ad-728-rotation
ad-728-rotation
Essais Porsche 718 Cayman et Macan: la tournée des 2.0

Essais Porsche 718 Cayman et Macan: la tournée des 2.0

ad-728-mannes

Mon dernier Cayman essayé était un type 987 phase 2 de 320 chevaux avec son 6 cylindres à plat explosif, notamment dans nos nombreux tunnels en Savoie. J’en garde un super souvenir, et le roadster qui me suivait également.
La troisième génération, 718, a troqué son 6 à plat contre un 4 à plat, retour aux sources pour certains, catastrophe pour d’autres, je n’avais pas encore eu l’occasion de me faire mon propre avis à ce sujet.

Avec 300 chevaux et 380 Nm tirés du 4 cylindres en position central arrière, le 0 à 100 est donné en 4,7s (boîte PDK 7 avec pack Sport Chrono) et 5,1s (boîte mécanique) se plaçant ainsi entre le 2.7 type 981 275 chevaux et 290 Nm (5,7s sur le 0 à 100) et le type 981 3.4S de 325 chevaux et 370 Nm (5s sur le 0 à 100 km/h). Le 718 Cayman S, lui, avec ses 350 chevaux et 420 Nm, se rapproche du type 981 GT4 avec un 0 à 100 km/h tout simplement identique avec la PDK (4,4s).

L’occasion d’essayer le 718 Cayman et le Macan (on y viendra plus tard) s’est présentée grâce aux centres Porsche Annecy et Grenoble ainsi que Fabian que nous avions rencontré lors des essais hiver de Val d’Isère, actuellement en tournée des centres Porsche côté Est de la France (une autre équipe s’occupe de la partie Ouest). Le rendez-vous était pris au centre Porsche de Grenoble.

Arrivés au centre, nos deux belles sont exposées. A côté du 718 Cayman, nous avons le Porsche Macan 2.0 252 chevaux et 370 Nm, moteur que nous retrouvons sur le Q5. Les deux ne sont pas les plus puissantes de leur gamme respective mais le but n’est pas là, il faut attirer une nouvelle clientèle avec les entrées de gamme, si l’on peut dire ça, afin de démontrer qu’on peut se faire juste plaisir de posséder un 718 Cayman déjà bien sympa avec quelques options sans pour autant avoir besoin  d’un Cayman S et la même chose côté Macan mais en voiture un peu plus axée pour tous les jours.

Nous prenons en premier le volant du 718 Cayman en direction d’un col, et nous sommes suivis par le Macan, le but étant de réaliser l’aller avec le 718 et le retour en Macan après l’échange entre deux clients. Nous avons gagné le gros lot, la montée en Macan n’aurait pas été aussi sport il faut bien l’avouer. Nous ne connaissons pas du tout la route empruntée sur demande de notre instructeur mais elle est rapide avec quelques courbes en appuis et quelques épingles, le top pour détecter les bienfaits de notre 718.

Le bruit? un boxer 4 cylindres qui au démarrage me laisse tout de même une bonne impression. Qu’on se le dise, les amoureux inconditionnels du 6 cylindres n’y trouveront pas leur compte, le 4 cylindres n’aura pas, à leurs oreilles, le son qui les fera monter le régime moteur en zone rouge.

Le couple est disponible entre 1950 et 4500 tr/min, avec cependant un petit manque dans les bas régimes qui demande de descendre le bon rapport jusqu’au moment où ça vous pousse et, une fois lancée, j’ai trouvé qu’en mode Sport Plus, la montée en régime n’a pas à rougir avec une puissance maximum à 6500 tr/min. C’est une bonne surprise pour un 4 cylindres. Et ce manque de coup de pied en bas vous rappelle que vous n’êtes que dans le 718 Cayman et non le Cayman S équipé du 2.5 de 350 chevaux. Les plus sportifs, fans de track days, feront certainement le pas vers le S tandis que les moins aguerris se tourneront, et je le conseille, vers le 2.0 avec quelques options sympas comme les jantes 911 Turbo en 20 pouces.

Le châssis est vraiment bien équilibré, le freinage performant et, comble du bonheur au volant, l’ESP franchement permissif. Nous avons pu le constater lors d’une remise de gaz dans une épingle, le train arrière a décroché de façon assez prévenante, nous permettant de réaliser un contrebraquage assez léger pour remettre le 718 dans l’axe et à aucun moment l’ESP nous a fait « coucou je suis là très tôt, je vais te pourrir ton plaisir de piloter ». Pour une conduite un peu plus sportive, sur route fermée, il faudra cependant appuyer sur le bouton magique.

Au milieu de l’essai, arrêt photos et pour échanger les montures, le temps de redescendre le Cayman en température.

Changement total d’ambiance dans le Macan, nous sommes redescendus tranquillement au centre Porsche histoire de constater qu’il fait le boulot. Ce n’est ni un GTS ni un Turbo, il ne faut pas s’attendre à des performances de folie, mais ce Macan se conduit à la cool, avec la possibilité de réveiller le 2.0 quand cela est nécessaire avec les 370 Nm de couple disponibles entre 1600 et 4500 tr/min.

Les jantes 21 pouces ne cassent pas le confort et le roulis est particulièrement bien contenu sachant que la hauteur peut varier sur 4 cm au total selon les positions. Je comprends pourquoi on me dit, lors des essais de la marque, que le Macan Turbo est une sacrée machine.

Retour au centre Porsche pour débriefer avec Slyde et Fabian, nos deux instructeurs, pris une petite collation puis fait le tour des Porsche dans le show-room, histoire de tomber amoureux de cette 991 Carrera GTS bleu Miami avec jantes 911 Turbo S de 20 pouces. Pendant ce temps, d’autres clients ont pris le relais.

Ou encore cette Carrera « 50 Jahre 911 ».

Nous remercions les centres Porsche d’Annecy et Grenoble pour l’organisation de nos deux essais ainsi que l’équipe en tournée dans les centres de la marque.

Photos: 4Legend.

About The Author

Related posts

Leave a Reply