22 septembre 2018

ad-728-rotation
ad-728-rotation
Essai sur circuit de la nouvelle solution de pneu connecté Michelin Track Connect sur Porsche 911 GT3 et Ferrari 488 GTB

Essai sur circuit de la nouvelle solution de pneu connecté Michelin Track Connect sur Porsche 911 GT3 et Ferrari 488 GTB

ad-728-mannes

Michelin a été le premier fabricant de pneu à proposer une offre de pneu connecté destinée à enrichir les expériences de conduite sur circuit : Michelin Track Connect couplé au pneu Michelin Pilot Sport Cup 2 spécialement adapté afin de recevoir un capteur amovible permettant de mesurer avec une très forte précision la température et la pression du pneu. Suite à une invitation de Michelin à venir tester ce produit innovant, j’ai pu bien me rendre compte des bienfaits du Michelin Track Connect à bord d’une Porsche 911 GT3 sur le nouveau circuit très technique d’Andalucia au Sud de l’Espagne. Un système révolutionnaire pour les habitués des trackdays!

Après vous avoir présentés en détail la solution Michelin Track Connect (voir article sur sa présentation), il était temps de passer à son essai en conditions réelles.

Quand on vous propose d’essayer sur circuit avec de belles voitures sportives (Porsche 911 GT3, Porsche 911 Carrera 2S, Ferrari 488 GTB) une nouvelle offre de pneu connecté qui s’annonce à la fois inédite et performante, cela ne se refuse pas. Surtout quand on sait que c’est Michelin qui l’a conjointement développée avec des partenaires de qualité.

Le lieu des essais a été organisé par Michelin sur le tout nouveau circuit d’Andalucia en Espagne, à quelques kilomètres d’Almeria. Le circuit d’Andalucia a été conçu par Tito Rabat – le champion du monde 2014 de Moto2 et ancien pilote en MotoGP. La piste mesure environ 4,3 kilomètres de long (3,7 km dans notre configuration), avec un total de 17 virages dont certains sont très rapides et techniques avec de multiples dévers où la visibilité y est nulle. Ce nouveau circuit qui a été inauguré début 2018 est situé à côté du circuit d’Almeria, avec une jonction possible entre les deux afin d’en faire le plus grand circuit d’Europe.

C’est d’ailleurs dans cette région que se trouve les pistes d’essais Michelin pour le génie civil, les camions et les motos. Lors de l’atterrissage et du décollage de l’aéroport d’Almeria, j’ai pu contempler de l’avion l’ensemble des pistes.

Arrivée sur le circuit d’Andalucia
A l’arrivée devant le portail du circuit, trois voitures nous y attendaient afin de nous escorter jusqu’aux stands : Porsche 911 GT3, Porsche 911 Carrera 2S, Ferrari 488 GTB.

A peine descendus du bus qui nous a servi de transport entre l’hôtel et le circuit, nous étions chaleureusement accueilli par l’équipe Michelin. A gauche le personnel Michelin, à droite les trois voitures ouvreuses. Bien naturellement, mon attention était portée sur ces bolides que je pourrai conduire un peu plus tard.

En arrivant dans la pitlane, une surprise nous attendait : l’alignement des voitures mises à disposition par Michelin afin de tester le Michelin Track Connect dans les meilleures conditions. La journée s’annonçait idyllique!

Très rapidement (planning oblige), nous avons eu le droit à un briefing sur le programme du jour, les aspects sécurité sur la piste, un passage obligé à l’alcootest, une première présentation de l’offre Michelin Track Connect et enfin l’affectation des différents groupes et ateliers du jour. J’étais aux côtés d’autres confrères de la presse française et allemande. Mes confrères spécialisés Porsche – Marc Joly de Flat 6 Magazine et Vincent Flandin de RS Magazine – étaient aussi présents, Michelin ayant ciblé certains médias de qualité pour cette journée réservée à la Presse. La veille, quelques blogueurs et influenceurs français et allemand étaient présents comme le pilote Daniel Abt.

