La stratégie à l’origine des derniers succès financiers de Lamborghini

La stratégie à l’origine des derniers succès financiers de Lamborghini

Automobili Lamborghini vient de clôturer le meilleur semestre de son histoire : les ventes, le chiffre d’affaires, le résultat d’exploitation et la rentabilité sont les plus élevés jamais enregistrés. Un parcours de succès continu et une réponse positive des marchés confirme la solidité de l’entreprise et sa forte attractivité à l’international, malgré les incertitudes et défis du contexte géopolitique et la persistance de la pandémie. La stratégie financière à l’origine de ces résultats et les ambitions futures de la Maison Sant’Agata font partie des sujets abordés dans cet entretien avec Paolo Poma, directeur financier et directeur général d’Automobili Lamborghini.

En 2021, Lamborghini a marqué les esprits par sa croissance exceptionnelle, enregistrant un niveau de performance plus que doublé par rapport à 2018. Cette tendance s’est-elle poursuivie au cours des six premiers mois de 2022, et se poursuivra-t-elle jusqu’à la fin de l’année ?

Je peux dire qu’au premier semestre 2022, cette tendance s’est non seulement consolidée, mais montre une nouvelle accélération. Nous sortons d’une période de deux ans de pandémie, au cours de laquelle, grâce à notre réactivité et notre résilience, nous avons réussi à poursuivre le chemin de la croissance, notamment en termes de marge opérationnelle, qui a progressivement atteint un niveau en ligne avec les meilleures marques de l’industrie du luxe.

Nous nous sommes fixé comme objectif clair d’être les « meilleurs de notre catégorie », et nous sommes sur la bonne voie pour atteindre cet objectif. Les résultats du premier semestre ont renforcé notre conviction que nous pouvons terminer l’année avec des résultats en forte croissance sur 2021.

Au cours des six premiers mois de cette année, les livraisons mondiales se sont élevées à 5 090 unités (+ 4,9%), et en termes d’indicateurs financiers, le chiffre d’affaires a atteint 1,332 milliard d’euros, soit une augmentation de 30,6% par rapport aux six premiers mois de 2021. Le résultat d’exploitation a augmenté de 69,6% par rapport à l’année précédente, passant de 251 à 425 millions d’euros. La marge opérationnelle correspondante a atteint 31,9%, dépassant les 24,6% atteints sur la même période de 2021.

Lamborghini vise un objectif financier encore plus ambitieux pour les années à venir : pousser la rentabilité annuelle à un niveau compris entre 22 % et 25 % à moyen terme.

La rentabilité de Lamborghini est désormais en ligne avec celle des autres grands acteurs du secteur du luxe. Qu’est-ce qui a permis ce saut ?

Nous sommes très fiers de dire qu’aujourd’hui nous sommes une marque de luxe à toutes fins utiles.

Néanmoins, nous devons également composer avec les complexités de notre segment cible, qui est l’automobile. C’est très important à retenir, car il n’est pas anodin d’avoir une rentabilité comparable à des entreprises comme celles du luxe généraliste qui sont beaucoup moins capitalistiques.

Dans le segment du luxe, le principal facteur de pérennité financière est la marge élevée des produits, sur laquelle nous avons travaillé très dur au cours des cinq dernières années, avec un objectif clair : remplacer les produits précédents par des successeurs à plus forte marge. Nous ne pouvons pas nous en écarter; nous ne pouvons pas faire de compromis. Il est nécessaire de poursuivre sur cette voie de croissance avec des produits de plus en plus attractifs pour le marché mais qui en même temps ont aussi des marges plus élevées.

Quelle est la stratégie financière qui a poussé le saut ces dernières années ?

Au cours des cinq dernières années, notre croissance a été principalement marquée par la focalisation sur trois facteurs importants.

Le premier est le développement commercial, à travers l’élargissement de notre gamme de produits. Nous opérons dans une industrie qui est totalement axée sur les produits, un fait que nous ne pouvons pas ignorer. Grâce à l’allocation de ressources, nous avons développé et soutenu notre stratégie des dérivés de super voitures de sport, et en parallèle introduit notre troisième modèle, l’Urus, qui a permis un saut dimensionnel important pour l’entreprise.

Le deuxième facteur, qui prend cependant plus de temps à se développer, est la rentabilité plus élevée des produits. Comme vous pouvez l’imaginer, cela ne se fait pas du jour au lendemain, étant donné les très longs cycles de développement de nouveaux produits qui peuvent prendre jusqu’à cinq ans. Il s’agit d’un processus développé au fil des années, tout en évaluant de manière sélective le positionnement de nos produits dans la gamme et en améliorant les opportunités offertes sur certains marchés et segments.

Le troisième facteur est la gestion ordonnée de la croissance. Cela passe par la maîtrise des investissements et des frais généraux fixes. Il est clair que dans une entreprise en croissance, les coûts fixes doivent également augmenter, mais une analyse de taille minutieuse doit également être effectuée à ce sujet, et elle doit toujours être en ligne avec la croissance attendue. À un moment où l’entreprise met sur la bonne voie une croissance dimensionnelle majeure, il faut s’attendre à une croissance correspondante des frais généraux. En même temps, cependant, cette croissance doit être contrôlée et maintenue dans des paramètres qui assurent la pérennité de nos objectifs financiers et nous permettent de maintenir les marges que nous atteignons actuellement.

Les événements les plus récents nous ont appris que les stratégies d’entreprise gagnantes sont celles qui peuvent s’adapter très rapidement à de nouveaux contextes. La gestion des risques est devenue l’une des principales responsabilités dans la sphère financière, et Lamborghini a permis de faire face à des périodes de défis et d’incertitudes au niveau géopolitique avec solidité et une grande flexibilité. D’autre part, il y a les nouvelles technologies et la numérisation toujours croissante, des opportunités que Lamborghini elle-même, également dans le domaine financier, surveille en permanence : l’innovation technologique a toujours fait partie de l’ADN de l’entreprise et est le pont vers un avenir de nouvelles possibilités.

En parlant d’avenir, quelles seront les compétences essentielles requises pour le directeur financier de demain ?

Le rôle du directeur financier a beaucoup changé au fil des ans, passant de plus en plus du contrôle et de la gestion des transactions à la création de valeur par la supervision et l’allocation des ressources. Le rôle ne concerne plus uniquement la finance, la comptabilité, le contrôle et la gestion, mais le rôle de partenaire commercial est devenu de plus en plus important. Cela a placé le CFO en position d’aider à évaluer les options et les alternatives des différentes parties prenantes et de choisir celles qui ont la plus grande valeur, les plus grandes perspectives, auxquelles les ressources disponibles doivent être allouées.

Le nouveau directeur financier sera de plus en plus à l’écoute des méga-tendances, notamment deux d’entre elles pour nous dans l’industrie automobile : la durabilité, par l’électrification, qui est une véritable révolution pour l’industrie ; et la numérisation, qui rapproche de plus en plus le concept de la voiture des jeunes générations.

Ainsi, le directeur financier sera un cadre de plus en plus intégré dans la création de stratégies à 360 degrés.

Photos : Lamborghini

About The Author

Related posts

WordPress PopUp Plugin