ad-728-rotation
ad-728-rotation
Audi TTS Roadster concept de 1995 – L’origine du TT Roadster

Audi TTS Roadster concept de 1995 – L’origine du TT Roadster

ad-728-mannes

Suite à la présentation couronnée de succès à l’IAA 1995 à Francfort du concept car Audi TT Coupé, Audi a présenté quelques semaines plus tard au salon automobile de Tokyo 1995 sa version découvrable via l’Audi TTS Roadster, toujours dotée de 4 roues motrices et avec un moteur plus puissant délivrant 210 ch.

L’une des idées les plus captivantes de la jeune équipe avant-gardiste de designers et d’ingénieurs Audi s’est ainsi développée pour devenir ce qui pourrait presque être considérée comme un petit programme de modèle.

Outre son style de carrosserie ouverte avec ses arceaux de sécurité intégrés au-dessus desquels un toit souple en tissu peut être étiré, certains autres composants majeurs de l’Audi TTS Roadster diffèrent de ceux du TT Coupé : ils se distinguent par le « S » dans le logo TTS, le moteur 1,8 litres turbo à 4 cylindres plus puissant et sportif, développant 210 ch (154 kW) et avec un couple de 250 Nm. Le Roadster dispose de roues plus larges de 18 pouces, de sorties d’air latérales sur les ailes avant et des sièges sport baquets recouverts de cuir et dotés d’un laçage qui rappelle les gants de baseball. Les sièges à l’arrière ont été supprimés pour permettre de ranger la capote. Comme dans tous les modèles Audi de l’époque, deux airbags font partie des dispositifs de sécurité de série.

Le charme de l’Audi TTS Roadster repose sur un principe de réduction. Tous les détails, à la fois visuels et techniques, ont été minutieusement étudiés pour éliminer les éléments inutiles. Le sens absolu de l’Audi TTS Roadster est souligné par l’utilisation de l’aluminium pour les éléments de carrosserie, par le caractère fondamental de l’équipement et des garnitures intérieurs et, bien sûr, par les bonnes performances pour l’époque : accélération de 0 à 100 km/h en environ 6 secondes, vitesse maximale de l’ordre de 240 km/h, consommation moyenne de carburant inférieure à 9 litres aux 100 kilomètres.

Historique d’un process de compression
L’Audi TT Coupé concept, star incontestée du salon automobile allemand de Francfort en 1995, a un design «fortement comprimé». Ce processus a franchi une étape supplémentaire dans le Roadster avec la suppression du toit.

L’équipe qui a redéfini le design des voitures de sport lors d’un tour de force d’un an en construisant le TT Coupé a, en quelque sorte, réinterprété la conduite cheveux au vent, en créant également l’Audi TTS Roadster.

Bien que les deux voitures – le TT Coupé et le TTS Roadster – soient des concept cars uniques, chacune avec son propre caractère, la relation est encore assez évidente. Pour Peter Schreyer, le jeune styliste en chef à l’époque chez Audi et le papa de ces deux voitures : « Le Roadster a été la première étape de notre quête mentale de la nouvelle voiture de sport, mais nous avons vite compris à quel point le coupé et le roadster étaient parfaitement compatibles. Ce sont des membres d’une même famille, avec tout le soutien mutuel et les bases solides que cela implique. Cela confirme clairement qu’il ne s’agit pas seulement d’un stand d’une nuit ou d’une ‘sensation de spectacle automobile’ – ils font partie d’une structure de modèles avec des liens latéraux clairement définis. »

Cette base offre de nombreuses possibilités pour de nouvelles idées. Bien que l’Audi TTS Roadster soit une voiture qui captive les sensations du premier coup d’œil, son pedigree technique est sans faille (ce qui compte évidemment pour les ingénieurs R&D d’Audi responsables de ce concept car), avec de nombreux éléments de haute technologie inclus. Le résultat : la nouvelle voiture n’est ni un concept car technologie ou un prototype expérimental extrêmement sensible, ni une mise à jour d’un véhicule existant avec une nouvelle carrosserie.

Le TT Coupé et le TTS Roadster ne prétendent nullement être ce qu’ils ne sont pas. Des prétentions sans prétention – c’est sûrement le but le plus élevé auquel le constructeur moderne de voitures peut aspirer : abandonner les illusions de prestige et les manœuvres sociales, construire une « machine à conduire » offrant du plaisir, une voiture qui « atteint le cœur » immédiatement et instinctivement.

L’Audi TT Coupé et l’Audi TTS Roadster ont été accueillies avec beaucoup d’enthousiasme à Francfort et à Tokyo. Ce succès est toutefois l’un des récits rares de la créativité mais qui ne manquent jamais de capter l’attention des gens. Tout le monde connaît l’intrigue : un petit groupe de personnes, designers et techniciens, débordant d’idées et d’énergie, est envoyé dans « l’exil » et reçoit les données de base et les installations pratiques nécessaires au développement d’une « voiture expérimentale ».

On peut entendre l’exhortation alors qu’ils se préparent pour le grand voyage dans l’inconnu : « OK, les gars! Il est temps de montrer de quoi vous êtes faits. Ne faites pas attention à ce que nous faisons, mais n’oubliez pas : regardez le type de client que vous attendez au volant de votre voiture! Et pour l’amour de Dieu, n’oubliez pas les conductrices! Pas de motifs d’ordinateur sur les tissus des sièges, mais pas de couleurs rose et vert menthe non plus! » Les responsables de l’approbation de ce projet ne se sont peut-être pas exprimés de la sorte, mais soyons honnêtes : ils étaient inquiets.

Moins d’un an plus tard, même les sceptiques, s’il y en avait, souriaient : Thomas Freeman, Rost Romulus, Willner Ralf-Gerhard et Rickheim Winfried avec leurs collègues ont présenté leurs résultats au directoire de la société et a acquis à peu près le même enthousiasme euphorique que le public en général, qui a répondu par un « OUI » ferme et non divisé à ce qu’il avait créé.

Chef d’oeuvre
L’Audi TT Coupé et l’Audi TTS Roadster créent une aura remarquablement puissante : en éliminant tout ce qui est indispensable, et même en remettant en question tout ce qui pourrait être critiqué comme une « question de style »; ce qui reste est le noyau essentiel, le caractère inné de ce type de voiture. C’est comme si elle avait été formée à partir d’un seul bloc de métal, prudemment au début, puis avec une assurance croissante et avec tous les détails exprimés dans un langage formel intelligent.

Il est rare que les vertus métaphoriques soient transformées si élégamment en tôle, que les technologies apparaissent sous une forme aussi compacte et coopérative que les molécules pures de la métallurgie se fondent en une combinaison de philosophie et de fonction.

Ce principe de clarté formelle est visible partout dans et sur l’Audi TTS Roadster, avec ses nombreux éléments en aluminium (capot moteur et malle du coffre à bagages, portes, même le frein à main et les anneaux de ventilation très accentués). Le style de carrosserie Roadster, aussi, atteint son apogée expressif dans cette voiture. Ses environnements intérieurs et extérieurs se chevauchent, signe une fois de plus qu’un processus de compression a été appliqué : les flancs de la caisse s’étendent sous les fenêtres latérales encastrées jusqu’au niveau des épaules des occupants, une protection en fibre de carbone sous le pare-brise abrite les conduits d’entrée d’air. Les « surfaces techniques » abondent, les détails sont parfaitement exécutés et les deux arceaux de sécurité inclinés ont un appui avant entre les sièges pour ajouter de la rigidité à la structure de la carrosserie et du plancher. Dans tous ces cas, la fonction a été délibérément rendue visible. A l’intérieur, deux cerceaux en aluminium agissent comme appuis-genoux à droite et à gauche de la console centrale.

Ce type d’intégrité se retrouve également dans les portes creusées à l’intérieur, avec des barres transversales qui intègrent également les poignées à finition soignée, un entourage du levier de vitesses en métal et des baquets – avec des ceintures multi-points – recouvert de cuir brun ayant de grosses surpiqûres qui rappelle le puissant gant en cuir du receveur de baseball. Les cadrans d’instruments circulaires classiques ont été choisis pour leur lisibilité, ce qui suffit à justifier leur extrême simplicité. La finition de la peinture aussi, un gris dense avec seulement une légère dispersion de particules métalliques, vise la fonction plutôt que l’effet, tandis que les accents visuels tels que le bouchon de réservoir de carburant vissé «Mille Miglia» ajoutent une note d’élégance fraîche.

Les seules touches fantaisistes sont peut-être les deux sorties d’échappement exposées et les sorties d’air du compartiment moteur sur les ailes avant. Afin de convenir au TTS Roadster dans son rôle de «machine à conduire» pure, les freins et les roues ont été élargis : ces dernières ont un diamètre de 18 pouces et sont chaussées de pneus Michelin Pilot SX en 225/40 ZR 18, assez larges pour l’époque.

Capote protectrice
En termes de protection contre les intempéries, une capote très simple est présente et est plus proche d’un parapluie que d’une « vraie » capote. Fixée sur le haut du cadre du pare-brise et s’étirant vers l’arrière, elle n’a besoin que d’un minimum d’arceaux de soutien et n’a pas de lunette arrière. S’asseoir en dessous au milieu d’une tempête et entendre la pluie qui tombe sur le tissu étroitement étiré est comme un souvenir presque oublié de l’enfance, enfermé avec contentement dans une cabane dans les arbres et qui défie la pluie à l’extérieur.

Derrière les sièges des occupants se trouve un compartiment à capote qui peut également servir de coffre à bagages supplémentaire et qui a pour objectif supplémentaire de rigidifier la carrosserie du Roadster. Ce showcar dévoilait les ambitions d’Audi de produire un modèle Roadster en l’intégrant dès le début de sa conception. Et ce sera fait quelques années plus tard avec la présentation de l’Audi TT Roadster au salon automobile de Genève en mars 1999. Avec 1 240 kg et quatre roues motrices permanentes, l’Audi TT Roadster concept pèse à peine plus que le TT Coupé concept de 1 220 kg.

Une présentation sans capote
L’Audi TTS Roadster a été dévoilée sans toit à Tokyo, afin de focaliser l’esprit des spectateurs sur sa fonction Roadster classique, ses grandes roues sombres évoquant un char romain, les courbes de carrosserie correspondant parfaitement à l’avant et à l’arrière et les arceaux audacieux. Il est vraiment étonnant de voir le résultat final d’un projet où tout ce qui est superflu a été écarté et donnant une voiture avec de superbes lignes.

Une coopération étroite entre les techniciens et les designers d’un petit groupe a donné de très bons résultats dans certains domaines : les clignotants de type néon allongés ou la conception brillante du compartiment moteur, avec un écran noir perforé dissimulant les faisceaux de câbles du moteur turbo à cinq soupapes par cylindre, faisant de sorte que seuls la culasse, divers bouchons de remplissage et la jauge sont exposés.

La modernité et l’autorité technique trouvent également leur expression au niveau du châssis, de la suspension et du groupe motopropulseur : adoption de la transmission intégrale permanente et moteur turbo à 4 cylindres de 1,8 litre développant 210 ch (154 kW) et un couple de 250 Nm sur une large partie de la plage de régime moteur. Il ne reste plus grand chose à dire quand les données de performance clés ont été citées : accélération de 0 à 100 km/h en 6 secondes environ, vitesse maximale de 240 km/h, consommation moyenne inférieure à 9 litres aux 100 kilomètres selon la méthode de test standard de l’époque.

Présentation au Japon
Alors que le Coupé était clairement conçu pour la production de masse, le caractère du Roadster correspondait au thème du Salon de l’automobile de Tokyo de 1995 : « Rêvez le rêve ». Surtout au Japon, les vertus du TTS Roadster – petite, manœuvrable, économique, courageuse et furieuse – ont attiré la sympathie du public. Ce roadster contrastait inévitablement avec certaines grosses cylindrées avec une tonalité particulière : pour de telles voitures, vous ne pouvez jouer qu’avec le klaxon ou conduire.

Photos : 4Legend.com / Audi

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply