Porsche Studie C 88 – Un projet ambitieux pour le marché chinois

Porsche Studie C 88 – Un projet ambitieux pour le marché chinois

ad-728-mannes

En 1994, le département du centre R&D de Porsche à Weissach a conçu une petite voiture familiale pour répondre à un appel d’offres pour la Chine : la Porsche Studie C 88. Cette voiture low cost, non badgée Porsche, restera à l’état de concept bien que Porsche avait prévu d’installer une usine en Chine.

Réponse à un appel d’offres chinois
Suite à un lancement d’un appel d’offres de la Chine afin de construire localement une voiture du peuple (un petite berline familiale) à 4 portes pour permettre aux chinois de passer des vélos à des voitures pour transporter leurs familles, une délégation allemande comprenant le dirigeant de Porsche de l’époque – Dr. Wendelin Wiedeking – s’était rendu en République Populaire de Chine en 1994 afin de rencontrer le gouvernement et montrer l’intérêt de Porsche à produire une voiture asiatique. Porsche a discuté avec des patrons chinois et des journalistes locaux pour comprendre les attentes des chinois.

Au milieu des années 90, peu de constructeurs automobiles étaient basés en Chine comme VW en coopération avec FAW ou Peugeot avec DongFeng. Le boom du marché automobile chinois n’est apparu que dans les années 2000.

Dans le cadre de cet appel d’offres, 23 constructeurs ont répondu favorablement afin de présenter leurs projets dans le cadre d’une future production en collaboration avec First Automotive Works (FAW). A l’époque, Porsche n’avait pas l’excellente santé financière qu’aujourd’hui. Porsche coopérait avec certains autres constructeurs (comme Mercedes, Volvo, Opel , Seat et même Lada) afin de proposer son savoir-faire en ingénierie et faire ainsi rentrer de l’argent dans ses caisses.

De retour en Allemagne, Wiedeking demanda aux ingénieurs du centre R&D de Weissach de concevoir un véhicule, ne ressemblant pas du tout à une Porsche, répondant au cahier des charges du gouvernement chinois. Le design a été conçu par le département Style Porsche de Weissach.

3 versions envisagées
Porsche a imaginé et élaboré sur 3 versions pour le marché chinois : une version low cost très basique à 2 portes, un modèle standard à 2 portes et une version berline plus luxueuse à 4 portes dotée d’un coffre. C’est cette dernière version qui a été construite afin d’être présentée aux chinois.

Version low cost
La première version est un modèle très basique et low cost avec 2 portes et un hayon, capable d’accueillir jusqu’à quatre passagers. Cette petite voiture longue de 3,4 m est une traction équipée d’un moteur 4 cylindres essence de 1.1 litres développant entre 48 ch (35 kW) avec une transmission automatique à 4 rapports. Sa vitesse de pointe est de 140 km/h avec un 0 à 100 km/h en 20 secondes (une éternité!). Son prix de base était fixé à 45 000 RMB (environ 6200 euros).

Version intermédiaire
La deuxième version proposée par Porsche est un modèle milieu de gamme avec différentes variantes : une compacte à 2 portes avec hayon, une berline à 4 portes, un break et même un pick-up compact. Cette version était prévue pour être propulsée par le même moteur de 48 ch de la version d’entrée de gamme à 2 portes avec hayon. Mais le poids supplémentaire faisait que la voiture était moins performante, avec un 0 à 100 km/h en 22 secondes. Son prix de base était fixé entre 60 000 RMB (environ 8250 euros) et 65 000 RMB (environ 8950 euros) selon la variante choisie.

Version Premium
La troisième version retenue par Porsche est une berline plus luxueuse à 4 portes dotée d’un coffre. Sa longueur est plus grande permettant d’accueillir 5 passagers : 4 m de long, 1,63 m de large et 1,42 de haut. Cette voiture est aussi motorisée par un moteur 1.1 l développant 68 ch (50 kW). Sur cette version, toujours en traction, une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports avait été retenue. Sa vitesse de pointe passe à 165 km/h avec une accélération sous les 16 s pour atteindre 100 km/h.

Porsche avait élaboré une liste d’équipements proches du standard européen avec des airbags frontaux (conducteur + passager), un autoradio intégré, des freins à disque avec ABS. Une boîte de vitesses automatique à 4 rapports était aussi prévue en option. Un petit moteur 4 cylindres diesel atmosphérique 1.6 l développant 67 ch était aussi dans les cartons.

Sur les 3 versions envisagées par Porsche, c’est ce dernier modèle qui pouvait être exporté. Il respectait les normes européennes d’émissions polluantes et de sécurité (crash test). Les moteurs des autres modèles n’étaient pas aux normes antipollution bien que la voiture respectait les normes de sécurité.

Fabrication d’un modèle roulant : la C 88
Après avoir élaboré ces 3 versions, il fallait construire un prototype afin de la présenter aux instances chinoises à Pékin. La différence avec les autres concurrents, c’est que le modèle Porsche roule et est abouti.

Ainsi Porsche a fait naître la troisième version. 4 mois plus tard, l’équipe d’ingénieurs a réussi à concevoir en un temps record une petite berline familiale à 4 portes portant la dénomination C 88.

En Chine, le nombre 88 est un nombre portant chance et c’est pour cette raison que Porsche a choisi d’appeler ce modèle C 88 (C pour Chine).

A l’extérieur, le style est assez arrondi, loin du design des Porsche. Rien ne la reliait à Porsche. Ce design permettait d’être encore d’actualité quelques années plus tard, au début des années 2000, si la voiture devait entrer en production.

La C88 avait un logo spécifique représenté par trois points reliés ensemble, formant un triangle. Les pare-chocs sont en plastique noir non peints, trahissant – avec ses jantes de 15 pouces en tôle chaussées de pneus étroits en 155/80 R15 de marque « General » modèle « Le Mans » – son côté low cost.

Les designers Porsche ont développé une esthétique travaillée pour l’intérieur, inspirée de la culture chinoise. Le tableau de bord est arrondi tout comme la majorité des commandes. La sellerie est colorée, rendant l’habitacle plus lumineux et festif. D’ailleurs avec la politique de l’enfant unique, la C 88 est équipée d’un seul siège enfant à l’arrière et peut accueillir en tout 5 personnes.

Cette étude aboutie et roulante (au contraire des autres compétiteurs) a été présentée au congrès de la voiture familiale chinoise à Pékin en novembre 1994. Wiedeking a de nouveau fait le déplacement afin de prononcer en mandarin le discours d’introduction de cet évènement.

Construction d’une usine Porsche en Chine
Dès le démarrage du projet C 88 et si le projet était retenu, Porsche avait prévu de construire une toute nouvelle usine en Chine afin de produire annuellement entre 300 000 et 500 000 voitures, voire plus si la demande suivait. De plus, Porsche avait un atout supplémentaire pour gagner le projet en proposant de former durant 1 an des ingénieurs et des techniciens chinois dans son usine de Zuffenhausen en Allemagne, afin que les voitures soient construites à un standard de haute qualité digne de Porsche.

Ainsi deux équipes (allemande et chinoise) travaillaient ensemble sur ce projet dans le but d’implanter une usine en Chine pour y produire la voiture.

L’un des objectifs de ce projet était d’impliquer dans le processus complexe de la conception d’une nouvelle voiture les techniciens chinois qualifiés, les designers et les experts commerciaux.

Ce modèle était ainsi conçu pour être fabriqué en Chine à moindre frais, avec des méthodes simples de production.

Malgré son côté low cost (en avance sur les Dacia Logan et autres), la Porsche Studie C 88 avait un excellent comportement routier et une très bonne qualité ainsi qu’une bonne sécurité pour l’époque.

Un projet abandonné
Malgré la longueur d’avance de Porsche sur cet appel d’offres, le gouvernement chinois a décidé de ne pas retenir de constructeur automobile étranger et ainsi de donner sa permission de produire le véhicule en Chine.

Chrysler, Fiat, Ford, Mercedes-Benz, Mitsubishi, Opel et Porsche ont participé au projet avec différents prototypes. Ce fut la douche froide pour la plupart des constructeurs automobiles qui ont participé au projet. Ils ont investit beaucoup de temps et d’argent pour un projet qui n’a jamais vu le jour.

Avec du recul, il s’est avéré que le gouvernement chinois a utilisé cette idée de projet pour récupérer gratuitement les différentes solutions et idées des constructeurs automobiles afin de créer de nouvelles marques locales qui ont repris de nombreux détails du projet C 88 ou d’autres projets.

Porsche tenta de vendre sans succès ce projet à d’autres constructeurs indiens. La Porsche Studie C 88 resta depuis à l’état de prototype. Elle est dorénavant exposée au Porsche Museum à Stuttgart.

 

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply