ad-728-rotation
ad-728-rotation
Découverte détaillée de la Gumpert AIWAYS RG Nathalie au Nürburgring

Découverte détaillée de la Gumpert AIWAYS RG Nathalie au Nürburgring

ad-728-mannes

A 73 ans, Roland Gumpert n’est pas prêt de partir en retraite. Cet ingénieur de talent, ayant été directeur d’Audi Motorsport dans les années 1980, a créé une nouvelle voiture sportive à la fois innovante et performante : la Gumpert AIWAYS RG Nathalie roulant au méthanol et à l’électrique. A l’occasion de la première mondiale de la RG Nathalie de série les 21 et 22 octobre 2018, 4Legend a été convié pour la découvrir en exclusivité au Nürburgring et notamment sur la Nordschleife.

Pour dévoiler la version de série de la RG Nathalie, Gumpert AIWAYS a choisi un lieu de présentation exclusif – la légendaire Nordschleife du Nürburgring. Ce fut aussi l’occasion de pouvoir découvrir sur circuit le comportement routier de cette supercar électrique fonctionnant avec une pile à combustible au méthanol.

La veille de l’essai, Alexander Klose (responsable des ventes de AIWAYS Group), Winter Wang (responsable R&D de AIWAYS Group), Fu Qiang  (ci-dessus – président de AIWAYS GRoup) et Roland Gumpert (président de Gumpert AIWAYS et responsable de la production de AIWAYS Group) ont donné un aperçu de la grande diversité de la société et de ses objectifs ambitieux (voir article de la soirée de présentation de AIWAYS et de Gumpert AIWAYS).

Le constructeur automobile AIWAYS a permis à Roland Gumpert de développer une nouvelle voiture sportive innovante. Une filiale allemande fut créée via Gumpert AIWAYS Automobile GmbH, dont le centre de développement et l’atelier de production est basée à Ingolstadt en Allemagne, devenant l’un des nombreux piliers technologiques du groupe AIWAYS. La carrosserie en carbone sera aussi fabriquée sur place par un sous-traitant.

Lors de la deuxième journée dédiée à la RG Nathalie, Roland Gumpert a présenté avec son équipe et ses fournisseurs sa nouvelle voiture, via 3 modèles dont le showcar dévoilé en Chine, ainsi que les différentes technologies utilisées via un atelier spécifique. Ce fut aussi l’occasion de découvrir la voiture sur circuit.

Découverte de la RG Nathalie sur la Nordschleife
Durant la matinée, nous avons pu découvrir en conditions réelles la RG Nathalie sur la légendaire Nordschleife du Nürburgring et plus précisément un essai en passager sur une section d’environ quatre kilomètres entre l’entrée touristique et le premier pont.

La voiture utilisée est celle ayant un covering bleu camouflage, terminée quelques jours avant l’évènement. Cette voiture est encore au stade de prototype avancé, proche du modèle de série. Gumper AIWAYS étant un petit constructeur, leur budget ne peut pas permettre un grand nombre de voitures d’essais.

Pour ce parcours de quelques minutes sur le siège passager, le pilote de course tchèque âgée de 23 ans, Gabriela Jílková, m’a montré un échantillon du potentiel de la voiture sur un tracé varié typique de la Nordschleife. Le plus impressionnant est le silence à bord, avec un léger bruit des moteurs électriques lors des phases d’accélération. C’est assez déroutant. L’accélération est excellente tout comme la tenue de route grâce aux 4 moteurs électriques synchronisés permettant d’avoir 4 roues motrices.

La voiture semble très facile à conduire et les freins sont fortement aidés par les moteurs dans le trafic routier normal via la récupération d’énergie. Sur circuit, il faut compter sur les 4 freins à disques. Il n’y a pas de secousse, vu que la voiture n’a que 2 vitesses avant, dont le deuxième rapport s’enclenche à 160 km/h. Toute la puissance est disponible instantanément, l’un des grands avantages d’un véhicule électrique. A bord, les sièges sont assez confortables et enveloppes bien le corps. Les ceintures de sécurité sont des harnais fixés sur l’arceau, derrière les sièges.

La RG Nathalie étant une voiture sportive, conçue pour une utilisation sur circuit, son poids est optimisé par une carrosserie entièrement en carbone, un arceau-cage intégré, une insonorisation minimale tout en étant assez bonne, un minimum d’aides de conduite, une suspension sportive et confortable, un différentiel encore un peu bruyant.

L’essai réalisé aux côtés de Gabriela était soft avec à peine 40% des possibilités utilisées de la voiture.

Après le court essai, la voiture était brièvement rechargée via la prise arrière gauche, la pile à combustible ne pouvant pas bien fonctionner sur une si courte distance pour recharger les batteries. Vu que le circuit de refroidissement n’est pas encore connecté, la voiture ne pouvait pas dévoiler tout son potentiel.

A la fin de l’un des essais, l’avant de la voiture commençait à fumer, déclenchant l’intervention des services de sécurité du circuit. C’était une fausse alerte. Cette fumée est l’évaporation de l’eau de la pile à combustible placée sous le capot avant. Sur la voiture de série, un conduit permettra de libérer la condensation sans que cela se voit de l’extérieur.

Ce bref trajet en tant que passager est insuffisant pour donner un avis objectif sur le comportement de cette future voiture sportive. Malgré le fait qu’il reste encore pas mal de travail pour commercialiser la voiture de série, cette voiture offre de grandes qualités et semble très prometteuse.

Atelier des technologies utilisées
L’un des points forts de cette première mondiale était l’atelier présentant les différentes technologies embarquées dans la RG Nathalie et expliquées par les experts des fournisseurs de Gumpert AIWAYS.

Roland Gumpert et son équipe étaient également présents pour répondre aux questions même très techniques. Ce fut pour moi, qui est féru de technologies, un grand bonheur.

Pile à combustible au méthanol de SerEnergy
La pile à combustible au méthanol MPC (Methanol Power Cell) a été développée par la société danoise SerEnergy. D’abord utilisé dans l’industrie, elle a été adaptée à une utilisation automobile pour Gumpert AIWAYS. Elle utilise le méthanol comme source d’énergie (4 atomes d’hydrogène, 1 atome de carbone et 1 atome d’oxygène). Le méthanol est un carburant non dangereux, plus économique que l’essence (1/3 moins cher), se trouvant facilement notamment en Allemagne.

Au contraire d’une pile à combustible à hydrogène, cette solution n’offre pas d’inconvénients comme le risque d’explosion et d’incendie, la volatilité de l’hydrogène, la haute pression du réservoir, … Le stockage du mélange se fait dans un réservoir classique de 55 litres, situé à l’arrière des batteries. Le remplissage prend moins de 3 minutes. La MPC consomme environ 4,5 litres du mélange méthanol-eau (60% de méthanol et 40% d’eau) pour produire 5 kW d’électricité par heure. Ainsi, la RG Nathalie peut parcourir environ 50 kilomètres en ville.

Cette pile à combustible, dont la technologie est brevetée, fonctionne selon le principe HTPEM (High Temperature Polymeric Electrolyte Membrane), une membrane permettant l’échange des protons à haute température. L’hydrogène n’a pas besoin d’être extrêmement pure pour la haute température de la pile à combustible. L’hydrogène est obtenue à partir de méthanol en utilisant une réaction catalytique.

L’hydrogène réagit avec l’oxygène pour former de la vapeur d’eau et génère donc de l’électricité.

L’excès d’hydrogène produit au cours du processus catalytique est généralement gaspillé. Sur la RG Nathalie, l’excès d’hydrogène est utilisé pour maintenir la température pour la réaction catalytique en cours. Cela conduit à un rendement électrique plus élevé d’environ 45%.

La combinaison de la batterie et du MPC permet à ce nouveau concept énergétique de la voiture électrique d’être unique. Si nécessaire, la batterie peut également être rechargée de manière classique.

Boîte de vitesses par Kreisel & Sala Drive
Une boîte de vitesse spécifique à 2 rapports a été développée conjointement par deux sociétés autrichiennes : Sala Drive et Kreisel. Cette boîte de vitesses est spécifique aux véhicules électriques, pouvant accepter jusqu’à 900 Nm de couple et des puissances dépassant 1 000 ch.

Sur la RG Nathalie, il y en a 2 identiques, une à l’avant et l’autre à l’arrière. Kreisel a développé un système de gestion électronique permettant de synchroniser les deux boîtes de vitesses et les 4 moteurs afin d’offrir une voiture à transmission intégrale. La boîte ne pèse que 54 kg est lubrifiée par de l’huile qui n’a pas besoin d’être vidangée.

Moteurs électriques Bosch
La RG Nathalie embarque quatre moteurs électriques Bosch SMG 180, un pour chaque roue. Deux boîtes de vitesse sont chacune associée  à deux moteurs électriques(un par roue). Grâce à des inverseurs associés, ces moteurs assurent une traction intégrale. La tension de fonctionnement maximale est de 425 V. Avec un rotation maximale de 12 800 tr/min, chaque moteur électrique fournit une puissance maximale de 102 kW (138 ch) et un couple max de 230 Nm.

Un système de gestion complexe fournit à chaque roue le couple nécessaire (vectorisation du couple). Cela permet des vitesses extrêmement élevées dans les courbes. Les pertes de traction des roues lors de l’accélération sur des chaussées sèches et mouillées sont protégées électroniquement. Cela améliore considérablement la stabilité et la sécurité de conduite par rapport aux véhicules à traction intégrale conventionnels. Les moteurs électriques installés au centre du véhicule sont utilisés à la place des moyeux de roue pour maintenir les masses non suspendues au plus bas.

Les moteurs individuels peuvent être maintenus indépendamment, ce qui rend également ce concept très convivial. Le différentiel pèse 18 kg et est déjà utilisé sur les Dodge Viper. Chaque essieu comporte deux moteurs et une boîte de vitesses à 2 rapports. Un premier rapport avec un rapport de transmission court est nécessaire pour atteindre l’extrême accélération de 0-100 km/h en 2,5 secondes. À environ 160 km/h, la transmission passe automatiquement au deuxième rapport pour atteindre la vitesse maximale de 305 km/h. Le fonctionnement est le suivant : la transmission de l’essieu avant entre en action en premier, puis quelques millisecondes la transmission de l’essieu arrière est ensuite activé. Un système électronique de contrôle surveille l’action de changement de vitesse. Il s’assure que l’accélération soit pratiquement ininterrompue.

Info-divertissement IOV
Un nouveau système d’info divertissement IOV (Input Output Virtualization) a été spécialement conçu pour la RG Nathalie afin d’offrir au conducteur toutes les informations concernant sa conduite (notamment des recommandations pour des vitesses en courbe et un afficheur de forces G), du divertissement sonore (radio, audio via bluetooth), la navigation, des informations via des applications Web et un mode circuit permettant de voir le tracé et ses chronos.

La RG Nathalie dispose de 3 écrans :

  • le cluster numérique en face du conducteur affichant la vitesse et d’autres données de conduite dont l’état actuel de l’énergie avec la charge de la MPC en bleu et la consommation en orange
  • l’écran inférieur au centre du tableau de bord pour la climatisation, le chauffage et le réglage des sièges ainsi que des rétroviseurs,
  • l’écran supérieur au centre du tableau de bord pour l’infotainement.

La voiture va pouvoir communiquer dans le futur avec son environnement via le protocole Car-to-X.

Batteries par Tremondi et Kokam
Les batteries sont disposés en forme de T dans un pack amovible facilitant la maintenance ou son remplacement. Pesant 450 kg, l’ensemble de ces 12 batteries de 104 AH et de 37,8 V fournies par la société tchèque Tremondi et dont les cellules proviennent du fabricant sud-coréen Kokam a une capacité de 60 kWh, alimenté par la pile à combustible, de l’ordre de 5 kWh ou en branchant la voiture sur le secteur ou à un super-chargeur. Ce pack est logé dans le plancher à la place du tunnel central et derrière les sièges, entourant le conducteur et le passager.

Freins
Gumpert fait appel à un système de freinage de pointe avec ABS, ESP et iBooster. Les quatre moteurs électriques freinent pour permettre une récupération maximale de l’énergie. Le système de freinage hydraulique s’enclenche uniquement lorsque l’exigence de freinage dépasse une limite définie des moteurs électriques qui servent de générateurs. Il freine via quatre freins à disque et en utilisant l’ABS.

Présentation des trois véhicules
A l’occasion de cette présentation en petit comité, trois véhicules furent mis en avant. L’objectif était de faire découvrir les technologies, la conception et d’offrir un aperçu du futur véhicule de série prévu pour le printemps 2019 avec le démarrage de la production des véhicules de pré-série qui seront commercialisés. A ce jour, 4 clients se sont déjà fermement manifestés en Chine, aux États-Unis et en Europe. D’autres sont intéressés.

Avec un poids d’un peu plus de 1 500 kg, la Gumpert AIWAYS RG Nathalie est une supercar au design unique, faisant penser à une Nissan GTR et à une Audi TT. Sous une apparence assez futuriste, elle cache bien son jeu. Cette super voiture de sport, basé sur un châssis tubulaire et avec une structure en fibre de carbone, ouvre la voie à l’avenir de l’automobile. Sa technologie répond aux exigences d’une voiture de course. La RG Nathalie permet à son pilote de se concentrer entièrement sur la dynamique de conduite élevée et sur les courbes. Le centre nerveux du poste de pilotage est systématiquement orienté vers le conducteur et optimisé du point de vue ergonomique.

La première voiture, la rouge, est le premier prototype, basé sur la Gumpert Explosion qui a été entièrement vidé pour y installer tout le système de propulsion de la voiture.

Le système de gestion électrique avec les batteries ont été installées à l’arrière.

En s’installant à bord, on découvre l’intérieur de l’Explosion avec ses différents éléments empruntés à Audi.

Le deuxième véhicule (la bleue) est le concept car RG Nathalie dévoilée en Chine au printemps 2018 à Pékin et à Shanghai. Cette voiture n’est pas la voiture de série, comme on pouvait le penser auparavant.

De nombreux éléments de ce showcar seront repris sur la voiture de série, dont les feux arrière à LED au superbe design via un bandeau d’un seul bloc. Ce véhicule est roulant et a d’ailleurs posé pour quelques photos et vidéos lors de notre essai le matin.

Le dernier véhicule est le deuxième prototype proche de la série. Cette version permet de finaliser le développement de la voiture. La Pile à combustible est placée à l’avant sous le capot et sera entièrement habillée comme sur le concept car. Les feux arrière ronds à LED ne sont pas les feux définitifs, qui se rapprocheront du showcar.

A l’intérieur, on a l’impression d’être dans une voiture de course tout en ayant le confort d’une voiture premium, avec une matière très légère ressemblant à de la moquette, assez agréable au touché.

Quatre grands interrupteurs à bascule sont sur la console centrale, légèrement orientés vers le conducteur : P, R, N, D. Ils servent de sélecteurs de rapports pour la boîte de vitesses.

En-dessous se trouvent 3 autres touches gérant la vitre électrique gauche, le verrouillage des portes et la vitre électrique droite.

Les contre-portes offrent un design sportif avec un cerclage en aluminium, une sangle pour fermer la porte et un loquet pour ouvrir cette dernière.

Un dernier point est assez sympathique : la gestion tactile du système de chauffage via l’écran. Il suffit de faire bouger le curseur avec son index droit (ou gauche) pour gérer autant la température que la soufflerie. C’est très simple et très intuitif. La réaction est instantanée.

Sur le concept car et sur le dernier prototype, les ajustements sont parfaits comme sur les modèles Audi, Roland Gumpert ayant été habitué à soigner les moindres détails.

Service et méthanol
Au cours des trois prochaines années, les propriétaires de la RG Nathalie recevra un service personnalisé opérant dans toute l’Europe mais également dans le monde. Cela concerne la garantie et l’entretien du véhicule. Des techniciens spécialisés se rendront directement chez les clients. La fourniture du mélange eau-méthanol est en cours de développement avec un partenaire commercial.

Soit il est possible de faire soit-même son mélange de carburant en mélangeant 60% de méthanol avec 40% d’eau, soit faire le plein dans quelques stations services qui sont en cours de déploiement, notamment en Allemagne. Ce réseau de stations va augmenter, les premières ayant ouvertes à Ingolstadt. Le plein se fera directement à une pompe dédiée avec un pistolet comme pour les autres carburants.

Roland Gumpert loue une pompe à essence 5 000 euros par mois dans une grande ville où habite son client ayant acheté une RG Nathalie. « C’est facile. Le réservoir doit être lavé une fois et le méthanol peut être pur. Avec les 5 000 euros pour la pompe à essence, l’exploitant de la station-service gagne environ 30% de plus que s’il l’utilisait ‘normalement' », déclare Roland Gumpert.

Commercialisation et prix
La commercialisation de la RG Nathalie va avoir lieu début 2019 avec un démarrage de production en juin 2019. La voiture offrira une garantie de 2 ans avec un prix situé entre 450 000 et 500 000 euros. 500 modèles seront produits à Ingolstadt. Gumpert sera présent au prochain salon automobile de Genève avec le showcar et le prototype final.

De futurs projets
La RG Nathalie est un premier projet, ouvrant à d’autres modèles dont une version à 5 places avec 4 portes et une version plus extrême. L’idée est de proposer tous les deux ans un nouveau modèle et ainsi alterner la production.

La technologie ne pouvant que s’améliorer, Roland Gumpert songe à une future version avec une pile à combustible plus puissante et avec une plus petite batterie voire sans batterie, offrant plus de légèreté à la voiture.

Roland Gumpert va plus loin en voulant utiliser la chaleur résiduelle de la réaction chimique de la pile à combustible pour l’utiliser pour le chauffage et la climatisation en utilisant l’ammoniac pour le refroidissement.

Je remercie Roland Gumpert, son équipe, ses fournisseurs ainsi que la direction d’AIWAYS pour cet évènement très intéressant et instructif.

Photos : 4Legend.com / Gumpert AIWAYS – Vidéo : 4Legend.com

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply