Décès de Peter W. Schutz – Sauveur de la Porsche 911 et ancien PDG de Porsche

Décès de Peter W. Schutz – Sauveur de la Porsche 911 et ancien PDG de Porsche

Une figure emblématique de la marque Porsche et un grand Monsieur vient de nous quitter à l’âge de 87 ans le 29 octobre 2017 : Peter W. Schutz. Il a été le PDG de Porsche de 1981 à 1987 et a permis à la marque de se remettre à flot. Il est également très connu pour avoir été le sauveur du modèle emblématique de la marque, la Porsche 911.

Histoire de Peter W. Schutz
Peter W. Schutz est né à Berlin de parents juifs allemands, le 20 avril 1930. Après avoir quitté l’Allemagne en mars 1939 suite à la montée du Nazisme et de la persécution des juifs, sa famille s’est installée à Chicago, où Peter a grandi et a fait ses études. Après avoir été diplômé en génie mécanique à l’Illinois Institute of Technology, il a intégré l’U.S. Marine Corps en tant que réserviste de 1947 à 1950. Puis il s’est engagé dans l’armée américaine de 1954 à 1966.

Par la suite, Peter W. Schutz a occupé divers postes d’ingénieur chez Caterpillar Tractor Co. à Peoria dans l’Illinois durant 15 ans. Durant cette période, il était devenu un pilote expérimenté et a ainsi même dirigé une école de pilotage pour l’Université Bradley. Par la suite, il a passé 11 ans chez Cummins Engine Company Inc. à Columbus dans l’Indiana; trois ans en planification stratégique d’entreprise et huit ans en tant que vice-président responsable des ventes et du service des moteurs de camions aux États-Unis et au Canada.

En 1978, Peter W. Schutz a déménagé à Cologne, en Allemagne où il a dirigé la société Klockner Humboldt Deutz, une société fabriquant des moteurs diesel et des turbines à gaz.

En janvier 1981, M. Schutz a pris la tête de Porsche en devenant le PDG et s’installant à Stuttgart. Il fut nommé directement par Ferry Porsche. A cette époque, Porsche n’était pas dans la situation actuelle où tous les feux étaient au vert. La marque perdait de l’argent et avait du mal à vendre ses voitures. Peter W. Schutz avait été engagé pour remettre la société à flot de part ses précédentes expériences très positives à la tête de grosses sociétés.

Au début des années 1980, Porsche avait de gros problèmes de ventes aux États-Unis, où les nouveaux modèles Porsche à moteur avant (944 et 928) ne plaisaient pas.

L’ancien PDG de longue date, Ernst Fuhrmann, a été remercié et remplacé par Peter W. Schutz de nationalité américaine. Avec son expérience et cette nationalité, Porsche a finalement choisi le bon profil pour relancer les ventes aux États-Unis, pays qui était le premier marché mondial pour Porsche à l’époque.

Sous la direction de Peter W. Schutz, la société n’a pas seulement connu un réalignement stratégique. Le germano-américain a grandement contribué à l’attractivité du programme des modèles Porsche.

Avec l’aide du responsable de la R&D – Helmuth Bott, il a su en effet redynamiser la marque, autant par les modèles produits et élargis que par l’engagement en courses automobiles (F1, 24 Heures du Mans, Indycar).

La Porsche 911 Cabriolet a rapidement conquis le cœur des clients tout comme le modèle Speedster (voir article sur son histoire avec les différents prototypes). Il a également permis la diversification de la famille 944 avec les 944 Turbo, 944 S et 944 S2 et les versions cabriolets. Les Porsche Transaxle ont ainsi pu largement se développées.

Schutz a triplé les ventes et a ramené Porsche dans la rentabilité. Pendant cinq années financières consécutives, il a pu établir des records sur record.

Les ventes mondiales de Porsche sont passées de 28 000 unités en 1980/81 à 53 000 unités en 1986. Les recettes sont passées de 850 millions à 3,7 milliards de DM, les bénéfices après impôts sont passées de 12 millions à plus de 125 millions de DM. Peter W. Schutz a ainsi su redresser la situation de l’entreprise.

Lorsque l’économie américaine a connu un ralentissement important en 1987, conjuguée à une chute spectaculaire du taux de change entre les États-Unis et l’Allemagne, les prix des modèles Porsche ont augmenté de façon spectaculaire aux États-Unis. Cela a ainsi entrainé la chute des ventes des modèles Porsche passant à 48 520 voitures. Les ventes américaines représentant à cette période près de 60 % des ventes totales de la marque de voitures de sport, la production a diminué de moitié. Ces résultats catastrophiques a entrainé en décembre 1987 le remplacement de Peter W. Schutz par Heinz Branitzki à la tête de Porsche. M. Schutza a quitté la société quelques semaines plus tard, en janvier 1988.

En 1988, il retourne aux États-Unis pour s’installer à Naples, en Floride où il y est resté jusqu’à sa mort. Peter W. Schutz y a fondé avec son épouse Sheila Harris leur propre société – Harris & Schutz Inc. Il s’était reconverti dans le consulting en donnant de nombreuses conférences autour des techniques commerciales, du marketing, du planing stratégique et de la gestion d’entreprise. Il a également écrit un livre en 2003 : « The Driving Force: Extraordinary Results with Ordinary People ».

Peter W. Schutz laisse derrière lui une femme, une fille et deux fils. Nous leur adressons toutes nos condoléances.

Le sauveur de la Porsche 911 et le retour en courses automobiles
Alors qu’en interne, beaucoup de monde voulait arrêter la production et le développement de la 911 pour se concentrer sur les PMA (924, 944, 928), Peter W. Schutz, qui venait d’arriver chez Porsche, ne comprenait pas ces réactions car il appréciait la 911. De plus il ne comprenait pas l’absence de Porsche en sport automobile.

Après avoir changé de stratégie et avoir investi pour élargir la gamme 911 (911 Cabriolet, 911 Speedster), il a réussi à changer la situation et par la même à sauver le modèle 911. Il a même lancé un moteur d’avion, afin de conquérir de nouveaux marchés : le moteur Porsche PFM 3200 (voir article Des moteurs Porsche dans des avions) basé sur le moteur 3.2 l de la Porsche 911 Carrera.

Un autre véhicule ayant marqué son époque et l’un des modèles emblématiques de la marque a été conçu sous sa présidence : la Porsche 959 à quatre roues motrices. En 1985, la Porsche 959 a été présentée à Francfort où elle a très appréciée. Alors qu’elle coûtait plus cher à produire que ce qu’elle était vendue, cette vitrine technologique produite à peu d’exemplaires a beaucoup fait pour l’image de la marque au cheval cabré. Le nom de Porsche a été associé aux supercars, ouvrant la voie à de futurs modèles comme la Porsche Carrera GT et à la Porsche 918 Spyder quelques décennies plus tard.

Schutz a également supervisé le retour de Porsche sur les circuits du monde entier dans diverses disciplines comme l’endurance et la Formule 1.

Porsche a construit en partenariat avec TAG des moteurs V10 turbocompressés pour l’écurie McLaren TAG F1 de 1984 à 1987. Avec les Porsche 956 et même la 924 GTP en 1981, Porsche a également dominé les 24 Heures du Mans pendant sept années consécutives de 1981 à 1987.

En 1982, de nouveaux records ont été obtenus dans le sport automobile. Porsche a gagné dans quasiment toutes les catégories aux 24 Heures du Mans 1982 et à l’aide des Porsche 956 nouvellement développées, des voitures de course Porsche ont terminé la course aux 5 premières places. Porsche a également été présente en catégorie IMSA GTP et en IndyCar.

Photos : Porsche / D.R.

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply