ad-728-rotation
ad-728-rotation
Histoire et restauration de la Porsche 928 S de course Trigema de 1982

Histoire et restauration de la Porsche 928 S de course Trigema de 1982

ad-728-mannes

2017 était l’année des commémorations des 40 ans de la Porsche 928. Une Porsche 928 de course a été souvent mise à l’honneur sans forcément mettre en avant son caractère unique : la Porsche 928 S Trigema de 1982 avec une carrosserie en aluminium. Après avoir été stockée durant 30 ans suite à sa participation aux 24 Heures de Daytona 1984 avec Brumos Racing, elle a été entièrement restaurée chez Porsche en 2014 retrouvant sa première décoration Trigema.

Après 30 ans de stockage dans les réserves du Porsche Museum avec la décoration de sa dernière course aux 24 Heures de Daytona 1984 (photo ci-dessus), la Porsche 928 S Trigema revient sur le devant de la scène. En janvier 2014, d’anciens employés de Porsche et de jeunes apprentis du département de formation technique ont débuté ensemble la restauration de cette voiture de course un peu spéciale qui a duré moins d’un an.

Lorsque le responsable de formation Panagiotis Chatziioannis a finalement tourné la clé de contact et que le moteur a rugi, les yeux des trois anciens employés de Porsche – Hans Clausecker, Günther Steckkönig et Bernd Zackl – se sont illuminés. Pour eux, cette 928 est une Porsche très spéciale et la restituer à son état d’origine était une affaire chère à leurs cœurs. Depuis le début de l’année 2014, ils ont donc travaillé sur la restauration avec les apprentis.

Histoire de la Porsche 928 S Trigema de 1982 dotée d’une carrosserie en aluminium
En 1982, les pilotes d’essai Porsche Günther Steckkönig et Hans Clausecker ont construit une version de course de la Porsche 928, en se basant sur une Porsche 928 S qui a été allégée d’environ 100 kg grâce à une carrosserie entièrement en aluminium, un modèle quasi unique. La carrosserie a pu être conçue en partenariat avec Alusuisse/Alusingen, une société qui rejoindra plus tard Alcan. Cette carrosserie en aluminium fut conçue via le projet « Porsche-Aluminium-Karosserie » (PAK) afin d’être exposée au salon automobile de Francfort 1981 (voir article prototype Porsche 928 S D49 de 1983). Elle ne pesait que 161 kg, soit 141 kg de kilos de moins par rapport à une carrosserie de Porsche 928 de série.

Tous les éléments inutiles à la course ont été enlevés afin de gagner du poids. Des équipements de course obligatoires ont été intégrés à cette première Porsche 928 de course dont un arceau cage, des suspensions de course avec des ressorts plus durs et des paliers en métal, un siège baquet Recaro et un extincteur. Les freins sont restés de série, sans être améliorés. Le volant à 4 branches aussi! La Porsche 928 S de course était propulsée par un moteur V8 de 4664 cm3, dont la puissance a été portée à 340 ch (259 kW), pouvant atteindre une vitesse maximale de 270 km/h. La voiture était ainsi quasiment de série, sans recevoir de grosses modifications, notamment aérodynamiques.

Avant de se lancer dans ce projet, Günther Steckkönig et Hans Clausecke se sont battus pour engager la voiture en course et la piloter. Porsche n’a jamais eu l’intention d’engager la 928 en compétition car elle était trop lourde avec en plus un moteur placé à l’avant. Le directeur de Porsche Motorsport, Peter Falk, était contre, notamment dû au moteur de la 928 qui aurait demandé de grosses modifications afin d’être performant sur la piste.

Après acceptation de Porsche, ils ont pu débuter les travaux de construction et la tester avant de l’engager en compétition. La voiture adopte des jantes BBS en 7,5″ x 16 à l’avant et 9,5″ x 16 à l’arrière. Lors d’essais au Nürburgring, elle a fait un tour en seulement 8:12 minutes, un excellent temps pour une voiture quasiment de série.

Saison 1983
En 1983, Hans Clausecker et Günther Steckkönig ont engagé la voiture au championnat d’endurance Veedol sur le Nürburgring qui comptaient 5 manches. « A l’origine, la 928 n’était prévue que pour être une voiture expérimentale », explique Clausecker, qui a travaillé pour Porsche de 1959 à 2005.

Lors de la seconde course au Nürburgring, elle a terminé à la 2ème place. Elle a ensuite été inscrite à la course des 4 heures du Nürburgring 1983 qu’elle a remporté. Elle a remporté au final un total de trois victoires au classement général sur 5 courses à ce championnat VLN 1983.

24 Heures de Daytona 1984
En 1984, elle a été engagée aux 24 Heures de Daytona où elle est arrivée 15ème au classement général après 569 tours parcourus et se classant 4ème dans sa catégorie GTO. Engagée par l’équipe Brumos Racing gérée par Bob Snodgrass, avec un petit soutien de Porsche (fourniture de la voiture et de quelques ingénieurs), la Porsche 928 S était pilotée par 4 pilotes chevronnés : Richard Attwood, Vic Elford, Howard Meister, et Bob Hagestad. En parallèle, Brumos Racing engageait également une Porsche 962 qui a dû abandonné suite à des problèmes de boîte de vitesses.

Quand on regarde de loin la voiture engagée à Daytona, elle porte le numéro 92. En s’approchant, on découvre un petit 8 à côté du numéro afin de mettre en avant le nom du modèle : 928. La voiture avait des couleurs différentes de celles utilisées sur les voitures de course engagées par Brumos Racing (bleu, banc et rouge) : Bob Snodgrass a choisi les couleurs officielles de Porsche : blanc, rouge, noir et jaune. La voiture était équipée de pneus Goodyear Eagle faisant deux relais avant leur changement et aucune intervention mécanique n’avait été nécessaire, hormis l’appoint d’huile à chaque arrêt au stand.

Ce résultat est d’autant plus spectaculaire que la voiture a pris le départ à la 72ème place, démontrant ainsi sa fiabilité. Elle n’a connu qu’un seul problème : un pare-brise cassé, causé par le choc avec un pneu perdu par une autre voiture de course. La voiture était très proche d’une voiture de série, sans appendices aérodynamiques refusés par Porsche et sans avoir un moteur de course spécialement préparé. Pour cette course, la réglementation demandait un système de remplissage de carburant externe. Son installation s’est faite dans le coffre, via la vitre du hayon où deux orifices de remplissage avec la tuyauterie ont été installé.

Ce fut sa dernière course, se révélant trop lourde et pas assez puissante pour rivaliser face aux autres concurrents.

La rénovation d’une vieille voiture est un défi très spécial
Mais, cette Porsche 928 S est tombée quelque peu dans l’oubli dans les stocks du musée. Mais pas pour Steckkönig et Clausecker. Ils étaient convaincus que la Porsche 928 devait être remise sur le devant de la scène. C’était aussi ce que pensait Bernd Zackl, ancien chef de l’atelier mobile. Il était également impliqué dans le projet 928 à ce moment-là. Grâce à un échange constant de correspondance avec le musée Porsche, l’idée est née de remettre la voiture de course en état de marche grâce à un projet interne intergénérationnel, y impliquant le centre d’apprentissage Porsche.

Pour eux, la rénovation d’une vieille voiture est un défi très spécial. Comment conserver autant que possible l’état d’origine? Et comment les réparations nécessaires peuvent-elles être réalisées du niveau de l’époque en utilisant les ressources disponibles aujourd’hui? « Quand nous avons essayé en vain pendant des heures de faire démarrer le moteur après l’avoir monté, nous étions sur le point d’abandonner », rapporte Thorsten Josenhans, 20 ans. Le sentiment d’accomplissement était d’autant plus grand quand il a finalement démarré. Lui et son collègue apprenti Kevin Huober était sur le projet depuis le début et ont terminé les travaux de restauration à la fin de l’année 2014.

Le travail s’est ensuite porté sur la barre anti-roulis. De plus, les roues de la voiture ont dû être alignées et la réplique des décorations adhésives d’origine ont dû être appliquées. La dernière étape qui était la plus importante était l’essai routier à la fin de la restauration en novembre 2014, qui a amené un sourire aux visages de toute l’équipe qui a travaillé dur sur ce projet. Le système de remplissage de carburant apparu sur pour la course de Daytona a été gardé alors que ma voiture en était dépourvu en 1983 lors du championnat allemand VLN.

Une fois la restauration terminée, la Porsche 928 S Trigema a été exposée au Porsche Museum, au Techno Classica 2017 et à d’autres manifestations auxquelles a participé Porsche afin de commémorer les 40 ans de la Porsche 928.

Elle a également participé à la Porsche Sound Nacht 2015 où elle a pu libérer ses vocalises devant un public de fans Porsche réuni le temps d’une soirée au Porsche Museum à Stuttgart.

Photos : 4Legend.com / Porsche / D.R.

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply