L’Audi RS 2 Avant revient chez Porsche, dans sa ville natale à Zuffenhausen

L’Audi RS 2 Avant revient chez Porsche, dans sa ville natale à Zuffenhausen

Lors de son lancement sur le marché en 1994, c’était le break le plus rapide au monde et en même temps la première Audi à franchir la barre des 250 km/h. L’Audi RS 2 Avant (d’abord nommée Audi Avant RS 2) séduit ses aficionados en tant que voiture familiale sportive offrant beaucoup d’espace et une expérience turbo très spéciale. Le véhicule a été développé en collaboration par Audi et Porsche, représentant la tradition de développement externe de Porsche, qui s’étend sur plus de 90 ans.

Ferdinand Porsche a établi son bureau d’études à Stuttgart en 1931. Depuis, le nom Porsche est étroitement lié aux projets de développement des clients. Cette tradition a été poursuivie avec succès par Porsche Engineering, une filiale à cent pour cent de Porsche AG, fournissant des solutions innovantes et un haut degré d’expertise en numérisation. Alors qu’Audi, basée à Ingolstadt, cherchait à renforcer son image avec le RS 2 et à suivre le rythme de la BMW M3 – qui rivalisait dans le même segment de véhicule – Porsche a pu continuer à employer son équipe dans des périodes économiquement difficiles, grâce au développement externe des projets comme celui-ci. Il va sans dire qu’un autre objectif était de transmettre la légende Porsche aux acheteurs Audi.

Vingt-cinq ans après la production de la dernière RS Avant, Ralf Friese, historien chez Audi Tradition, a rencontré Michael Hölscher, chef du projet RS 2 chez Porsche à l’époque. Ralf Friese a apporté une Audi RS 2 Avant vert Tropic d’Ingolstadt et le musée Porsche a fourni une 911 (génération 964) en Viola métallisé pour une sortie commune. Les composants de la génération 993 et ​​de la génération 964, tels que les clignotants, les phares antibrouillard et la semi-barre lumineuse, ont tous été transférés sur le RS 2. Tous deux passionnés de moto, le duo a opté pour un voyage le long de l’ancien circuit Solitude, un parcours sinueux à l’Ouest de Stuttgart.

Sur la place devant le Porsche Museum, Hölscher a décrit comment le projet de coopération est né : « Quelques années auparavant, nous avions créé le modèle 500 E avec Mercedes-Benz et cela avait renforcé notre profil en tant que prestataire de services de développement grâce à des résultats de haute qualité. Aujourd’hui, la marque peut se prévaloir de 90 ans de développement client. », a expliqué Hölscher, qui travaille chez Porsche depuis 32 ans. En 1993, Audi a annoncé le break de sport hautes performances au salon international de l’automobile IAA de Francfort et la voiture a déjà été lancée en mars 1994 – à temps, malgré un calendrier et un budget serrés. Une situation gagnant-gagnant en des temps économiquement difficiles. « Je suis ravi de pouvoir conduire cette belle voiture aujourd’hui. Avec un nombre de production relativement faible de 2 891 unités, c’est un spectacle rare de nos jours. », a expliqué Hölscher. Il a pointé le musée vers le rond-point et a expliqué comment son équipe a produit le RS 2 dans le bâtiment historique de Rössle, le même bâtiment dans lequel la Mercedes-Benz 500 E a été construite – un véhicule qui célèbre son 30ème anniversaire cette année. Audi a fourni des pièces de carrosserie peintes et des pièces complémentaires et Porsche s’est occupé du reste, tandis que les deux partenaires de coopération ont parfaitement géré les défis logistiques. « Nous étions responsables des nouvelles pièces et des services de développement, tandis qu’Audi s’occupait des pièces de carrosserie et des composants pouvant être transférés d’autres modèles. Une collaboration passionnante qui n’a apporté que des avantages aux deux entreprises. », a résumé l’ancien chef de projet global.

Le moteur cinq cylindres en ligne de 2,2 litres – développant 315 ch transmis via une boîte de vitesse manuelle à 5 rapports et une transmission intégrale quattro – était particulièrement controversé avec son turbocompresseur. « À l’époque et à ce jour, le puissant décalage du turbocompresseur basé sur la conception met le conducteur sous une certaine pression. Bon nombre de conducteurs n’étaient pas très friands de la poussée soudaine, tandis que les fiers propriétaires de RS 2 ont toujours aimé le turbocompresseur. Les caractéristiques de réponse du moteur turbocompressé sont sensationnelles, surtout à partir de la plage de régimes inférieurs. », a déclaré Hölscher en attendant avec impatience de démarrer. Friese est monté dans la Porsche 911 type 964, marquant la première fois du natif de la région de Baden au volant d’une 911. Plus tard, après le tour de la Solitude, il dira qu’il avait eu une « toute nouvelle expérience de conduite » et « jubilait d’excitation » : « Un tout nouveau monde pour moi. »

Hölscher a apprécié le voyage dans le temps à bord du RS 2, répertoriant les pièces Porsche qui ont été intégrées à l’Audi ou développées de toutes pièces à Zuffenhausen : les jantes en alliage de 17″ issues de la Porsche Carrera Cup, les rétroviseurs extérieurs avec un nouveau design de base de rétroviseur, les freins hautes performances à étriers rouges caractéristiques, le lettrage Porsche dans le logo RS en tant que nouveau composant, les pare-chocs avant et arrière, la barre semi-lumineuse arrière, les cadrans. « Environ 20 pour cent du RS 2 provient de Porsche », a estimé Hölscher. Son équipe a fondamentalement repensé le moteur avec de nouvelles pièces : « Nous avons trouvé essentiel de rendre le caractère Porsche immédiatement perceptible et les associations claires. »

Friese était sur les talons de Hölscher dans le domaine sportif. « Le RS 2 a été la première Audi à ne pas être limitée électroniquement, même si elle a atteint des vitesses de plus de 250 km/h. La graduation du compteur de vitesse va jusqu’à 300 km/h, mais la vitesse de pointe du véhicule est de 262 km/h. », a expliqué l’historien, qui travaille chez Audi Tradition depuis 14 ans. Le break passe de 0 à 100 km/h en 5,4 secondes et génère un couple maximal de 410 Nm. Hölscher et Friese se délectent des virages serrés qui composent l’ancien circuit de Glemseck près de Leonberg. Tous deux sont restés silencieux jusqu’à la fin du voyage, s’immergeant entièrement dans leur propre rythme. L’un a apprécié le turbocompresseur, l’autre sa première balade en 911 : un voyage dans le temps pour tous les deux.

« La sortie était très amusante. Cela semblait être du bon vieux temps, il y a plus d’un quart de siècle. C’est merveilleux de voir comment cette voiture peut encore suivre les modèles contemporains. Et il le fait de façon très sportive! » a déclaré Hölscher, résumant ce qui était autrefois le véhicule sportif le plus rapide du monde, un véhicule que certains passionnés appellent encore aujourd’hui « Audi Porsche RS2 ».

Photos – Vidéo : Porsche

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Best Wordpress Popup Plugin