Porsche essais hiver 2018-2019: Porsche Macan

Porsche essais hiver 2018-2019: Porsche Macan

Essai au sommet: Porsche propose, en partenariat avec le Kaila & le ROK de Meribel, le Yule de Val d’Isère et les skis Lacroix, une nouvelle saison d’essais jusqu’au 9 mars 2019 du Porsche Cayenne et du tout nouveau Porsche Macan. C’est ce dernier que nous avons choisi, accompagnés de notre instructeur Fabian Duffieux que nous avons déjà eu l’occasion de croiser lors de plusieurs événements de la marque, au départ de l’hôtel le Yule de Val d’Isère.

Le Macan vient de subir une mise à niveau pour satisfaire aux derniers standards stylistiques Porsche, celui que nous essayons aujourd’hui est la version 4 cylindres, deux litres, de 245 chevaux remplaçant le 4 cylindres 252 chevaux avec l’adoption du filtre à particules mais gardant le même pic de couple à 370 Nm. C’est plutôt rare pour le signaler, car d’habitude nous sommes plutôt dans l’augmentation de la puissance que la « perte ». L’essai, l’année dernière, du Macan 2.0 252 chevaux m’avait plutôt laissé sur ma faim, sympa mais sans plus, un blason Porsche sur une auto qui n’en ai pas vraiment une à son volant (en version 2.0 je me répète, pas au-dessus), bref Porsche aurait pu faire pire, mais aussi faire bien mieux même pour une entrée de gamme à l’époque.

Nous avons donc eu le plaisir d’essayer la dernière nouveauté SUV de Zuffenhausen mais aussi de constater si les clients ont été écoutés: contact, c’est parti.

On s’installe à bord et tout de suite on remarque que le « 1 bouton = 1 fonction » de la console centrale n’a pas vraiment disparu, mauvais point pour moi car les consoles du dernier Cayenne et Panamera donnent un coup de jeune à cet élément de l’intérieur en simplifiant l’utilisation.

Par contre, le bandeau du tableau de bord évolue avec l’intégration de l’interface multimédia de 10.9″ en full HD au lieu des 7.2″ du modèle précédent en profitant bien entendu de toutes les nouvelles connectivités et applications. L’adoption de cet écran rend moins massif le tableau de bord et remplace avantageusement les deux aérateurs qui descendent ainsi sous l’écran et deviennent plus fins tout comme la partie entre le tableau de bord et la console centrale. C’est visuellement beaucoup plus agréable.

On s’assoie donc à bord, sur les sièges confort électrique 14 positions avec pack mémoire disponibles en option dont les appuis-tête ont été revus en plus par Porsche Exclusive Manufaktur avec ce magnifique écusson  sur notre modèle d’essai (également disponible en option), le volant sport multifonction avec chauffage (en option) se prend bien en main excepté le fait qu’à plusieurs reprises, pendant l’essai, j’ai activé son chauffage dans la bataille, le bouton étant juste derrière la branche centrale à proximité de la jante du volant. Tiens, ça chauffe…..bon j’ai encore appuyé sur le bouton. Sinon, sa taille est parfaite et nous donne cette impression d’être au volant d’un petit coupé plutôt qu’un SUV.

Fabian, notre instructeur, nous explique que le Macan possède une répartition de la puissance plutôt typée propulsion sans pouvoir mettre plus de 50% sur le train avant. L’affichage sur le porte instrument nous l’indique, ici alors que nous allions partir, quasiment toute la puissance est prête à partir du train arrière.

L’assistant de parking avant et arrière avec caméra de recul et vue 360° nous aide à quitter notre place de stationnement. Il est possible de choisir son point de vue avec notamment le côté pour protéger les jantes des trottoirs.

Le moteur est silencieux, et même si notre modèle d’essai est équipé en option des sorties d’échappement sport Porsche Exclusive Manufaktur, c’est surtout pour le look que pour le son. Il faudra choisir l’échappement sport pour garantir un niveau sonore supérieur pour celles et ceux qui le souhaitent. Nous partons en mode normal et dès le premier freinage, je suis surpris par l’attaque de la pédale de frein dont les premiers centimètres me donnent presque aucune sensation sur l’effort de freinage nécessaire à adopter avant d’avoir un point plus dur et de sentir le Macan ralentir fortement. Heureusement cette sensation s’amenuise avec le mode sport dont la conduite demande forcément une attaque plus franche. C’est déroutant et demande une capacité d’adaptation.

Nous prenons une route avec quelques plaques de neige sur un macadam sec, le moment de mettre gaz à fond sans réfléchir et à aucun moment nous ne sentons le Macan perdre de l’adhérence sur un train plus qu’un autre, il reste droit dans la direction qu’on lui impose et non le contraire, c’est un test toujours bluffant à réaliser pour constater à quel point la technologie peut accomplir des prouesses. Plus tard pendant l’essai, nous entrons sur un parking avec de la neige tassée, limite glacée, coup de volant, gaz à fond et le Macan nous autorise alors juste une toute petite dérive avec juste un angle léger au volant. Sécurisant, il n’y a rien à dire là-dessus mais pas du tout fun alors on recommence toutes aides supprimées et le Macan se transfigure dans son comportement, gaz à fond l’arrière prend de l’angle et se rattrape parfaitement avec une bonne combinaison sur la pédale d’accélérateur et le volant. C’est dans la finesse qu’on le redresse, c’est fun mais à ne pas réaliser sur route ouverte bien entendu.

Le 2.0 de 245 chevaux garantie le 0 à 100 en 6.7 s tout comme l’ancienne version mais perd légèrement en vitesse de pointe (225 km/h contre 229, quasiment imperceptible au volant en fait). Il fait ce qu’on demande d’un moteur de 245 chevaux, pour plus il faudra attendre les 6 cylindres dont le caractère sera forcément bien plus sportif sans surprise.
Par contre, selon le constructeur, la consommation chute fortement. Arrêt sur le point de vue au-dessus du lac de Chevril, le temps de faire le tour des changements: c’est surtout l’arrière qui en profite avec l’adoption du bandeau Porsche, l’arrière s’affine également.

L’avant adopte aussi un style plus fin mais pas de modifications trop profondes, nous sommes plutôt sur une version phase 2 qu’un tout nouveau Macan. Les jantes en 19 pouces disponibles en option paraissent plutôt classiques mais adaptées à une utilisation quotidienne.

Nous l’avons appelé « Mini-Yule » en rapport avec le nom de l’hôtel, la mascotte apprécie notre essai et le confort du Macan car en conclusion cette nouvelle phase en version 4 cylindres s’adresse toujours aux personnes adeptes de la marque pour avoir une voiture de tous les jours mais avec le blason Porsche. Face à l’ancien Macan, le dynamisme est revu pour avoir cette sensation d’être vraiment au volant d’une Porsche et se démarquer de la concurrence qui avait pris de l’avance à ce sujet, en remettant l’église au milieu du village si on peut dire.

Je suis donc réconcilié avec le Macan 2.0 car avec des conditions plus favorables lors de l’essai de la première version l’année dernière (pneumatiques été, températures supérieures et routes sèches), ce nouveau Macan a su tirer profit des risques des routes de montagnes avec bien plus d’aisance et dans l’esprit Porsche.

Nous rentrons à l’hôtel le Yule où est garé le Cayenne également utilisé pour les essais.

Dernier passage devant cette sculpture en chocolat à l’accueil de l’hôtel le Yule réalisée par le Chef Pâtissier Valter.

Natalia nous fait remplir nos questionnaires de satisfaction et nous remet de la documentation et des goodies, l’essai est terminé.

Nous remercions Natalia et Fabian pour l’organisation de notre essai adapté à notre conduite et connaissance du produit ainsi que l’hôtel Le Yule pour son accueil. Si vous aussi vous souhaitez réaliser un essai au sommet, vous pouvez vous inscrire sur le lien suivant, en respectant les consignes obligatoires, jusqu’au 9 mars 2019: www.experience-porsche.fr

Photos: 4Legend.com

About The Author

Related posts

Leave a Reply