Au total, il y avait 6 groupes de 3 personnes. Pour ma part, j’étais dans le groupe vert « Team Charade » avec Vincent Flandin de RS Magazine et Pierre Lardenois d’option Auto. Nous étions coachés par Daniel, l’un des pilotes essayeurs Michelin en charge de l’homologation des pneus sur Porsche et Mercedes AMG.

Découverte du circuit en Ferrari 488 GTB
Le programme de cette journée qui s’annonce riche et intense débute par quelques tours de piste en tant que passager avec Daniel au volant à bord d’une Ferrari 488 GTB. L’objectif est de découvrir le circuit et de voir les bonnes trajectoires à prendre. Après cette première étape franchie, c’était à mon tour de prendre le volant accompagné de Daniel afin de me coacher. Ce n’était pas du luxe, car bien que ce circuit soit une pure merveille, il est également très technique avec des virages avec des dénivelés où la vision y est parfois nulle. L’instinct prend le dessus en ralentissant devant certains virages alors qu’au contraire Daniel pousse à accélérer. Au deuxième tour, la piste commençait à être connue et la peur du départ s’était estompée.

J’étais tout de même au volant d’une Ferrari 488 GTB développant 670 ch, en mode race, sur un circuit totalement inconnu et pas très large car destiné avant tout aux motos. Étant quelqu’un de prudent, j’y suis allé à mon rythme pour à la fin me permettre une conduite assez sportive et même essayer de jouer avec la Ferrari. Mais cette dernière m’a assez déçu : ses nombreuses aides électroniques ont gâché le plaisir et même avec 670 ch, elle ne me semble pas idéale pour une conduite sur une piste technique et exigeante. Ces 8 tours à son bord pour apprendre le circuit étaient passionnants, mais j’attendais avec impatience de prendre le volant d’une Porsche 911 GT3 plus adaptée à une conduite sur circuit, même avec « seulement » 475 ch de puissance.

Atelier de découverte de la solution Michelin Track Connect ainsi que ses avantages
Afin de bien utiliser l’offre Michelin Track Connect, il est important de bien comprendre son utilisation et ses avantages. La pièce maitresse est l’application qui va faire le lien entre les pneus et l’utilisateur.

Disponible sous iOS et Android, l’application Michelin Track Connect est simple et facile d’utilisation. La page d’accueil de l’application présente 5 menus : Mes runs, Mon garage, Start, Les circuits, Mon profil.

La première étape est de s’enregistrer en créant un compte en allant dans « Mon profil ».

Ensuite il suffit d’entrer les informations de son véhicule dans l’onglet « Mon garage » : marque, modèle, puissance, taille des pneus.

Puis, on retourne à l’accueil pour choisir le circuit parmi une soixantaine de choix possibles ainsi que la condition de roulage (sec, mouillé, chaussée humide froide <15°C, chaussée humide tempérée >15°C). Dans mon cas, c’était sec. En bas de la page, l’application soumet les pressions recommandées par Michelin en fonction de son véhicule.

Lorsque le pilote veut s’élancer sur la piste, il doit revenir au menu principal et appuyer sur Start. Une nouvelle fenêtre s’ouvre avec l’indication de la pression et la température de chaque pneu ainsi qu’un code couleur permettant du coin de l’œil de connaître la situation en temps réel.

Cet affichage lors des tours de circuit indique le dernier temps au tour ainsi que sa progression. En positionnant le smartphone à l’horizontal, un nouvelle fenêtre avec un curseur s’affiche indiquant l’évolution du comportement du véhicule, soit sous-vireur, soit sur-vireur, soit optimal.

Une fois de retour aux stands, il suffit d’appuyer sur stop afin d’avoir les ajustements recommandés. Il est également possible de rejouer son dernier run en appuyant sur « Mes runs », d’y voir l’évolution – via un tracé du circuit – des températures et des pressions des pneus, des forces G, de sa vitesse et des temps au tour.

Enfin, en positionnant le smartphone à l’horizontal, la silhouette d’une Porsche 911 indique la pression et la température de chaque pneu durant toute la durée des runs en jouant avec une time line. On peut ainsi analyser sa conduite et le comportement de la voiture afin de s’améliorer lors de futurs runs.

L’application permet également de remonter des informations/suggestions d’amélioration à Michelin en donnant la possibilité de les contacter directement via une fenêtre dédiée. Cela permet de suggérer un nouveau véhicule non présent dans l’application voire un nouveau circuit.

Cette application est ainsi un véritable coach permettant d’optimiser la pression de ses pneus, leurs usures, d’améliorer sa conduite et le grip de la voiture, de prendre plus de plaisir et de piloter de manière plus sûre.

Essai du Michelin Track Connect
Ma monture pour l’essai principal du Michelin Track Connect était une Porsche 911 GT3 Clubsport Type 911.1 développant 475 ch via son moteur Flat 6 de 3.8 l. Pour l’occasion, j’ai reçu 4 pneus neufs Michelin Pilot Spot Cup 2 dont les pressions furent celles préconisées par Porsche pour ce modèle. Tout le monde avait au début de ses runs 4 pneus neufs. Une fois à bord, Daniel me rappelle rapidement l’utilisation de l’application et j’appuie sur Start pour lancer l’application et m’élancer sur la piste.

L’objectif de ses 6 tours est de réveiller les capteurs en roulant à plus de 40 km/h puis de voir les préconisations de l’application concernant la pression optimale des pneus. Ces premiers tours permettait de se faire un avis sur le comportement de la voiture en fonction de la pression des pneus (sur-virage et sous-virage). Dès le premier tout, connaissant le circuit et ses quelques pièges, je ressent beaucoup mieux la piste avec la Porsche 911 GT3 qu’avec la Ferrari 488 GTB. La Porsche 911 GT3 pousse très fort, malgré près de 200 ch de moins que la Ferrari 488 GTB. Rapidement, l’application me signale par la couleur orange puis rouge de la pression incorrecte des pneus arrière. Effectivement, je sent le sur-virage important dans certaines courbes. Puis les pneus avant passent aussi dans le rouge, signifiant que la voiture peut sous-virer. Me concernant, je n’ai pas trop ressenti le sous-virage à part à un seul endroit.

Comment expliquer ces pressions plus importantes qui sont mauvaises? Chaque voiture a des préconisations de pressions constructeurs pour les pneus avant et arrière, dans le cadre d’une utilisation sur route et par tout temps. Dans notre cas, c’était sur circuit par un temps ensoleillé, chaud et sec.

L’utilisation d’une voiture sur un circuit fait chauffer beaucoup plus les pneus, avec des pressions qui augmentent au fil des tours. Le pneu est ainsi sur-gonflé et s’arrondit offrant moins de surface de contact sur la piste. Cela signifie que le grip est moindre et donc la voiture peut sous-virer ou sur-virer, faisant perdre des secondes précieuses à chaque tour. Le pneu s’use également plus ce qui n’est pas recherché par le pilotes.

Plus j’enchaînais les tours, plus j’étais confiant et j’améliorais mes chronos. J’ai débuté lors de mon premier run à 2″16’261 pour finir à 2″08’947, soit une amélioration de 8 secondes sans l’application. Avec la Ferrari 488 GTB, j’étais plus lent. Je suis tombé amoureux de la Porsche 911 GT3 : quelle sonorité et quelle tenue de route : un vrai kart!

Une fois mes tours faits et mes 4 voyants de pneu dans le rouge, je suis rentré aux stands pour arrêter l’application et prendre connaissance des recommandations de l’application pour avoir la pression des pneus optimale : -0,45 bar sur les 2 pneus avant, -0,80 bar sur le pneu arrière gauche et -0,75 bar sur le pneu arrière droit.

Une fois ses valeurs récupérées, on met via un manomètre la bonne pression sur les 4 pneus en retirant chaque valeur. Chaque pneu a dorénavant une plus grande surface de contact, donc un meilleur grip permettant de gagner du temps à chaque tour, tout en préservant l’usure des pneus.

De retour dans le véhicule, on réinitialise les valeurs pour que l’application puisse se mettre à jour puis on repart pour quelques tours afin de voir et surtout ressentir la différence avec les bonnes pressions ajustées.

Dès le premier tour, les couleurs passent rapidement au vert avec la pression optimale. La voiture présente un meilleur comportement, notamment dans les virages serrés. J’ai pu mieux placer la voiture dans les virages et la sensation de sur-virage que je ressentais auparavant s’est estompée. La voiture se comportait beaucoup mieux sur la piste, me permettant de prendre de meilleure trajectoire tout en gardant une vitesse élevée. Autant vous dire que j’avais le sourire au coin des lèvres! J’ai pris un énorme plaisir à piloter cette Porsche 911 GT3 avec des pressions optimales me permettant d’améliorer mes chronos, mais pas autant que je l’aurais souhaité car durant 2 tours, j’avais dû ralentir à cause d’une Porsche 911 Carrera 2 S moins rapide. Les temps parlent d’eux-même!

Malheureusement, l’essai touchait à sa fin et il fallait revenir aux stands pour analyser les deux runs et dresser un bilan qui s’est révélé très positif.

En mettant le smartphone à l’horizontal, on pouvait voir la pression des 4 pneus avec la couleur appropriée sur une silhouette de Porsche 911. D’autres silhouettes seront disponibles dans le futur avec celle de son propre véhicule. Une autre fonction en mode paysage permet de voir si la voiture est plus sur-vireuse ou sous-vireuse. Ces éléments sont très intéressants pour connaître l’état des pneus et ainsi s’adapter.

L’application permet de rejouer chaque run et notamment de voir la progression de ses chronos. L’application Michelin Track Connect permet de se chronométrer automatiquement grâce à une ligne d’arrivée virtuelle que l’application reconnaît sur chaque circuit via des coordonnées GPS. Pour ma part je suis parti de 2″16’961 pour arriver à 2″01’932 grâce à cette application, soit une amélioration de 15 secondes. Le meilleur temps du jour était d’environ 1 minute 59 s, soit 2 secondes de moins que mon milleur tour, me plaçant ainsi parmi les temps les plus rapides. Mon meilleur temps au premier run était de 2″08’947 et de 2″01’932 au second run avec les pneus à la bonne pression, soit 7 secondes de mieux, uniquement en optimisant la pression des pneus et sans débourser le moindre centime dans une reprogrammation moteur ou dans un allégement de la voiture. Pour les pilotes essayeurs Michelin, leur record du tour était d’environ 1″50′ sans optimisation de la pression. Grâce à l’application, ils ont réussi à gagner 1,2 secondes, ce qui est énorme.

Découverte de l’installation et du paramétrage de la solution sur une Ferrari 488 GTB
Un atelier était consacré à la découverte de l’installation et du paramétrage de l’offre Michelin Track Connect, qui se fait via des revendeurs spécialisés. Afin d’installer l’offre Michelin Track Connect, il faut obligatoirement passer par un revendeur agréé par Michelin.

La première étape est l’installation de l’application sur son smartphone, possible même avant d’installer les nouveaux pneus Pilot Sport Contact 2.

Il suffit ensuite de créer son compte en s’enregistrant en ligne. Après avoir activé le bluetooth sur son téléphone, on peut se connecter au récepteur/boîtier Michelin Track Connect positionné entre les sièges avant sous l’accoudoir d’une Porsche 911 par exemple et branché à la prise USB du véhicule ou sur une prise allume-cigare.

Cet emplacement central dans la voiture est recommandé par Michelin car il est équidistant de chaque pneu. Un voyant blanc indique que le téléphone est en communication avec le boîtier. Il faut ensuite aller dans le menu « Mon garage » et aller dans récepteur puis sélectionner le nombre du récepteur. Une fois que l’opération s’est bien déroulée, une lumière bleue fixe s’allume sur le boîtier. Le téléphone est ainsi bien connecté au récepteur et l’application est prête à être utilisée.

La seconde étape est la pose des capteurs TMS (Tire Monitoring System) dans les pneus. Pour cela il suffit de les insérer dans les supports prévus en respectant la préconisation de Michelin de mettre l’antenne dans l’axe radial du pneu afin que les communications RF avec le récepteur soient optimales.

Ensuite, il faut installer le pneu sur la jante en faisant attention de ne pas abîmer le capteur en le faisant toucher sur la jante lors du montage. L’autre étape importante est de positionner le capteur proche de la valve du pneu, dans une zone ne dépassant 1/4 du pneu précédant la valve dans le sens de rotation du pneu. Dans le cas contraire, il existe un risque d’éjection du capteur de son support et de dégradation importante de l’intérieur du pneu.

Après, il suffit de gonfler le pneu aux préconisations du constructeur et de l’équilibrer tout en vérifiant que le capteur n’a pas été éjecté. Le faible poids du capteur (12 g) n’a aucune incidence sur le comportement du pneu.

La prochaine étape est l’initialisation des capteurs. Ces derniers étant en repos en cas d’inactivité, il faut les stimuler de différentes façons. Après avoir sélectionné le menu « Ma voiture » dans l’application, il suffit d’appuyer sur l’un des pneus et de valider la position des capteurs.

Le mode automatique nécessite l’utilisation d’une télécommande ATEQ (disponible pour les installateurs agréés Michelin) qui va réveiller les capteurs afin de pouvoir communiquer avec eux. Pour cela, il faut positionner la télécommande sur le flanc du pneu au niveau du capteur et sélectionner le pneu à initialiser.

Le second mode est le mode manuel à sélectionner dans l’application. Il suffit de sélectionner le pneu à initialiser et le dégonfler légèrement. Cette action va réveiller le capteur. Ensuite on regonfle le pneu et on répète l’opération pour les trois autres pneus.

Les capteurs sont dorénavant identifiés par l’application et le boîtier MTC (Michelin Track Connect). Il suffit de rouler un petit peu au-dessus de 40 km/h pour réveiller les capteurs et ainsi voir si les informations de pression et de température des quatre pneus sont bien indiquées dans l’application.

Au cours de ses sorties circuit, il est possible d’intervertir ses pneus (selon le modèle de sa voiture) entre le côté gauche et droit mais aussi entre l’avant et l’arrière, afin d’uniformiser l’usure de ses pneus en fonction du circuit utilisé. L’application offre une fenêtre permettant de l’informer de ces changements.

Cette manipulation d’installation ne s’effectue qu’une seule fois. La solution Michelin Track Connect est ainsi prête à être utilisée sur circuit et même sur route (un choix est possible dans ce sens via l’application, offrant moins d’avantages que sur piste).

Un challenge inter-équipes
Michelin a proposé de confronter chaque équipe à l’occasion d’un challenge afin de désigner les meilleures équipes qui ont été jugées sur la réponse à un quiz en ligne, le meilleurs temps au tour tout en faisant une bonne progression ainsi que le style de conduite. Notre Team Charade a terminé à la troisième position grâce à Daniel.

Bilan
Testé et approuvé; même Bibendum est d’accord! Le bilan est unanime pour tous les participants : efficace et redoutable. C’est un équipement indispensable pour faire des track days. Michelin a réussi à créer une solution innovante de pneu connecté qui va très fortement séduire les habitués des track days. Grâce à cette application et aux pneus connectés, on a un ingénieur Michelin virtuel à ses côtés qui donne les bonnes recommandations en fonction de la voiture, de la piste, du temps, des pneus et du style de conduite.

Michelin révolutionne ainsi les sorties circuit et a bien compris les attentes des pistards en offrant une solution simple à l’usage et très facile à installer dans sa voiture tout en étant économique. Tout cela pour 399 euros TTC (hors pneus et montage), somme qui sera très vite rentabilisée au bout de 2 à 3 sorties circuit. Les avantages de l’offre Michelin Track Connect sont un plus grand plaisir de conduite, une diminution de l’usure des pneus, plus de sécurité, de meilleurs temps au tour grâce à un meilleur grip.

Je remercie chaleureusement les équipes de Michelin (et notamment Alain) pour l’invitation à cet essai très réussi et parlant qui m’a permis d’accroître encore plus mes solides connaissances dans le domaine du pneumatique.

Photos : 4Legend.com / DPPI pour Michelin

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

2 Comments

  1. Pingback: Michelin Track Connect : La première offre de pneu connecté procurant une nouvelle expérience sur circuit | 4Legend.com – AudiPassion.com

  2. Pingback: 24H Mans 2018 – La course vue du côté des spectateurs, et notamment les Porsche 911 RSR | 4Legend.com – AudiPassion.com

Leave a Reply