ad-728-rotation
ad-728-rotation
Lamborghini Marzal de 1967 réalisé par Bertone au salon de Genève 2018

Lamborghini Marzal de 1967 réalisé par Bertone au salon de Genève 2018

ad-728-mannes

Un véhicule unique était exposé au salon automobile de Genève 2018 : la Lamborghini Marzal de 1967, un concept car réalisé par Bertone en collaboration avec Lamborghini.

Présentée au salon de Genève en mars 1967, la Lamborghini Marzal est le résultat d’une étroite collaboration entre Bertone et Lamborghini. En fait, c’était la concrétisation d’une ambition commune partagée par Nuccio Bertone et Ferruccio Lamborghini: donner naissance à une vraie GT avec des sièges confortables pour quatre personnes, offrant de hautes performances et redéfinissant le concept même du véhicule de grand tourisme.

Convenablement nommé en référence à une race de taureau de combat, le Marzal a présenté un prototype de moteur unique développé par Lamborghini qui n’a jamais été produit de série. Il porte le numéro 5001. Il s’agissait d’un six cylindres en ligne de 2.0 Litres (1997 cm3) monté transversalement qui était essentiellement une partie arrière d’un V12 de 3929 cm3, provenant de la Lamborghini Miura P400, surmonté par des carburateurs horizontaux Weber et accouplé à la boîte de vitesses à cinq rapports de série de l’époque. Le moteur, développant 175 ch et permettant à la Marzal d’atteindre 225 km/h, a été tourné de 180 degrés par rapport à la disposition de la Miura de sorte qu’il était derrière l’essieu arrière. Cela a évidemment libéré l’espace intérieur afin que quatre passagers puissent s’asseoir confortablement. Le radiateur était installé juste à l’arrière, ce qui signifiait que les passagers pouvaient aussi emporter des bagages, car le long capot avant contenait un coffre 300 litres ainsi qu’un réservoir de carburant de 80 litres.

Le châssis (n° 10001) était basé sur un châssis de Lamborghini Miura très modifié, avec un empattement allongé de 120 mm pafin d’accueillir les deux passagers arrière supplémentaires. Comme la longueur totale était encore relativement compacte, Marcello Gandini a choisi d’utiliser une paire de longues portes gullwing plutôt qu’une configuration à quatre portes classiques. Cela lui a permis d’installer de grandes fenêtres qui, combinées avec un toit en verre légèrement fumé, ont contribué à créer une sensation très aérée à l’intérieur de la cabine. Bertone a contribué à la conception du système de climatisation rendu obligatoire par une telle quantité de surface vitrée, qui totalisait 4,5 mètres carrés et qui était fournie par la société belge Glaverbel.

Ferruccio Lamborghini s’est opposé à ces portes, en particulier les fenêtres inférieures montées au-dessous de la ligne horizontale de la carrosserie qui selon lui « n’offriraient aucune intimité: les jambes d’une dame pourraient être vues de l’extérieur. » Soutenant le poids de ces lourdes portes de gullwing une fois ouvertes, une paire de longs ressorts transversaux à l’arrière du compartiment moteur sont actionnés par un système de poulie et d’arbre qui reposait en partie sur des composants de colonne de direction intelligemment recyclés. Le capot du moteur arrière monobloc était articulé vers le bas à l’arrière et, pour tout le verre employé dans l’habitacle, il n’y avait pas de pare-brise arrière, remplacé par un panneau fait de lattes d’aluminium rivées l’une à l’autre. L’ensemble a permis une visibilité arrière ainsi qu’une circulation d’air pour aider au refroidissement du moteur.

L’intérieur était très futuriste, avec un thème hexagonal en nid d’abeille sur le tableau de bord et la console centrale abritant la plupart des instruments et des commandes. Le thème de l’hexagone a été repris même dans la forme générale des coussins et des dossiers des sièges, tandis que leur garniture se distingue littéralement avec une finition grise aluminium très réfléchissante. Ce thème issu de l’ère spatiale a surement inspiré le grand designer franco-américain Raymond Loewy, dont les conceptions pour la station spatiale Skylab, développées à partir de 1967, reposaient fortement sur des motifs hexagonaux.

La Lamborghini Marzal est l’une des voitures les plus célèbres au monde : elle a eu l’occasion de rouler lors de l’inauguration du Grand Prix de Monaco de 1967 avec le Prince Rainer et la Princesse Grace de Monaco à son bord.

L’intérieur a subi quelques modifications, vraisemblablement avant et après le dévoilement de la voiture, car des éléments tels que le volant, le pommeau, les instruments et la garniture elle-même ont été modifiés par étapes. La configuration de la voiture dans son état actuel remonte encore aux années 1960.

Les roues Campagnolo en magnésium du concept car Lamborghini Marzal – dotées de magnifiques toupies à trois oreilles – étaient un véritable chef-d’œuvre, leur design sportif et raffiné faisant écho à celui des roues de la Lamborghini Miura avec une élégance supplémentaire. Même la forme des trous était une continuation du thème hexagonal vu à travers l’intérieur et sur les lattes de la fenêtre arrière.

Cet prototype unique a inspiré la Lamborghini Espada apparue en 1968. Longtemps exposée dans le musée de design Bertone, elle a finalement été vendue aux enchères, à la Villa d’Este, le 21 mai 2011, pour un montant de 1,35 million d’euros. Elle fait dorénavant partie d’une collection privée.

Photos : 4Legend.com

 

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply