Audi est prêt pour son 3ème Rallye Dakar en 2024

Audi est prêt pour son 3ème Rallye Dakar en 2024

L’Audi RS Q e-tron participe pour la troisième fois au Rallye Dakar. L’équipe Audi Sport a optimisé dans les moindres détails le prototype pionnier du rallye, doté d’un groupe motopropulseur électrique, d’une batterie haute tension et d’un convertisseur d’énergie, pour le rallye le plus difficile de l’année. Les trois équipages de pilotes Mattias Ekström / Emil Bergkvist, Stéphane Peterhansel / Edouard Boulanger et Carlos Sainz / Lucas Cruz abordent la tâche la plus difficile de l’année avec optimisme, mais aussi avec humilité.

Audi a été le premier constructeur à développer un modèle T1U pour le Rallye Dakar. L’objectif de ce prototype à propulsion électrique est de prouver qu’un véhicule à faibles émissions peut endurer l’une des épreuves les plus difficiles du sport automobile tout en étant compétitif.

« L’Audi RS Q e-tron a déjà fait sensation lors de ses deux premières participations au Dakar. Audi a été une fois de plus un pionnier technologique dans sa remarquable histoire du sport automobile. Nous avons initié un changement de paradigme. La combinaison d’un groupe motopropulseur électrique et d’un convertisseur d’énergie alimenté par reFuel est unique et très efficace. Nous savons ce que nous avons déjà accompli. En même temps, nous attendons le prochain Rallye Dakar avec respect. Il représente un défi majeur. », a déclaré Rolf Michl, responsable d’Audi Motorsport.

Comme ce fut le cas ces deux dernières années, Audi s’appuie sur l’équipe Q Motorsport de l’expérimenté chef d’équipe Sven Quandt.

Un Rallye Dakar d’une distance totale d’environ 7 900 kilomètres
Les pilotes, les copilotes et la direction de l’équipe Audi Sport sont d’accord : une édition particulièrement difficile du Rallye Dakar attend tous les participants. En Arabie Saoudite, douze étapes spéciales s’étendent sur 4 727 kilomètres en 14 jours. En incluant toutes les étapes de liaison, le parcours totalise 7891 kilomètres. Les équipes devront souvent parcourir plus de 400 kilomètres par jour lors des étapes spéciales. « C’est pourquoi il est important de ne pas perdre son élan pendant le rallye. Je me suis beaucoup entraîné sur mon vélo. Il faut pouvoir bien se reposer pendant les nuits et nous faisons également attention à notre alimentation. », a souligné Stéphane Peterhansel.

L’un des défis particuliers de cette année est une étape de 48 heures en totale autonomie. Elle aura lieu les Jeudi 11 et Vendredi 12 janvier et constituera une étape commune, la sixième sur douze. Les organisateurs ont choisi l’Empty Quarter, avec sa mer de dunes apparemment sans fin, comme lieu de compétition. Comme les motos et les quads empruntent des itinéraires différents, les équipages de tête des voitures et des camions de course n’auront pas de tracés dans le sable pendant ces deux journées. En outre, les participants doivent se passer du service régulier de l’équipe et ne sont autorisés qu’à s’entraider. Cette nuit-là, ils sont répartis sur plusieurs bivouacs. « Ce sera un grand défi stratégique. Mais la deuxième semaine sera également difficile, car cette année, les étapes rocailleuses n’arrivent qu’à la fin. Les choses peuvent donc encore changer. », a déclaré Edouard Boulanger, le copilote de Peterhansel.

Le développement de l’Audi RS Q e-tron en détail
L’équipe de développement dirigée par le Dr Leonardo Pascali a amélioré l’Audi RS Q e-tron dans de nombreux domaines. « La nouvelle configuration améliore le confort et est également très efficace. », a souligné Carlos Sainz, qui a optimisé de nombreuses voitures de rallye en près de 40 ans de carrière.

Mattias Ekström a ajouté : « Pour moi, il s’agit avant tout d’utiliser parfaitement la voiture dans le sable. Le fait de pouvoir franchir les dunes sans avoir besoin de changer de vitesse est très utile. »

Edouard Boulanger note un changement dans l’importance accordée aux différents sujets : « Au début du projet, l’accent était mis sur le développement de la technologie complexe du groupe motopropulseur et de la voiture. Entre-temps, nous avons également trouvé le temps d’améliorer de nombreux aspects du cockpit. Nous pouvons mieux contrôler les niveaux de bruit et leurs effets, et le conducteur et le copilote sont également mieux protégés contre les effets des chocs violents et des charges extrêmes. Nous félicitons d’ailleurs les techniciens qui ont travaillé dur sur ce point au cours de l’année écoulée et ont fait de réels progrès. »

Le groupe motopropulseur électrique de l’Audi RS Q  e-tron, doté d’une batterie haute tension, tire son énergie d’un convertisseur d’énergie. Depuis le dernier rallye Dakar, Audi utilise du carburant à base de résidus pour son fonctionnement. Cela permet d’économiser 60% des émissions de dioxyde de carbone. La réglementation limite la puissance du groupe motopropulseur électrique à 286 kW en Janvier 2024, répartis entre les essieux avant et arrière. De nombreux autres nouveaux détails réduisent les temps de maintenance pour l’équipe et rendent le prototype plus sûr, plus fiable et plus confortable.

L’équipe Audi Sport fait partie d’un peloton de tête.
343 participants se sont inscrits pour la 46ème édition du Rallye Dakar. Ils prendront le départ avec 72 voitures dans les classes T1 et T2, 42 modèles supplémentaires dans la classe T3, 36 petits véhicules SSV, 46 camions, ainsi que 137 motos et 10 quads.

« Nous sommes confrontés à des concurrents très forts et expérimentés. Comme chaque année, nous nous attendons à ce que les réelles forces de la concurrence ne se révèlent qu’au cours du rallye. », a ajouté Rolf Michl.

Carlos Sainz reconnaît que la concurrence est forte : « Le vainqueur incontesté du Dakar, Nasser Al-Attiyah et le champion du monde des rallyes, Sébastien Loeb, dans les Prodrive Hunter, en font partie. Toyota compte également un ancien vainqueur en la personne de Giniel de Villiers et un certain nombre de jeunes pilotes de qualité dans son équipe. Et nous ne sous-estimerons certainement pas notre nouvel adversaire, Ford, avec son ancien vainqueur Nani Roma. »

Pour la troisième année consécutive, l’équipe Audi Sport se présente à l’épreuve avec une équipe de pilotes inchangée. En tant que champion DTM, champion du monde de rallycross, vainqueur d’une course de 24 heures et champion d’une série de voitures de tourisme électriques, Mattias Ekström apporte probablement la plus grande variété d’expériences et de succès à la table.

« J’ai beaucoup appris depuis que j’ai participé à la compétition en tant que débutant en 2020. Nos adversaires sont expérimentés et rapides. Je me suis entraîné et j’ai participé à des compétitions autant que possible afin d’être prêt. Mon copilote et moi avons continué à améliorer notre vitesse et notre compréhension du sport. », a déclaré Ekström.

Son guide et compatriote Suédois Emil Bergkvist, qui s’est rapidement adapté au Rallye Dakar, a déclaré : « Je me réjouis déjà de la prochaine édition, car notre courbe d’apprentissage continue de pointer vers le haut. » Ce dernier n’est passé du siège de pilote à celui de copilote que depuis qu’il travaille avec Mattias Ekström.

Vainqueur à 14 reprises, le Français Stéphane Peterhansel est le seul détenteur du record du Rallye Dakar et il compte sur les conseils de son compatriote Edouard Boulanger, qui l’a déjà accompagné jusqu’à la victoire. Carlos Sainz, double champion du monde des rallyes, est un géant de son sport. Il a pris le volant pour la première fois avec Lucas Cruz comme copilote en 2009, et les deux Espagnols ont remporté ensemble le Rallye Dakar à trois reprises à ce jour. Ils forment le plus ancien duo pilote-copilote chez Audi.

« Le prochain Dakar sera difficile, mais nous nous y sommes bien préparés. Physiquement, mon programme comprend du vélo et du jogging en montagne, ainsi que des exercices en salle de sport. Mentalement, je me prépare avec un psychologue sportif. Cela m’aide à réagir plus rapidement et à être plus polyvalent. », a déclaré Lucas Cruz avec confiance.

La coordination de l’équipe est un atout majeur
La base d’un environnement aussi complexe, varié et stressant que le Rallye Dakar est une équipe fiable. L’équipe Audi Sport coopère avec Q Motorsport situé à Trebur, en Allemagne, depuis le premier jour. Sven Quandt, qui a remporté la T1 Marathon Cup en 1998 en tant que pilote de rallye tout-terrain, est depuis longtemps un chef d’équipe couronné de succès. Avec son équipe X-raid, il a déjà remporté six fois le rallye Dakar et onze fois la Coupe du monde des rallyes tout-terrain.

« L’expérience est la clé du succès dans notre sport. Sven Quandt et son équipe ont montré qu’ils pouvaient relever tous les défis. Avec une telle équipe derrière nous, nous dormons mieux la nuit et abordons les étapes avec plus de confiance. », a souligné Stéphane Peterhansel.

Son copilote Edouard Boulanger a ajouté : « Nous avons beaucoup de nouveaux membres qui ont rejoint l’équipe Audi Sport. Ils ont fait un excellent travail en se familiarisant avec le sujet au cours de cette année et ont fait avancer le projet dans une bonne direction grâce à leurs contributions. Cela me donne confiance. »

Néanmoins, Mattias Ekström parle au nom de tous lorsqu’il a déclaré : « J’ai appris à rester humble dans ce sport. Les journées sont incroyablement longues et nombreuses… »

Avec l’expérience combinée des pilotes, des copilotes, de toute l’équipe et de l’Audi RS Q e-tron perfectionnée, Rolf Michl a un souhait avant tout : « Nous voulons vivre le Rallye Dakar le plus sereinement possible pour montrer ce dont nous sommes capables. »

Photos : Audi

About The Author

Related posts