ad-728-rotation
ad-728-rotation
Porsche 928 S4 Cabriolet H21 Concept de 1987/1988 – Un beau projet non commercialisé

Porsche 928 S4 Cabriolet H21 Concept de 1987/1988 – Un beau projet non commercialisé

ad-728-mannes

L’un des plus longs «secrets» gardés par Porsche est le prototype H21 : la Porsche 928 S4 Cabriolet de 1987/1988. Ce n’est qu’en 2013 que ce prototype a été partiellement révélé via une série de documentaires vidéo sur l’entrepôt de stockage du Porsche Museum. Porsche a souhaité lancé une version cabriolet de sa 928, principalement pour le marché américain alors très demandeur et ayant au milieu des années 1980 un très gros potentiel pour Porsche. Peter Schutz alors président de Porsche AG le savait, lui qui connaissait très bien ce pays.

Différentes recherches sur des modèles Targa
Dès 1977, quatre ans avant l’arrivée de Peter Schutz aux commandes de la marque de Zuffenhausen, Porsche a étudié l’idée de développer une variante de la 928 équipée d’un toit amovible, le fameux modèle Targa déjà présent sur la Porsche 911.

Différentes études et dessins ont été réalisés mais ce projet de Porsche 928 Targa est tombé à l’eau. Mais la question de produire une voiture à toit ouvert est restée tout de même dans les esprits. Porsche devait avant tout redresser ses ventes et notamment sur le marché nord américain, ce qu’a réussi Peter Schutz. Schutz a en effet triplé les ventes et a ramené Porsche dans la rentabilité. Pendant cinq années financières consécutives, il a pu établir des records de ventes.

Fabrication d’une Porsche 928 Cabriolet en 1987 par Karrosseriewerke Weinsberg
Dix ans plus tard, en 1987, Peter Schutz a remis la version cabriolet à l’ordre du jour, suite au succès rencontré par la Porsche 911 Cabriolet. Porsche était dans une période faste juste avant le ralentissement économique aux États-Unis et à la chute du taux de change entre les USA et l’Allemagne en 1987.

A cette époque, Porsche avait différents projets dans ses cartons et différents prototypes étaient réalisés. La Porsche 928 était au cœur de ces nombreux projets : le département du design de Porsche avait conçu deux variantes de Porsche 928 à quatre portes : la Porsche 928 H 50 de 1987 et celle offerte à Ferry Porsche pour ses 75 ans. Un autre modèle à quatre portes type berline avait également vu le jour : la Porsche 989 (voir article Porsche 989 de 1988 – Le précurseur de la Panamera).

Ce projet porte le numéro de projet H21, H correspondant à l’année 1987 et le numéro indiquant le projet de cette année.

Afin d’avancer sur ce projet de cabriolet, principalement destiné au marché américain, les designers se sont mis au travail en prenant pour base une Porsche 928.

Ils ont également travaillé en collaboration avec la firme américaine ASC (American Sunroof Corporation), dirigée par l’allemand Heinz Prechter que Peter Schutz connaissait bien. Cette société était spécialisée dans la conversion de voitures et avait une part importante dans une société voisine de Porsche, construisant des carrosseries : Karrosseriewerke Weinsberg. C’est cette même société qui assemblera plus tard les Porsche 944 et 968 Cabriolet.

Porsche a ainsi mandaté ASC via la société Karrosseriewerke Weinsberg GmbH pour construire le prototype de la Porsche 928 Cabriolet, basé sur une Porsche 928 S4 à boîte manuelle à 5 rapports et aux spécifications américaines. La Porsche 928 S4 avait un moteur V8 de 5.0 litres à 32 soupapes développant 320 ch (235 kW). La voiture de base avait un équipement succinct avec un différentiel autobloquant et des sièges avant sport.

La construction du prototype, démarrée en 1987 et terminée en 1988, a duré 10 mois où un soin particulier a été porté à de nombreux détails. Le prototype comporte une malle arrière permettant d’accéder au coffre parfaitement ajustée, des lignes fluides, une capote invisible une fois repliée sous un protège capote électrique et des sièges sport électriques intégrant une ceinture.

Partir d’une voiture qui n’avait pas été conçue pour devenir un cabriolet n’était pas une chose aisée pour les ingénieurs de Porsche en charge du projet. De nombreuses modifications ont été faites, que cela soit au niveau de la carrosserie, de la structure, de l’intérieur. La structure a été renforcée, faisant grimper le poids total à 1649 kg. Les montants A au niveau du parebrise ont dû aussi être repensés pour la sécurité des occupants en cas de retournement. La voiture a gardé ses 4 places, bien qu’à l’arrière il ne fallait pas être très grand pour s’y asseoir. Un hardtop était aussi prévu. Ce cabriolet pouvait atteindre 265 km/h. Son intérieur en cuir noir perforé contraste avec sa carrosserie grise argentée.

Une voiture devant être vendue environ 150 000 DM
Porsche avait en tête de vendre la Porsche 928 Cabriolet à partir de 1991 à environ 150 000 DM. Le marché principal était les États-Unis.

Fin du projet à cause de la crise américaine
Malgré les lignes harmonieuses et la qualité de l’unique prototype de la Porsche 928 Cabriolet, la direction de Porsche AG a décidé d’arrêter le projet au cours de l’année 1988 alors que le projet commençait à bien avancer avec la construction d’un prototype qui avait plu à la direction. Son prix serait trop élevé pour le marché américain et la rentabilité mauvaise.

En effet, il faut se remettre dans le contexte de la fin des années 1980 où Porsche rencontrait de grosses difficultés à vendre ses modèles, notamment aux USA avec la soudaine crise économique et l’augmentation des taux de change. Peter Schutz avait été remplacé par Heinz Branitzki le 1er janvier 1988 et la situation financière de Porsche AG était devenue difficile. Heinz Branitzki avait pour tâche de redresser la situation du constructeur automobile et cela passait par des économies. Le projet du cabriolet étant trop onéreux à poursuivre et n’étant pas une priorité, son développement a été arrêté tout comme les autres projets 928.

En 1991, une autre estimation des coûts a été faite pour la production d’une Porsche 928 Cabriolet, mais cette nouvelle tentative avait échoué. C’était la fin de ce projet! C’est bien dommage, car en regardant de près ce prototype et sa qualité pour l’époque, il aurait trouvé son public, notamment aux États-Unis, afin de concurrencer des marques comme Mercedes, avec notamment son modèle 500 SL (R129).

Des Porsche 928 Cabriolet réalisées par des préparateurs
Bien que la Porsche 928 Cabriolet n’a jamais officiellement existé, du moins construite par Porsche, il existe quelques modèles plus ou moins réussis, fabriqués par des préparateurs comme b-b, Strosek, Gemballa, Jurinek, Koenig, Hamann et Carelli Design (voir article Carelli Design C928 Porsche Convertible). bb a également réalisé une Porsche 928 Targa et l’avait présenté au salon automobile de Francfort (IAA) en 1979. Ces réalisations avec des rigidifications de la structure avaient pour impact des changements de comportements de la Porsche 928, la rendant moins agréable à conduire avec un surpoids.

Description de la Porsche 928 S4 Cabriolet par Samuel Fournis du Porsche Club 928 France
Bien que portant un numéro de châssis de version US, elle a des ailes avant et arrière d’un modèle “reste du monde”. Les seuls éléments extérieurs indiquant une version US sont les feux avant et les butoirs de pare-chocs arrière. Elle comporte un compteur en kilomètres (et non en miles), ce qui n’est pas cohérent avec un modèle US. Elle avait exactement 133 km au compteur en juin 2017.

Malgré le très faible kilométrage, la barre anti-rapprochement en aluminium située dans le compartiment moteur est tordue! C’est très surprenant et pourrait indiquer un manque de rigidité du cabriolet.

La console centrale comporte les boutons de commande d’une climatisation additionnelle pour l’arrière, bien que la voiture en soit dépourvue.

La découpe des vitres est intéressante, car la partie fixe est clairement pensée pour servir de déflecteur. De même, la partie principale mobile est d’une forme différente de celle des Porsche 928 de série.

Le couvre capote est très bien réalisé. D’une manière générale, la finition est presque conforme à une voiture de série.

Les sièges sont recouverts d’un cuir souple perforé. Si l’option cuir souple sera au catalogue dès l’année suivante pour les voitures de série, elle ne sera jamais disponible avec le cuir perforé.

Les sièges avant sont très intéressants. En effet, ils intègrent le point d’ancrage supérieur de la ceinture de sécurité, ce qui demande une structure de siège très renforcée, et les appui-têtes intégrés comportent des trous pour laisser passer l’air. De même, les appui-têtes sont visiblement renforcés par rapport à ceux de série. Les sièges possèdent les mêmes commandes électriques que les voitures de série.

Il n’y a bien sûr pas de commande de toit ouvrant, ni d’essuie-glace arrière. Ces boutons sont normalement situés entre les boutons de commande des vitres. La capote semble être manuelle, car le seul bouton qui la concerne est celui d’ouverture du couvre-capote, qui est situé à l’emplacement de la commande d’essuie-glace arrière sur les coupés. Il y a deux verrouillages de capote en haut du pare-brise.

A son bord, on est très bien installé, ce qui ne fait que regretter d’autant plus que la Porsche 928 Cabriolet n’ait pas été produite en série, même limitée.

Un grand merci au Porsche Club 928 France pour sa précieuse aide et notamment à Alex Blieux, Samuel Fournis et Cédric C.

Photos : 4Legend.com / Porsche / Porsche Club 928 France – Cédric C. / D.R.

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply