sortie de la nouvelle Porsche 914/6, le carrossier souhaitait proposer une carrosserie originale sur la base de cette nouveauté. Les esquisses réalisées par Jacques Cooper sont élégantes et prometteuses. La direction de Brissonneau & Lotz a acquis directement chez Porsche à Stuttgart le 12 janvier 1970 une des toutes premières Porsche 914/6 afin de réaliser la voiture. La voiture portait l’immatriculation d’origine S – R 2132. Peu de temps après, les finances de la maison mère – le carrossier Chausson – n’étaient pas au beau fixe et ce projet ne pouvait pas être concrétisé en interne.

Le projet étant intéressant pour Brissonneau & Lotz, le styliste Jacques Cooper – qui a déjà fait les croquis – a contacté Henri Heuliez pour que la société Louis Heuliez S.A. puisse réaliser ce projet.

Son PDG – Henri Heuliez – y voit une grosse opportunité de se faire un nom dans la carrosserie automobile, Heuliez cherchant alors à diversifier ses activités. A la fin des années 1960, Heuliez était surtout connu pour être un carrossier industriel pour les autobus / cars et les camions / camionnettes sur des châssis Citroën, Renault, Peugeot, Berliet, Fiat, Simca, Saviem. Un département mobilier scolaire a même été créé afin de produire des tables, des bureaux et des armoires pour les collectivités et les écoles. Un autre projet a démarré en 1969 pour carrosser une Citroën AMI-8 : la Citroën M35 produite de 1969 à 1971.

Après avoir conclu un accord entre les 2 sociétés, le styliste Jacques Cooper a été mis à dispositon d’Heuliez (restant styliste pour Brissonneau) pour collaborer avec le bureau d’étude Heuliez. Le projet Porsche entamé dans l’Oise a été rapatrié dans les locaux d’Heuliez à Cerizay, dans les Deux-Sèvres, afin d’y être réalisé.

Conception de la Porsche Murène
Une fois arrivé à Cerizay, Jacques Cooper s’est mis au travail pour concevoir le concept car sur la base de la Porsche 914-6 dans les locaux d’Heuliez.

Une fois les croquis et les plans validés, le projet s’est déroulé très rapidement, en moins de deux mois et demi, de la planche à dessins à la réalisation du véhicule sur la base de la VW-Porsche 914/6 en partant d’une maquette en bois. La Porsche 914/6 utilisée portait le numéro de châssis 1300005. Il s’agissait d’une 914/6 de pré-série.

Le designer Jacques Cooper avait dessiné plusieurs croquis montrant différentes versions de la voiture avec sur certains un arrière relevé s’inspirant d’une carrosserie notchback. La partie arrière a été figée lors de la réalisation de la maquette.

Le pavillon rigide intègre un arceau. Le pare-brise est en verre feuilleté, ce qui n’était pas le cas de certaines voitures de l’époque.

Des rétroviseurs ont été placés sur les ailes avant, plutôt que sur les portes ou sur le montant des portes avant. Les phares rétractables et les pare-chocs avant et arrière intégrés, en matière souple afin d’absorber les chocs, fournissaient à la voiture une aérodynamique exceptionnelle.

La Murène a un moteur six cylindres à plat (Flat 6) de 1991 cm3, portant le n°6191814 qui garde sa position centrale d’origine. On y accède par la verrière arrière qui bascule entièrement vers l’arrière et retenue par des vérins à gaz.

Le moteur est alimenté en air frais via des ouïes latérales à la place des montants de la 914.

Après avoir façonné la carrosserie, l’équipe projet s’est attaqué à l’intérieur qui adopte un mélange de tissu gris et de cuir noir.

La Porsche Murène avait une carrosserie bi-ton : elle avait une couleur marron métallisé sur la partie supérieure et beige clair sur la partie inférieure.

La Murène reçoit des jantes en aluminium au design exclusif et un logo Murène sur chaque aile avant.

La Murène a un numéro de châssis Heuliez portant le n°HZ1970-1. La Murène mesure 4,185 m de long, 1,76 m de large et 1,22 m de haut.

Ce concept Heuliez a été baptisée Murène, en référence au poisson qui a inspiré son design.

Présentation au salon de Paris 1970
En octobre 1970, la VW-Porsche Murène est exposée au Salon de l’Automobile de Paris sur le stand Heuliez. Henri Heuliez avait convié la presse via un courrier datant du 28 septembre 1970 avec une invitation à se rendre sur le stand 14 du hall C, pour y découvrir le prototype d’une voiture grand tourisme basée sur la Porsche 914/6.

Les avis des visiteurs étaient très positifs, de part son élégance et son design plus fluide que celui de la VW-Porsche 914 de série.

Cependant, le projet n’intéressait pas Porsche qui avait déjà confié avec Volkswagen la production de sa 914 au carrossier allemand Karmann-Ghia. Face à ce refus, Heuliez n’a pas prit pas le risque de se lancer seul dans la commercialisation de cette voiture.

En 1971, la Porsche Murène a été rachetée par Heuliez au carrossier Brissonneau & Lotz, pour la somme de 24 250 francs de l’époque (cf facture ci-dessous). Elle fut ensuite rapatriée dans les locaux d’Heuliez. La partie supérieure de la carrosserie de couleur marron métalisé a été repeinte en orange. La partie basse de couleur beige n’a pas été touchée.

La Murène d’Heuliez a ensuite été stockée durant 40 ans, sans jamais avoir été immatriculée.

Seconde vie de la Porsche Murène
En 2012, la Porsche Murène a été remise en route (et non complètement restaurée) par le nouveau département « Heuliez Héritage » et lui a fait une grosse révision au niveau du moteur et du châssis. Sa carrosserie a aussi été rafraîchie pour lui donner toute sa splendeur de l’époque.

La société Heuliez étant face à de gros problèmes financiers, elle avait besoin de liquidité. La Porsche Murène d’Heuliez a été mise en vente aux enchères par la maison Artcurial le 7 juillet 2012 à l’occasion du Mans Classic 2012. Estimée entre 50 000 et 100 000 euros, la Porsche Murène a été vendue 42 889 euros TTC à un français basé en Alsace.

Lors de sa vente, elle affichait 12 000 km au compteur. Cette voiture disposait lors de sa vente de son certificat de cession entre Brissonneau et Heuliez ainsi que du document de dédouanement d’époque. Le nouvel acheteur – Philippe de Gail – a ensuite fait immatriculé la voiture (immatriculation française CL-939-VQ) afin de pouvoir l’utiliser sur la route.

La voiture est parfois visible lors de rassemblement de véhicules anciens comme au Concours d’Élégance Retro Classics 2015 à Ludwigsburg.

Une des sources : http://leroux.andre.free.fr/h4e.htm

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

1 Comment

  1. Pingback: Livre « 50 Years Porsche 914 » de Jürgen Lewandowski – Delius Klasing | 4Legend.com – AudiPassion.com

Leave a Reply