ad-728-rotation
ad-728-rotation
Porsche B 32 – Un minibus VW T3 fabriqué par Porsche à 15 exemplaires et doté d’un 3.2 l Flat 6 de 231 ch

Porsche B 32 – Un minibus VW T3 fabriqué par Porsche à 15 exemplaires et doté d’un 3.2 l Flat 6 de 231 ch

ad-728-mannes

Voici l’une des Porsche les moins connues : la Porsche B 32 fabriquée entre 1983 et 1985 à seulement 15 exemplaires (9 modèles de série et 6 prototypes). Basée sur le VW T3 Caravelle Carat, Porsche a développé une version très limitée du minibus allemand ayant le surnom de « Carrera Bus ». La Porsche B 32 est motorisée par un moteur 3.2 l Flat 6 développant 231 ch et atteignant 185 km/h voire plus…

Ce véhicule est un vrai mystère et cet article est le fruit de très longs mois de recherche du côté de Porsche à Stuttgart et de Volkswagen à Hambourg. Je vous dévoile en exclusivité son histoire méconnue de beaucoup de monde.

Origine et développement du Porsche B32
L’origine de ce véhicule est lié à l’engagement de Porsche en rallye raid en Afrique au début des années 80. A l’époque, Porsche n’avait pas de véhicules spacieux et rapides pour l’assistance. L’assistance utilisait principalement de gros camions MAN pas assez rapides. Il fallait à Porsche des véhicules puissants et polyvalents (4 roues motrices) pour affronter le terrain africain et notamment les dunes de sable.

Il a ainsi été décidé en interne chez Porsche de développer des prototypes de test pour voir si de nouveaux véhicules peuvent remplir cette tâche.

C’est Friedrich Bezner, alors responsable des projets 911 Type 930, qui se chargea de développer ce véhicule impensable.

Deux premiers prototypes ont été conçus en 1981 lorsque Porsche avait besoin d’accompagner ses équipes durant les tests dans le désert algérien. Pour cela, Porsche avait créé des microbus sur base de VW T3, motorisés par des 4 cylindres issus de la Porsche 914, mais ces véhicules n’étaient pas assez rapides.

Suite à ces tests, l’ingénieur en chef Helmuth Bott, qui est devenu le responsable R&D de Porsche, a décidé d’équipé des Vans VW du moteur Porsche 3.0 l Flat 6 développant 264 ch. Les tests ont été menés sur plus de 24 000 km.

Les résultats étaient encourageants. Les prototypes passaient de 0 à 100 km/h en seulement 8,6 s, pouvant atteindre 191 km/h.

Selon Friedrich Bezner, il était plus judicieux d’utiliser le moteur 3.2 l qui est plus coupleux et plus économe en carburant, offrant aussi plus de confort.

Vu que 6 prototypes ont été développés, pourquoi ne pas en fabriquer une petite série pour certains clients privilégiés. Ainsi le PDG de Porsche de l’époque – Peter W. Schutz (de 1981 à 1986) – après avoir testé l’un des prototypes a rapidement donné son feu vert pour produire une petite série de 10 modèles (9 au final).

Dès ce feu vert, le moteur 3.2 l Flat 6 issu de la Porsche 911 SC est préparé pour développer 231 ch.

Afin de pouvoir installer ce moteur plus gros que celui d’origine VW, quelques modifications furent nécessaires pour améliorer le prototype. Le haut du compartiment moteur a dû être surélevé de 15,24 cm, ce qui a réduis la place pour d’autres éléments. D’autres modifications incluaient le montage d’un radiateur d’huile à l’avant, d’un autre réservoir d’huile avec un filtre et un réservoir de carburant plus grand (85 l de SP 98) placé juste derrière l’essieu avant, la trappe de carburant étant juste derrière le bas de la porte passager avant.

En plus de ces aménagements, d’autres pièces ont été prélevées sur la Porsche 911 comme la boîte de vitesses manuelle à 5 rapports (la fameuse 915) avec un radiateur d’huile et des engrenages plus courts, l’embrayage, la tringlerie, les supports renforcés du moteur et de la boîte, l’équipement électrique, les disques de freins ventilés avant.

Afin d’encaisser la puissance au B 32, Friedrich Bezner et son équipe d’ingénieurs de Weissach ont dû développer un nouveau châssis avec des suspensions renforcées (amortisseurs, coupelles, ressorts plus courts), un arbre de transmission plus costaux et bien entendu de plus gros étriers de frein.

Les prototypes étaient d’abord équipés de jantes de 14 pouces en 6J chaussées de pneus Continental ContiSuperContact Radial en 205/70 VR 14.

En option, Porsche avait validé sur les prototypes des jantes en 6J x 15 avec des pneus en 215/60 R15 à l’avant & jantes en 7J x 15 avec des pneus en 235/55 R15 à l’arrière.

Porsche a décidé de ne pas exagérer sur le design extérieur du B 32, notamment en rabaissant fortement le véhicule ou en faisant des ailes beaucoup plus larges. Cela aurait dénaturé l’aspect du véhicule.

A l’intérieur, Porsche n’a pas ajouté beaucoup d’équipements. La climatisation complexe est un élément qui a été spécifiquement développé et ajouté par Porsche via un réseau de 10 aérateurs idéalement situés afin que chaque passager puisse en profiter.

Au moment de mettre en vente la Porsche B 32, la question du prix de vente a été abordée. Au départ, le prix de 47 280 DM était envisagé. Mais à la vue des coûts de développement et de production (beaucoup d’éléments spécifiques étaient montés à la main), le prix passa à 100 000 DM (environ 51 130 euros mais au cours d’aujourd’hui, cela représentait environ 100 000 euros).

Porsche avait pensé à tout. La puissance de 231 ch permettait au B 32 d’atteindre 185 km/h avec 6 personnes à bord et de passer à 205 km/h avec seulement 2 passagers et 217 km/h avec uniquement le conducteur à bord!

Un exemplaire a été fabriqué pour Peter W. Schutz (utilisé par son épouse pour transporter leurs enfants) et 8 autres exemplaires ont été vendus à de riches clients au prix de 100 000 DM. En tout, seuls 9 exemplaires de série ont été produits et vendus, en plus des 6 prototypes qui ont pour la plupart disparu.

Présentation du B 32
La désignation B 32 vient du terme Bus (B) et du moteur Porsche Flat 6 3.2 l l’équipant (32). Ce van d’origine Volkswagen était basé sur le modèle luxueux Caravelle Carat et amélioré à la sauce Porsche : moteur 3.2 l Flat 6 développant 231 ch (170 kW) avec un couple de 284 Nm et emprunté à la Porsche 911 SC. Sa cylindrée est de 3164 cm3. La Porsche B 32 est à 4 roues motrices, avec un moteur refroidi par air situé à l’arrière et doté d’un arbre de transmission reliant l’axe avant permettant de transmettre la puissance à l’essieu avant.

Afin de mieux refroidir ce moteur Porsche, une grille d’aération noire est présente de chaque côté à l’arrière du véhicule. C’est à l’un de ses détails que l’on reconnait une Porsche B 32.

Le logo Porsche est présent sur le centre des jantes, sur le hayon arrière et sur le bas du montant A, derrière les portes avant. Le logo Carrera est présent à gauche du hayon trahissant la filiation avec la 911. Une seule sortie d’échappement est présente, à gauche comme sur les 911 de l’époque.

Afin de dissimuler l’échappement, le pare-chocs arrière est beaucoup plus imposant que sur un VW T3. Idem à l’avant pour abriter le radiateur d’huile.

A l’intérieur, on retrouve un volant Porsche issu de la 911 et 3 manomètres spécifiques en bas/au centre du tableau de bord. Ils indiquent de gauche à droite la température de l’huile, la pression d’huile et le volume d’huile du moteur. Vu que le moteur est refroidi par air, les compteurs n’ont pas de jauge de température du liquide de refroidissement.

Le mini bus peut transporter à grande vitesse 6 passagers confortablement assis dans des sièges individuels et confortables. Le 0 à 100 km/h est atteint en 9,6 secondes, ce qui intriguait sur route ouverte un grand nombre d’automobilistes surpris de la puissance de cette Caravelle qui est badgée VW à l’avant. Son poids à vide est tout de même de 1800 kg. Son autonomie moyenne était de 560 km, représentant la distance entre Stuttgart (Porsche) et Wolfsburg (VW). Mais en pratique, à des vitesses élevées, l’autonomie chutait à 274 km. Vu son design similaire à celui d’une brique, cette consommation importante de carburant n’était pas un frein pour de futurs clients, comme l’avaient remonté les concessionnaires Porsche au constructeur de Zuffenhausen.

Cette Porsche est très agréable à conduire car on est assis en position haute, toutes les commandes sont facilement accessibles, la visibilité est excellente à l’avant tout comme à l’arrière, le moteur est pêchu et les reprises sont très bonnes.

L’équipement était haut de gamme pour l’époque : sièges individuels en velours pouvant se pivoter à l’arrière, moquette épaisse, appui-têtes pleins, tablette arrière pliante, sièges en cuir sur demande, climatisation, radio K7 avec un système sonore puissant, jantes bi-couleurs en aluminium Fuchs issues de la Porsche 911, freins à disque de la Porsche 911, suspensions sport, attelage, …

Porsche proposait à l’origine 2 types de jantes pour équiper le B 32 :
• jantes en 6J x 14 chaussées de pneus 205/70 R14 95H sur les 4 roues
• jantes Fuchs en 6J x 15 avec des pneus en 215/60 R15 à l’avant & jantes en 7J x 15 avec des pneus en 235/55 R15 à l’arrière.

Plus tard, il était aussi possible de monter des jantes Fuchs en 16 pouces avec des pneus 225/50 R 16 à l’avant et 245/45 R16 à l’arrière.

La Porsche B 32 disposait aussi d’une roue de secours en 205/70 R14 95H sur jante 6J x 14 ou en option en 215/60 R15 sur jante 6J x 15.

La fabrication de la Porsche B 32 était sous-traitée à Volkswagen et se faisait dans la même usine que les autres VW T3. Les pièces Porsche étaient apportées à l’usine pour y être montées manuellement sur les chaînes de fabrication. En plus de la calandre, le logo VW est présent sur le caoutchouc de chaque pédale dans l’habitacle.

La couleur dominante de cette petite série de 9 exemplaires est le gris métallisé Wolfram (Wolframgrau-Metallic) ayant la référence Porsche H7V. Certains prototypes étaient bleus et blancs.

Le numéro de châssis des Porsche B 32 est du type Porsche : WPOZZZB3ZES200xxx. Son entretien est similaire à celui d’une Porsche 911. D’ailleurs vous trouverez ci-dessous les scans du livret de bord et du carnet d’entretien d’origine (collector et introuvable!).

Aujourd’hui, la Porsche B 32 est très recherchée et voit sa côte se maintenir au-dessus de 70 000 euros.

Nous avons eu la chance de pouvoir découvrir et admirer ce véhicule extraordinaire datant de 1985 (l’un des derniers produits) lors du salon Techno Classica 2012. Il était exposé sur le stand VW. Cet exemplaire dans un état neuf appartient au département patrimoine de véhicules utilitaires de Volkswagen dont les entrepôts de stockage sont à Hambourg. Malheureusement, ils ne sont pas ouverts au grand public.

 

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply