Bugatti EB 118 de 1998 – Un concept de coupé à 18 cylindres

Bugatti EB 118 de 1998 – Un concept de coupé à 18 cylindres

Avec l’achat de la marque Bugatti en 1998 par le Groupe Volkswagen et sous l’impulsion de Ferdinand Karl Piëch, il était important de communiquer sur la renaissance de la marque via un concept car sous la forme d’un élégant coupé GT motorisé par un W18 de 555 ch : la Bugatti EB 118.

Origine du projet
Suite à la faillite de Bugatti en 1995 (relancée par Romano Artioli avec l’EB 110), l’origine de la renaissance de la marque Bugatti via Volkswagen trouve ses origines en 1997 lors d’un voyage en train de Ferdinand Karl Piëch dans le « Shinkansen » Express entre Tokyo et Nagoya. Suite à une discussion avec Karl-Heinz Neumann, alors responsable des organes mécaniques chez VW, il dessine sur une enveloppe une esquisse d’un moteur avec 18 cylindres qui allait tout changer. Ferdinand Piëch avait en tête depuis longtemps l’idée d’un gros moteur inédit dans le paysage automobile. Mais il fallait alors concevoir un véhicule pouvant le recevoir et ayant une image forte. Après quelques réflexions et recherches, l’idée de racheter les droits de la marque Bugatti et la faire renaître était un choix judicieux. C’est ainsi qu’en 1998, le groupe Volkswagen – présidé par le visionnaire Ferdinand Piëch – acquiert Bugatti et relance la marque.

Mais alors quel type de véhicule doit être conçu? Il faut revenir quelques années en arrière pour comprendre l’origine du premier concept Bugatti de l’ère VW. Le constructeur automobile de luxe – prenant la dénomination de Bugatti Automobili SpA – renait de ses cendres en 1987 via l’homme d’affaires italien Romano Artioli. Rapidement un premier projet de supercar est présenté en 1991 : la Bugatti EB 110 célébrant au passage les 110 ans de la naissance d’Ettore Bugatti.

En 1993, Artioli va plus loin en présentant un concept d’un second modèle sous la forme d’une grande et luxueuse berline conçue par Italdesign-Giugiaro: la Bugatti EB 112 (en référence aux 112 ans de la naissance d’Ettore Bugatti). Son design néo-rétro ne plait pas à tout le monde et seuls deux véhicules seront construits ultérieurement par Gildo Pastor afin de les conduire sur la route.

C’est le design de l’EB 112 qui a séduit le directoire du Groupe Volkswagen afin concevoir un modèle coupé luxueux et statutaire, ayant suffisamment de place sous un long capot pour le très gros moteur W18.

Bugatti EB 118
La réalisation d’un premier concept car a été très rapide en faisant appel en 1998 à Giorgetto Giugiaro et à son fils Fabrizio afin de le dévoilé au Mondial de l’automobile de Paris de la même année. Son nom Bugatti EB 118 fait référence cette fois à son moteur à 18 cylindres.

Le carrossier italien Italdesign-Giugiaro a ainsi été mandaté par Volkswagen afin de concevoir en un temps record (quelques mois) un showcar pour le salon de Paris 1998, mettant en avant les gênes de la marque française ainsi que les dernières technologies avant-gardistes imaginées notamment par Ferdinand Piëch via le moteur W18. La fameuse calandre à fer à cheval est présente avec des éléments rappelant les Bugatti Type 50 et la Type 57 S Atlantic pour la ligne centrale sur la carrosserie.

La couleur bleue est la couleur phare de La Marque et était ainsi présente sur le premier concept car dévoilé à Paris.

A partir de l’esquisse de Ferdinand Piëch, un nouveau moteur à 18 cylindres a été créé par les ingénieurs Volkswagen. Accouplé à une boîte automatique à 5 rapports, ce 18 cylindres atmosphérique est constitué d’un bloc de 315 kg constitué de trois rangées de cylindres (assemblage de 3 blocs VR6 de VW), disposées les unes par rapport aux autres à 60 degrés. 2 arbres à came sont présents tout comme 4 soupapes par cylindres, soit un total de 72 soupapes. 15 litres d’huile sont nécessaires pour lubrifier le plus gros moteur automobile jamais construit.

Le moteur de 6,25 litres développe 555 ch (408 kW) et 650 Nm, offrant en plus un confort de conduite remarquable pour les meilleurs coupés et berlines de luxe souhaités par la nouvelle marque Bugatti.

C’est en octobre 1998, au Mondial de l’automobile de Paris, que la nouvelle marque présente pour la première fois ce coupé de luxe à quatre roues motrices (issues de la Lamborghini Diablo VT) avec un énorme moteur avant. Les dimensions de ce coupé à 4 places est de 5,05 m de long, 1,99 m de large et 1,42 m de haut.

Cette voiture aux lignes modernes est basée sur un châssis à structure spatiale en aluminium et un essieu multi-bras précis offrant un grand confort de conduite. La Bugatti EB 118 est posée sur de grandes roues de 20 pouces avec des pneus en 265/30 R20 à l’avant et en 335/30 R20 à l’arrière.

Conçu par Fabrizio Giugiaro en étroite collaboration avec Hartmut Warkuss (alors directeur du centre de design de Volkswagen) et Ferdinand Piëch, l’intérieur présente un thème Art déco avec un aspect très épuré avec un minimum de boutons. Des matériaux de qualité ont été utilisés comme le cuir ton Havanne et l’aluminium. Parmi les équipements, on retrouve la climatisation, les commandes au volant et un système audio premium. Le contact se fait via une manette sur le tunnel central.

Ce premier concept car Bugatti a été le premier d’une lignée de différents concepts (EB 218, EB 18/3 Chiron, EB 18/4 Veyron)  ayant donné naissance à la Bugatti Veyron 16.4 en 2005.

Deux exemplaires réalisés
Deux exemplaires ont été fabriqués : une version bleu ayant été exposée au salon de Paris en 1998 et ayant servi aux photos officielles ainsi qu’une version bordeaux.

Quelques mois plus tard en mars 1999, un nouveau concept est présenté à Genève sous forme de berline : la Bugatti EB 218.

Photos : 4Legend.com / Bugatti / Velocity / DR

About The Author

Passionné de tout ce qui roule, vole et flotte.

Related posts

Leave a Reply