Législation concernant la conduite autonome dans le monde et notamment du pilote automatique Audi AI traffic jam

Législation concernant la conduite autonome dans le monde et notamment du pilote automatique Audi AI traffic jam

ad-728-mannes

L’introduction du pilote automatique Audi AI traffic jam exige à la fois de faire la clarté sur les questions juridiques dans chaque pays ainsi qu’une adaptation et un test spécifiques du système. De plus, des procédures d’homologation différentes à travers le monde et leurs délais respectifs doivent être respectés. Pour ces raisons, Audi lancera l’introduction en série du pilote automatique traffic jam dans la nouvelle A8 de manière incrémentale, en fonction de la situation juridique dans le pays concerné.

Les niveaux d’autonomie
Dans la classification en matière de conduite automatisée, les organismes responsables en Europe et aux États-Unis – par exemple, l’Institut Allemand de Recherche sur les Routes Fédérales et l’Institut SAE – se sont accordés sur six niveaux.

Niveau 0Pas d’autonomie : le conducteur est continuellement responsable du contrôle longitudinal et latéral.

Niveau 1Assistance au conducteur : le système peut prendre en charge soit le contrôle longitudinal ou latéral continu du véhicule. Le conducteur est aidé par le système mais reste aux commandes. Il doit être prêt à prendre immédiatement en charge la conduite si nécessaire. Un exemple d’un système de niveau 1 de ce type chez Audi est le régulateur de vitesse adaptatif (ACC).

Niveau 2Autonomie partielle : dans certaines situations, le conducteur peut déléguer le contrôle longitudinal et latéral combiné continu du véhicule au système, mais garde en tout temps la surveillance et la prépondérance dans la conduite. Le conducteur conserve donc toujours la responsabilité de la conduite. Un exemple est l’assistance de freinage d’Audi. Elle prend en charge les manœuvres de freinage et d’accélération de la voiture dans le trafic lent jusqu’à 65 km/h, et gère également la direction sur les meilleures routes.

Niveau 3Autonomie conditionnelle : le conducteur ne doit plus surveiller la route en permanence et peut mener d’autres activités soutenues par des équipements embarqués. Le système reconnaît de manière autonome ses propres limites, c’est-à-dire le point où les conditions ambiantes ne correspondent plus à la gamme des fonctions du système. Dans ces cas, le véhicule invite le conducteur plusieurs secondes à l’avance à prendre en charge la conduite. Le nouveau pilote automatique traffic jam d’Audi répond à ces critères.

Niveau 4Autonomie élevée : les systèmes de niveau 4 ne nécessitent pas de conducteur pour assister ou prendre en charge la conduite, mais leur fonctionnement est limité à une zone spécifique – par exemple sur les autoroutes ou dans un parking. Dans ces situations, le conducteur peut transférer complètement la tâche de la conduite vers le système. Le conducteur doit seulement reprendre la main lorsque la voiture quitte la zone définie pour la conduite entièrement automatisée. Les scénarios futurs tels que les taxis robots dans les centres-villes sont un exemple d’utilisation d’un tel système. Ils reprennent toutes les tâches de conduite dans une gamme de vitesse restreinte et sur un parcours limité.

Niveau 5Autonomie complète : la voiture assume un contrôle longitudinal et latéral complet. Les systèmes de niveau 5 n’ont besoin d’aide du conducteur dans aucune situation. Ce sera des voitures sans volant et sans pédale, où les passagers ne se préoccuperont pas du tout du déplacement du véhicule.

Les critères juridiques : lois et règlements
L’introduction du pilote automatique traffic jam est soumise à différents paramètres juridiques dans le monde. De nombreux législateurs traitent actuellement cette question. Ils veulent créer des règlements pour les systèmes automatisés et autonomes ou adapter adéquatement les dispositions existantes. Cela s’applique à la fois aux lois régissant les approbations et aux réglementations concernant la conduite. Les premiers régissent les exigences techniques pour le système piloté que le constructeur automobile doit remplir afin d’obtenir l’approbation du système dans un pays particulier. Les réglementations relatives à la conduite ou à la circulation routière, d’autre part, régissent l’utilisation du système par le conducteur et le comportement du conducteur sur la voie publique.

Les conditions requises pour l’approbation du pilote automatique traffic jam sont en cours de révision dans de nombreux pays à travers le monde. Audi s’attend à obtenir les autorisations requises pour l’utilisation du pilote automatique traffic jam pour chaque pays.

Les législateurs travaillent également activement sur les lois régissant la circulation routière et appuient l’introduction de fonctions automatisées de conduite. Le gouvernement en Allemagne, par exemple, a modifié la réglementation en juin 2017 pour permettre aux voitures comportant des fonctions conditionnelles et entièrement automatisées d’évoluer de manière autonome « dans les paramètres désignés pour l’utilisation ». Audi espère que d’autres pays suivront dans les prochains mois.

Enregistrement des données : responsabilité en cas d’accident
Dans le cas d’un accident en mode de conduite automatisé, il faut déterminer qui était aux commandes de la voiture lorsque l’accident s’est produit – le conducteur ou le système. En Allemagne, par exemple, la compagnie d’assurance automobile est initialement responsable envers l’autre partie en cas d’accident. Au cours de la deuxième étape, la compagnie d’assurance pourrait – comme c’est le cas actuellement – tenir le constructeur pour responsable, à condition qu’un défaut d’équipement de la voiture ou du système soit à l’origine de dommages.

Dans une Audi A8 équipée du pilote automatique Audi AI traffic jam, les données mémorisées pour la conduite automatisée (DAF) documentent la responsabilité de la conduite. Lorsque le pilote automatique traffic jam est activé, cet enregistreur de données légal stocke les informations de transfert entre le conducteur et la voiture ainsi que les invitations du système à prendre la relève. Conformément à la loi, les informations sont stockées dans la mémoire pendant six mois. Le DAF enregistre en parallèle différents indicateurs sur les situations dans lesquelles le contact avec d’autres véhicules se produit réellement ou est évité de peu ainsi que les moments où certains seuils d’accélération sont dépassés. Un événement de ce type peut inclure un déploiement d’airbag ou un freinage automatique d’urgence, par exemple. Les indicateurs sont continuellement enregistrés dans l’unité de contrôle. Ceux-ci ne permettent pas l’identification de personnes ou de véhicules, comme la reconnaissance de visages ou la lecture de plaques d’immatriculation. Lorsque le contact est éteint, les données sont supprimées.

En cas de collision, le DAF enregistre en permanence l’ensemble des données depuis quelques secondes avant l’accident. Les critères suivants sont stockés :

– Interaction du conducteur (par exemple, freinage par le conducteur ou angle de braquage)
– Statut de la fonction pilote automatique traffic jam (par exemple, « le pilote automatique traffic jam était activé »)
– Paramètres dynamiques du véhicule (par exemple, accélération longitudinale et latérale)
– Environnement (par exemple, information du capteur)
– Lorsque le pilote automatique traffic jam est activé : la disponibilité du conducteur à prendre la relève (par exemple, « les données entrantes anonymes de la caméra indiquent que le conducteur était prêt à prendre les commandes »).

Les données d’un accident qui ont déjà été sauvegardées ne peuvent pas être écrasées, contrairement à celles du freinage automatique d’urgence. Si la capacité de mémoire existante est pleine et qu’un autre accident ou un autre événement déclenchant l’enregistrement des données se produit, le plus ancien paquet de données qui peut être écrasé est toujours remplacé par le nouveau paquet de données.

Le traitement et le stockage des informations décrites ci-dessus sont effectués localement dans la voiture. Il n’y a pas de transmission automatique à AUDI AG ou à un tiers, par exemple via le Cloud. Le contrôle sur les données incombe au propriétaire ou au conducteur. AUDI AG n’y a pas accès.

Photos: AUDI AG / 4Legend.com

About The Author

Related posts

Leave a Reply