Audi France : Les 20 ans du TT sur le circuit Paul Ricard

Audi France : Les 20 ans du TT sur le circuit Paul Ricard

20 ans, trois générations et des passionnés de ce modèle emblématique pour une réunion au circuit Paul Ricard à l’occasion d’une journée exceptionnelle organisée par Audi France. En tant que fans inconditionnels de la marque et de l’Audi TT, nous nous devions d’être présents pour célébrer l’anniversaire de ce modèle unique dans la gamme.

Notre week-end débute à l’hôtel à proximité du circuit où déjà quelques TT sont présents sur le parking. L’événement rassemble des propriétaires de toute la France, certains faisant le trajet de nuit depuis la Bretagne par exemple, la veille, afin  d’être certain de pouvoir profiter de la région pour le week-end. Le TT a ses fans.

Après une nuit très courte, excités par la journée qui nous attend, nous nous rendons à quelques centaines de mètres de l’hôtel où nous sommes tout de suite pris en charge par Audi France, guidés jusqu’au paddock du circuit Paul Ricard avant d’être une nouvelle fois pris en charge pour nous garer par génération. Nous sommes tout de suite mis dans le bain, nous allons être chouchoutés pendant la journée!

Après avoir salué des amis que nous ne voyons pas assez souvent, il faut aller se présenter à l’accueil dans le hall du circuit pour confirmer notre présence. On nous remet alors un package #TT20ans composé de casquettes, tours de cou, cagoules Audi Driving Experience, autocollants TT 20 ans et des caches plaques à apposer sur nos TT.

Briefing obligatoire animé en partie par Frédéric Rouvier, responsable pédagogique Audi Driving Experience. Il nous présente le planning de la journée puis les règles de sécurité du circuit. Nous voilà parés pour la journée.

Les groupes sont organisés en 3 couleur, noir, gris et rouge. Chaque groupe peut prendre la piste 30 minutes le matin et 30 minutes l’après-midi et nous avons la chance de commencer parmi les premiers. Nous roulons sur la version 3,8km apparue à partir du Grand Prix de France 1986 suite, entre autres, au décès du pilote italien Elio de Angelis sur Brabham la même année pendant des essais. La bretelle entre la ligne droite des stands et la ligne droite du Mistral réduit de 2km la longueur de la piste mais assurera aux pilotes de l’époque une certaine sécurité du fait des vitesses de passage de plus en plus importantes à l’époque dans le S de la Verrerie et l’arrivée dans la courbe de Signes après une ligne droite de 1,8km.

Ce circuit est une découverte pour moi, j’avais eu l’occasion de rouler sur le circuit Driving Center avec Audi mais jamais sur LE Paul Ricard donc nous partons déjà pour un tour de reconnaissance à allure normale. Se retrouver au centre de la ligne droite du Mistral est impressionnant, à l’instar de la première fois où nous avons mis les roues sur la Nordschleife en Allemagne en se disant que les plus grands pilotes ont posé leurs roues ici. C’est à la fois grisant mais aussi très intimidant. D’un seul coup, je vois apparaitre dans mon rétroviseur une, puis deux et enfin une troisième RS3 LMS des baptêmes. Ca aussi c’est intimidant, on a l’impression de se retrouver en pleine course. Les tours s’enchainent, nous trouvons nos trajectoires grâce aux cônes de signalisation présents sur le bord de la piste et nous freinons de plus en plus tard faisant fi des cônes de freinage eux aussi en bord de piste. Nous prenons confiance mais des vibrations au freinage me font rentrer plus tôt. Je suis certainement aller trop vite pour faire chauffer le système avec mes plaquettes piste et elles n’apprécient pas après 15 minutes en piste. On se rattrapera l’après-midi après avoir vérifié que tout va bien sur le châssis.

Audi France avait prévu des animations. Nous avions la possibilité d’essayer des petites TT cup 2015 radio commandé à l’échelle 1:10 sur son circuit avec une course  de 3 tours et un porte clefs TT en cadeau pour les gagnants des différentes manches. Ces petites autos sont difficiles à manier et il faut faire preuve de patience pour ne pas rater un virage mais on rigole bien avec ces petits bolides.

Chaque équipage possédait un bon baptême en passager d’une RS3 LMS. Rien de mieux pour connaitre les sensations d’une auto de course et ce n’est pas ma femme, Mylène, qui en a profité, qui nous dira le contraire. Le tour est court mais intense en sensations avec son 4 cylindres 2.0 TFSI de 330 chevaux, un châssis de compétition et un poids contenu à moins de 1200 kg permettant un 0 à 100 km/h en 4,5 seconde et une vitesse maximale de 240 km/h. Le son de son échappement a résonné toute la journée entre les barrières du circuit et le sourire béat des participants en sortant des baquets en disait long sur l’ambiance à bord.

Avant le repas servi dans le restaurant panoramique, nous avons tous été appelés pour la parade sur le circuit. Les 100 TT ont pu prendre la piste créant tout d’abord un bouchon dans les paddocks.

Un premier tour complet fut réalisé, à allure réduite en essayant de garder nos distances.

Les propriétaires étaient tous fiers de leurs TT.

Puis nous avons été placés pour un arrêt dans le virage du Pont pour une photo de groupe réalisée au drone (crédit photo: Audi France).

Une partie des TT avec le RS Safety Car.

Même les miniatures pouvaient prétendre à la parade.

Trois générations pour un seul but, l’anniversaire du TT.

De retour dans les paddocks avec un nouveau bouchon.

Depuis notre arrivée, un TT était sous une couverture, on distinguait bien les arceaux de la capote de ce roadster.

Il fut enfin découvert avant le repas, il s’agissait bien du TT série limitée 20 years dont 50 exemplaires seront disponibles en France (999 dans le monde). Cet argent flèche n’est pas sans rappeler le gris Flèche de la première génération comme le gris Nano, deuxième couleur disponible, rappellant le gris Nimbus.

Nicolas Alliot, chef du produit TT Audi France, nous a présenté l’ensemble des particularités de cette édition limitée.

En début d’après-midi, nous sommes partis pour notre deuxième session piste par groupe. Après avoir chauffé comme il faut les freins cette fois-ci, la bataille fut engagée contre un TT RS mk2. La vidéo ne donne pas la sensation de vitesse mais nous sommes à environ 190/200 km/h au bout de la ligne droite du Mistral avant de relâcher un peu en entrant dans la courbe de Signes et de freiner pour le double droite de Beausset à prendre en deux temps. L’épingle de Bendor m’a donné du fil à retordre dans les trajectoires avec nos TT plutôt lourdes pour ce type de virage. On ne s’attarde pas dans la courbe du Garlaban avant d’entrer dans le virage de la Tour qu’il faut sacrifier au profit du virage du Pont pour en sortir le plus rapidement possible et attaquer la ligne droite des stands qui se termine par un freinage à environ 160/170 km/h et ne pas rater la Bretelle et le S de l’école qu’il faut passer le plus vite possible afin de gagner en vitesse dans la ligne droite du Mistral.

Le revêtement est, comme la plupart des circuits F1, très abrasif afin d’avoir le plus de grip possible. Les Michelin Pilot Sport 4 que j’ai installé cette année m’ont impressionnée par leur aptitude à ne pas perdre de grip que se soit dans les courbes ou bien encore sur les phases de freinage. Mes Bridgestone S001 que j’avais avant ne m’aurait pas apporté autant de satisfaction, je redécouvre notre TT sur piste.

Une fois la session terminée, nous étions chauds pour attaquer le gymkhana au volant de TT RS Roadster. Le but était de battre le temps établi par Benoît Tréluyer. nous avons terminé 4ième, sans battre le record, mais dans un mouchoir de poche. Le gymkhana est une épreuve difficile, viser entre les cônes sans en toucher un seul, être rapide sans en faire de trop. Heureusement, il y avait un tour de reconnaissance, que j’ai raté, avant de faire le tour chrono.

Autre activité chronométrée dont le temps de référence a également été établi par Benoît Tréluyer, le simulateur dynamique sur le circuit Bugatti du Mans où nous avons également bien figuré avec le 4ième meilleur temps.

Audi France souhaitait offrir aux participants une photo souvenir de l’événement. Chaque propriétaire pouvait réaliser une photo avec son auto, ou non comme ici, qui était ensuite mis dans un magnifique cadre souvenir.

Nous avons bien rigolé avec le photobooth dans le hall d’accueil du circuit.

Le batak nous a coupé le souffle. Benoît Tréluyer réalise ce test pour améliorer les réflexes en éteignant 119 lumières en 60 secondes. Les participants auront été moins endurants et moins concentrés en restant très loin de son record.

A l’intérieur du box Batak et baptêmes RS3 LMS, on pouvait y trouver un TT Cup dont les courses ont lieu en ouverture du championnat DTM. Son moteur reste le 2.0 TFSI avec la boîte S tronic du TTS mais tout le reste évolue. Le plus impressionnant étant son régime grâce à la suppression de la transmission quattro.

A l’issu de la journée, nous avons été remerciés par Audi France et Frédéric Rouvier a félicité les meilleurs de chaque animation.

Le soleil se couche sur le circuit Paul Ricard, la journée est malheureusement terminée, c’est passé vraiment trop vite. Il est temps de quitter les amis et de rentrer à la maison, fatigués mais plus qu’heureux d’avoir pu participer à cet événement unique. Vivement les 30 ans du TT!!!!

Nous remercions chaleureusement Audi France et plus particulièrement Sabrina Nicolas, responsable marketing digital – social media & influencer, d’avoir organisé cette journée de folie et d’avoir permis d’inscrire les membres de 4Legend.com par l’intermédiaire de l’Audi Club International représenté par Sébastien Bourriez auprès de l’ACI Allemagne. Nos remerciements vont également à toute l’équipe d’Audi France, l’équipe de l’Audi Driving Experience, l’Audi Club International et enfin nos membres ayant fait le déplacement parfois depuis de l’autre côté de la France.
Et bien entendu nos TT, peu importe sa génération, car sans ce modèle, nous n’aurions pas connu une journée aussi intense entre amis.

Photos: 4Legend.com (descendez jusqu’en bas, il y a plus de 300 clichés de cette journée magnifique).

About The Author

Related posts

Leave a Reply