L’unique Porsche 917/20 Coupé « Sau » de 1971 : surnommée le cochon rose ou la grosse Bertha

L’unique Porsche 917/20 Coupé « Sau » de 1971 : surnommée le cochon rose ou la grosse Bertha

Elle est rose, a une queue et un museau: c’est l’unique Porsche 917/20 Coupé de 1971, surnommée Sau (truie en allemand) ou Pink Pig (cochon rose en anglais). Sa carrosserie élargie est d’ailleurs peinte en rose avec un décoration représentant toutes les parties du cochon. Porsche n’a construit qu’un seul exemplaire de cette version hybride de la 917 qui a participé uniquement aux 24 Heures du Mans 1971.

Conception de la Porsche 917/20
La Porsche 917/20 a une place particulière parmi les différentes versions de la Porsche 917. Elle est unique par sa conception et par sa décoration. Les ingénieurs Porsche en très forte collaboration avec le bureau d’études français SERA (Société d’Études et de Réalisations Automobiles – fondée par Charles Deutsch) ont combiné les avantages des Porsche 917 K à arrière court (short-tail) très stables à haute vitesse avec ceux des 917 LH à arrière long (long-tail) ayant une vitesse de pointe supérieure. L’objectif était d’obtenir une aérodynamique similaire à celle de la Porsche 917 LH sans avoir la longue queue et en conservant les appuis de la 917 K. SERA était déjà à l’origine de l’aérodynamique des Porsche 917 LH à longue queue.

Sa carrosserie est extrêmement large (+12 cm) et elle a des arches de roue extrêmement arrondies. Comme la largeur des voies est restée inchangée, les roues sont profondément rentrées dans les passages de roues. Le nez était aussi bas et plat que celui de la nouvelle 917 Coupé à longue queue de l’époque, mais ce nouveau nez était plus court. Cette nouvelle carrosserie a permis de réduire le Cx, qui est de à 0,38. Elle fut mise au point et testée en soufflerie.

Ses dimensions hors norme – 3960 mm de long, 2216 mm de large, 926 mm de haut – font qu’elle ne pouvait pas entrer dans les camions Porsche transportant les différentes Porsche 917. Afin de l’amener au Mans, elle a dû être transportée sur un porte-char, réservé au char Leopard 1 de l’armée allemande, d’ailleurs conçu en collaboration avec Porsche.

Il s’agit du châssis n°20-001 doté du moteur 912/10 de 4907 cm3 avec la boîte de vitesse 917. Ce moteur 4.9 l V12 Porsche (180° d’inclinaison) développait 600 ch (441 kW) à 8300 tr/min. Ne pesant que 909 kg, sa vitesse de pointe était de 360 km/h. Elle a reçu un radiateur auxiliaire pour l’huile de la transmission, que l’on voit bien à l’arrière, au centre.

L’objectif de cette voiture était de tester des pièces Can-Am (Canadian-American Challenge Cup) et de nouvelles solutions aérodynamiques.

Une décoration unique
Porsche est allée encore plus loin et rendant cette Porsche 917/20 Coupé encore plus exclusive en la décorant d’une manière surprenante en cochon rose. C’est d’ailleurs de cette couleur rose et de son motif représentant tous les morceaux de viande du cochon que l’on vend en boucherie qu’elle a puisé ses surnoms : truie (Sau), cochon rose (Pink Pig) et chasseuse de truffes (Trüffeljäger / Truffle Hunter).

L’ancien responsable du design Porsche Anatole Lapine et son bras droit – le designer australien Dick Söderberg (le papa de la Porsche 935/78 Moby Dick) – sont à l’origine de la couleur rose de la carrosserie, inspirée par l’aspect grassouillet de la voiture.

Cette décoration vient à l’origine des remarques entendues lors des essais 2 mois avant la course. Le responsable du team Martini Racing – Hans-Dieter Dechent – entendant les remarques a demandé aux designers de lui concocter un design spécifique.

Dechent est à l’origine de la participation des fameuses 917 avec leurs livrées magiques. Il a apporté la publicité telle que nous la connaissons aujourd’hui en sport-auto. Le Comte Rossi, propriétaire de la marque d’alcool Martini & Rossi, sponsorisant l’équipe Porsche Martini Racing, était tellement en colère qu’il a interdit la pose des stickers Martini sur la Porsche 917/20, ne voulant pas « salir » l’image de sa marque. Il a également quitté le circuit. C’est pour dire sa colère!

Ils ont poussé le détail plus loin en représentant par des pointillés chacune des parties du corps du cochon comme c’est le cas en boucherie. Chaque partie est identifiée par son nom allemand :

1 – Rüssel : tronc
2 – Ohrlappen : lobe de l’oreille
3 – Hirn : cerveau
4 – Hals : Échine
5 – Rückenspeck : lard dorsal
6 – Kotelett : côtes
7 – Lende : longe
8 – Schulter : épaule
9 – Schinken : jambon
10 – Rippe : nervure
11 – Haxen : jarret
12 – Wamme : ventre
13 – Schwanz : queue

Participation aux 24 Heures du Mans 1971
Porsche a fait sensation en engageant la 917/20 Coupé Pink Pig aux 24 Heures du Mans 1971, pilotée par Reinhold Joest et Willybert « Willi » Kauhsen.

Mais avant cela, la Porsche 917/20 Coupé avait participé en avril 1971 aux premiers essais au Mans qui avaient duré 3 jours. Une course de 3 heures y avait été organisée afin de clôturer ces essais et la 917/20 y avait naturellement pris part. A son volant, le pilote Willi Kauhsen a terminé en tête de la course.

La voiture était alors de couleur blanche portant le numéro 20. Son premier surnom était la Grosse Bertha (Dicke Berta / Big Bertha), en raison de sa taille énorme. Elle a reçu la couleur rose et ses motifs quelques semaines plus tard, avant le début des essais officiels des 24 Heures du Mans qui ont eu lieu les 12 et 13 juin 1971. Ses nouveaux surnoms en rapport à sa décoration ont remplacé celui de la Grosse Bertha.

C’était la voiture la plus rapide lors de la séance de qualification avant la course, bien qu’elle n’ait pas été auparavant testée par Porsche. A ces côtés, trois autres Porsche 917 K d’usine étaient engagées par Martini Racing (#21 – abandon et #22 – 1ère) et JWA Gulf Racing (#19 – 2ème). La Porsche 917/20 s’était qualifiée à la 7ème place avec un temps de 3 minutes et 21 secondes.

Pour l’anecdote, Porsche souhaitait à l’origine engager quatre voitures 917 LH, mais au début 1971, la décision a été prise de faire une 917 hybride. La Porsche 917/20 devait être fournie à l’équipe de John Wyer (JW Automotive). Après quelques coups de fils passés à Stuttgart, il avait pu récupérer deux Porsche 917 LH et non une 917 LH et la fameuse 917/20. L’équipe Martini Racing avait ainsi hérité de cette voiture unique. Porsche souhaitant à tout prix engager cette 917 Hybride, un châssis plus léger en magnésium a été développé et a équipé la 917 LH #22 de Martini Racing afin de compenser ce changement de programme. Finalement ce sera cette voiture qui a gagné la course et qui a très longtemps détenu le record de la distance parcourue aux 24 Heures du Mans.

Après un bon début de course, la Porsche 917/20 #23 est en 9ème position après une heure de course. Les heures suivantes, elle maintient sa position pour passer à la 3ème place à la 7ème heure de la course, grâce à de nombreux abandons de certaines voitures à la tête du peloton.

A la 7ème heure, la Porsche 917 LH Martini Racing #21 de Larousse – Elford a dû abandonner suite à une casse moteur qui a eu lieu à cause d’une surchauffe moteur en raison de la casse des boulons d’entrainement de la turbine de refroidissement.

Suite à cet accident, toutes les Porsche 917 officielles dont la #23 ont dû s’arrêter au stand afin de remplacer les boulons d’entrainement de la turbine. Le câble d’accélérateur de la 917/20 #23 a cassé et a aussi été changé.

Une fois de retour en course, la Porsche 917/20 se positionnait en cinquième position au général. Willi Kauhsen étant malade durant la nuit, Reinhold Joest alors au volant a dû faire un relais supplémentaire. Vers 3h30 du matin, Joest a perdu le contrôle de son véhicule à côté d’Arnage lors d’un freinage, alors qu’il était en 3ème position. La voiture est partie violemment sur la droite, heurtant le banc de sable puis a bondit en l’air et est retombé en effectuant un tête à queue. La voiture avait terminé sa course sur le bas côté droit de la piste en tapant de l’avant un poteau qui a été arraché, freinant fortement la voiture lourdement endommagée à l’avant. Reinhold Joest s’en est sorti indemne, conscient qu’il a eu beaucoup de chance.

La 917/20 était alors gravement endommagée, ne pouvant pas revenir au stand pour y être réparée.

Durant longtemps, cet accident avait pour origine une faute de pilotage alors que Joest affirmait le contraire. Quelques années plus tard, lorsque Porsche a fait restaurer la 917/20 aux USA, la véritable cause de cette sortie de route fut décelée lors de son démontage : le blocage des freins. Le coupable fut l’usure non anticipée des plaquettes des freins et notamment de celles du frein avant droit, totalement usées et soudées au disque par la chaleur. La roue s’était ainsi bloquée, entraînant un défaut d’adhérence lors du freinage de Joest. Cette usure plus rapide sur cette 917/20 était due au fait que la voiture était plus performante grâce à son aérodynamique et que le freinage à de hautes vitesses usait plus rapidement les plaquettes de frein.

L’année 1971 était une année particulière : celle de la fin de carrière des Porsche 917 à cause du nouveau règlement du championnat du monde de 1972, les excluant à cause de leur forte cylindrée de 4.9 l et 5 l. C’est aussi la dernière édition des 24 Heures du Mans avec le départ type Le Mans, où les pilotes traversaient la piste en courant pour démarrer leur voiture et partir.

Après les 24 Heures du Mans 1971, la Porsche 917/20 a été ramenée à Stuttgart où sa carrosserie a été refaite afin de l’exposer dans l’ancien musée Porsche à Stuttgart. Elle n’a plus jamais participé à des courses. Dix ans plus tard dans les années 1980, une restauration complète de la 917/20 Coupé a été réalisée chez le spécialiste américain Gerry Sutterfield, alors concessionnaire Porsche Audi à West Palm Beach en Floride. Depuis, elle est exposée au Porsche Museum à Stuttgart où les visiteurs peuvent l’admirer et la comparer aux autres Porsche 917 présentées à ses côtés.

La Porsche 917/20 Coupé Sau de 1971 reste encore aujourd’hui l’une des Porsche de course les plus célèbres.

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

1 Comment

  1. Pingback: Legends Reborns – Cinq Porsche Macan aux designs uniques en hommage aux voitures de course Porsche du passé | 4Legend.com – AudiPassion.com

Leave a Reply